Comment dans sa classe perturber le déterminisme social de l ...

De Xavier Diatta, ancien parent d’élève à Yavuz Selim, a une façon distinguée de participer au débat qui s’articule autour de l’application du règlement de l’Institution Jeanne D’Arc de Dakar. Il a cloué le bec aux va-t-en guerre qui ne maitrisent pas le débat. L’ancien parent d’élève à Yavuz Selim, lâche du feu à travers sa révélation sur les conditions inhumaines que traversaient sa fille lorsqu’elle étudiait dans le Groupe scolaire Yavuz Sélim. Il persiste et signe : Ma fille (catholique) a vécu « l’enfer sur terre » à Yavuz Sélim pendant 4 années.

Face à cette situation, le père de famille a voulu dénoncer cette persécution religieuse qui ne dit pas son nom mais il a été découragé par sa femme.

Aujourd’hui, De Xavier Diatta, ancien parent d’élève à Yavuz Selim, a prit son bâton de pèlerin pour apaiser les esprits et appeler à la bonté de cœur et au développement de la culture de l’amour du prochain.

De plus, Yavuz Sélim, Jeanne d’Arc, Mariama Niasse et autres, c’est une affaire de « bourgeoise bourguignonne » sénégalaise. Laissons ces aristocrates régler leurs problèmes entre eux. En hommes cultivés, Ils finissent toujours par s’entendre.

Refusons d’être enfermé dans ces petites considérations « mystico-magico-religieuses » dont les pourfendeurs n’y croient même pas…

Que ces gamines soient en cheveux naturels, en crânes rasés ou en foulards, apprenons-les, plutôt, à s’adapter aux différents contextes et vicissitudes de la vie.

Que nous, parents, nous nous fassions violence pour laisser nos enfants apprendre à se conformer aux règles et dogmes de la vie, car il y en aura toujours des règlements intérieurs ou extérieurs, partout où ils iront.

Publicités

Laisser un commentaire