Emploi, compétitivité, souveraineté alimentaire… : Ces défis économiques qui attendent Bassirou Diomaye Faye

0
6

Emploi, compétitivité, souveraineté alimentaire… : Ces 5 défis économiques qui attendent Bassirou Diomaye Faye. L’emploi, la compétitivité économique et la souveraineté alimentaire sont les chantiers prioritaires qui attendent le nouveau Président élu du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye, estime l’économiste Mounirou Ndiaye. L’économiste et fiscaliste Mamadou Ngom identifie, de son côté, le relèvement du taux de pression fiscale comme l’un des défis majeurs pour une bonne mise en œuvre des politiques publiques.

5 défis économiques attendent Bassirou Diomaye Faye

Confidences de Bassirou Diomaye Faye aux députés du Pastef
Confidences de Bassirou Diomaye Faye aux députés du Pastef

Quels sont les défis économiques pour le nouveau Président de la République, Bassirou Diomaye Faye ?

L’économiste Mounirou Ndiaye considère la lutte contre le chômage comme la priorité du nouveau Président.

En effet, malgré les taux de croissance obtenus depuis 2000, le chômage, soutient-il, n’a pas reculé.

« L’emploi repose sur une mécanique économique fortement tributaire du rythme de création de richesses et de leur répartition.

Or, l’économie sénégalaise a connu une croissance continue dont la moyenne a été supérieure à 3 % dans la période 2000-2012 et à 5 % dans la période 2012-2024.

Pourtant, le taux de chômage officiel, qui était de 12 % environ en 2011, se situe actuellement à près de 23 %. De même, le chômage des diplômés est passé de 16 à 34 % durant la même période », explique le Pr Ndiaye.

Mais, l’économiste trouve important de se départir de cette croyance que la croissance économique crée de l’emploi.

Pour lui, il faut aussi reconnaître qu’il n’y a pas eu de politique d’emploi digne de ce nom, mais des programmes qui n’ont finalement été que des artifices sans suite.

« Aucun n’a été évalué pour appuyer techniquement ces programmes. Et ils ont donc tous échoué, comme l’a reconnu le Président Macky Sall en mars 2021 », ajoute le spécialiste.

Environ 11 000 milliards de FCfa dépensés pour une croissance cumulée inférieure à 50 % en 10 ans

déplacement du président Bassirou Diomaye Faye à Bissau
déplacement du président Bassirou Diomaye Faye à Bissau

L’autre chantier à côté de l’emploi, estime le spécialiste, c’est la dynamisation de l’économie pour plus de compétitivité.

« L’exécution du Pse à partir de 2014 est très illustratrice : environ 11 000 milliards de FCfa dépensés pour une croissance cumulée inférieure à 50 % en 10 ans.

La productivité de l’économie sénégalaise a été très faible et cela justifie son besoin perpétuel de perfusion », affirme-t-il.

départ à Dakar de Bassirou Diomaye Faye pour se rendre à Nouakchott 2
départ à Dakar de Bassirou Diomaye Faye pour se rendre à Nouakchott 2

→A lire aussi

Mounirou Ndiaye fait remarquer qu’après les 3927 milliards de FCfa d’engagements obtenus au groupe consultatif de Paris en 2014 pour la phase 1 du Pse (Pap 1 : 2014-2018), des engagements de 7356 milliards de FCfa ont été décrochés en 2018 dans la perspective de la phase 2 du Pse.

« Ainsi, la dette publique du Sénégal est passée d’environ 40 % du Pib en 2014 à 67 % en 2020.

L’encours de la dette publique se situe à 20 000 milliards de FCfa actuellement, soit plus de 70 % du Pib », argumente-t-il.

Développer le secteur agricole et la préférence nationale

Bassirou Diomaye Faye préconise un conseil interministériel sur le secteur hydraulique
Bassirou Diomaye Faye préconise un conseil interministériel sur le secteur hydraulique

Avec les ruptures annoncées dans son projet de société, le Président Bassirou Diomaye Faye, assure le Pr Mounirou Ndiaye, pourrait définitivement mettre un terme à un paradoxe qui est le principal élément qui plombe l’éclosion du potentiel économique du Sénégal.

L’agriculture, annoncée comme priorité face à l’extrême maigreur des moyens qui lui sont consacrés, pourrait permettre, selon l’économiste, le développement si les moyens budgétaires suivent.

En 2024, le budget du secteur se situe à moins de 4,5 % des dépenses publiques et moins de 6 % du budget général de l’État.

arrivée de SEM le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye en Mauritanie 2
arrivée de SEM le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye en Mauritanie 2

→A lire aussi

La loi de finances rectificative, prévisible dans les semaines à venir, doit au moins permettre d’aller jusqu’à 10 % du budget de l’État en 2024, en conformité avec les accords de Maputo, d’après Mounirou Ndiaye.

« Il est envisageable d’atteindre 20 % du budget de l’État en 2026 à raison de 5 % de plus par an à partir de 2025 », ajoute-t-il.

À ses yeux, il est impossible de relever les défis de la création de richesses, de la réduction de la pauvreté et du chômage sans une croissance accélérée dans les activités agro-sylvo-pastorales et halieutiques.

Modernisation et professionnalisation de l’agriculture familiale

départ à Dakar de Bassirou Diomaye Faye pour se rendre à Nouakchott
départ à Dakar de Bassirou Diomaye Faye pour se rendre à Nouakchott

Afin de permettre au secteur agricole, au sens large, de porter 80 % des besoins d’emploi, l’État, explique l’économiste, doit apporter les ajustements nécessaires sur le plan foncier, de la modernisation et de la professionnalisation de l’agriculture familiale, de la régulation et de la protection des marchés et des débouchés locaux, de l’accompagnement des transformateurs locaux et des infrastructures de stockage et de conservation à travers tout le pays.

Le successeur du Président Macky Sall devra aussi favoriser le développement de la culture rizicole et autres spéculations, car, avance le Pr Ndiaye, la souveraineté et la sécurité alimentaires vont non seulement renforcer la résilience et l’assise économiques du pays, mais aussi être un apport indispensable sur notre position extérieure dans la perspective de l’autonomie monétaire.

5 défis économiques attendent Bassirou Diomaye Faye
5 défis économiques attendent Bassirou Diomaye Faye

→A lire aussi

Toutefois, M. Ndiaye pense que cela doit s’accompagner d’un changement des habitudes alimentaires extraverties des Sénégalais qui est le lit des importations.

« Par exemple, l’Isra devrait, en collaboration avec l’Institut de technologie alimentaire (Ita), pouvoir proposer une farine composée à partir du niébé, du mil, du sorgho et du maïs, en substitut du blé importé où est injecté plus de 110 milliards de FCfa chaque année », propose-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici