88 / 100

La coalition Yewwi Askan Wi est sur le qui-vive pour faire rétablir ses dossiers de candidatures pour les élections locales de 2022 rejetés par les autorités administratives.

Yewwi cherche la bête noire dans les listes de Benno, aux rejets en cascade de ses listes

ME-SEYE-
ME-SEYE-

Après avoir mobilisé un pool d’avocats pour déposer des recours au niveau des six Cours d’appel, Déthié Fall chargé des opérations électorales et mandataire national de Yewwi Askan Wi et compagnie ont instruit tous leurs mandataires à fouiller au niveau de leurs préfectures et sous-préfectures les listes de la coalition majoritaire en vue de vérifier le contenu des déclarations et pièces afférentes.

Les responsables de la coalition Yewwi Askan Wi passent à l’acte.

Victimes du rejet de leurs listes dans plusieurs localités du pays par les autorités administratives (préfets et sous-préfets), chargées selon les dispositions du Code électoral de la réception et du contrôle des dossiers de candidatures pour les élections municipales et départementales.

Les responsables de la coalition qui avaient accusé le régime du président Macky Sall d’être derrière ces « rejets systématiques » lors d’une conférence de presse tenue, le samedi 5 novembre dernier, ont engagé hier, lundi 8 novembre, la course contre la montre pour faire rétablir leurs dossiers rejetés.

Chargé des opérations électorales et mandataire national de Yewwi Askan Wi

Deux fronts ont été ainsi ouverts dans le cadre de cette riposte initiée par Déthié Fall, chargé des opérations électorales et mandataire national de Yewwi Askan Wi et compagnie.

Tenu par un collectif d’avocats, le premier front se joue auprès des six Cours d’appel que compte notre pays.

SONKO-FACHÉ
SONKO-FACHÉ

A lire aussi

Aidés par le constitutionnaliste Mouhamadou Ngouda Mboup, enseignant-chercheur en droit public à l’Université Cheikh Anta (Ucad), ces avocats ont d’ailleurs déjà adressé les dossiers de recours contre les décisions de rejets prises par les autorités administratives au niveau de toutes les localités concernées.

Le dernier mot revient donc aux présidents de la Cour d’appel qui devront confirmer ou infirmer les rejets et autres forclusions décidés par les préfets et sous-préfets.

Toutefois, il faut dire que la décision du juge d’appel est très attendue notamment pour le cas de la région de Matam ou le préfet a refusé de recevoir les dossiers du nouveau mandataire de Yewwi Askan Wi suite à la désertion du coordonnateur de ladite entité dans le département Djibril Ngom.

Chargé du dépôt de la liste des mandataires des 9 communes, ce dernier a roulé dans la farine ses camarades en trafiquant les listes avant de prendre le chemin de la prairie marron beige de l’Apr.

Le juge d’appel va-t-il décider de rétablir ou non Yewwi Askan Wi de Matam dans ses droits ?

La réponse sera connue d’ici après demain, au plus tard.

Outre ce levier juridique, les responsables de la coalition Yewwi Askan Wi ont également décidé d’ouvrir directement des hostilités avec la coalition majoritaire Benno Bokk Yaakaar du président Macky Sall, leur principal adversaire lors de ces élections locales du 2022, qu’ils avaient d’ailleurs accusé, lors d’une conférence de presse tenue le samedi 5 novembre dernier, d’être derrière ces « rejets systématiques » de leurs dossiers dans plusieurs communes.

yewwi-askan-wi
yewwi-askan-wi

Ainsi, à travers une circulaire rendue publique hier, Déthié Fall, mandataire national de Yewwi Askan Wi, se fondant sur l’article L.284, alinéa 5 du Code électoral, a signifié à ses camarades mandataires « de se rendre au niveau des préfectures et sous-préfectures en vue de vérifier le contenu des déclarations et pièces qui accompagnent les listes de candidatures de la coalition Benno Bokk Yaakaar ».

Ces vérifications, poursuit ce document «concernent notamment le respect de la règle de la parité, les candidatures individuelles et les signatures, l’éligibilité des personnes investies sur les listes, la validité des pièces d’identité, la présentation des listes majoritaires et proportionnelles ainsi que les suppléants ».

La coalition Yewwi Askan Wi, à travers ces démarches, semble annoncer les couleurs.

Tout porte ainsi à croire que Khalifa Ababacar Sall et compagnie sont déterminés à ne rien laisser aux partisans du chef de l’Etat.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here