L’infection à VIH est un problème majeur de santé publique mondiale qui a fait plus de 35 millions de victimes à ce jour, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).


Rien que l’année dernière, près d’un million de personnes sont mortes de causes liées au VIH dans le monde.

Environ 37 millions de personnes vivent avec le virus – dont 70 % en Afrique – et 1,8 million de personnes seront nouvellement infectées en 2017.

Être infecté par le virus VIH est la seule manière d’attraper le sida.

Depuis que la maladie s’est propagée pour la première fois dans les années 1980, toutes sortes d’idées farfelues sur la façon dont le virus du Sida se transmet et ce que c’est que de vivre avec le VIH ont alimenté les préjugés et la stigmatisation.

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, nous démystifions certains d’entre eux, parmi les plus courants.

Lire aussi: Malawi : un séropositif condamné par la justice

Mythe : Je peux contracter le VIH en côtoyant des personnes séropositives.

Un test sanguin est nécessaire pour détecter le virus VIH dans le sang.
Un test sanguin est nécessaire pour détecter le virus VIH dans le sang.

Cette idée fausse alimente depuis longtemps la discrimination à l’égard des personnes séropositives.

Et malgré toutes les campagnes de sensibilisation, en 2016, 20 % des personnes au Royaume-Uni croyaient encore que le VIH pouvait être transmis par contact peau à peau ou par salive.

Mais elle ne se propage pas par le toucher, les larmes, la sueur, la salive ou l’urine.

Vous ne pouvez pas l’attraper :

  • Respirer le même air
  • Etreindre, embrasser ou serrer la main
  • Partager les ustensiles de cuisine
  • Partager une fontaine d’eau
  • Partager des objets personnels
  • Utiliser des appareils d’exercice dans un gymnase
  • Toucher un siège de toilette, un bouton de porte ou une poignée de porte
En 1991, la princesse Diana de Galles a rencontré des patients séropositifs à Londres afin de dissiper les idées fausses sur la transmission du VIH.
En 1991, la princesse Diana de Galles a rencontré des patients séropositifs à Londres afin de dissiper les idées fausses sur la transmission du VIH.

Le VIH se transmet par l’échange de liquides organiques avec des personnes infectées, comme le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel.

Lire aussi: Inquiétudes liées au financement du VIH

Mythe : Des remèdes peu orthodoxes peuvent guérir le VIH

Absolument pas.

La médecine alternative, la douche après les rapports sexuels ou les rapports sexuels avec une vierge ne feront rien contre le VIH.

Le mythe de la « purification de la vierge », qui s’est implanté en Afrique subsaharienne, dans certaines parties de l’Inde et en Thaïlande, est particulièrement dangereux.

Elle a conduit au viol de très jeunes filles, et même, dans certains cas, de bébés, les exposant ainsi à un risque d’infection par le VIH.

Le mythe aurait ses racines dans l’Europe du XVIe siècle, lorsque les gens ont commencé à attraper la syphilis et la gonorrhée.

Cette pratique ne fonctionne pas non plus pour ces maladies.

Le VIH ne se transmet pas par contact peau à peau, salive, partage d'objets du quotidien ou par piqûres de moustiques.
Le VIH ne se transmet pas par contact peau à peau, salive, partage d’objets du quotidien ou par piqûres de moustiques.

Quant aux prières et aux rituels religieux, bien qu’ils puissent aider les gens à faire face à des situations difficiles, ils n’ont aucun effet médical sur le virus.

Lire aussi: Préservatif de ‘mauvaise qualité’ au Kenya

Mythe : Les moustiques peuvent propager le VIH

Bien que le virus soit transmis par le sang, plusieurs études montrent que les insectes piqueurs ou suceurs de sang ne permettent pas de l’attraper, pour deux raisons :

1) Lorsque les insectes piquent, ils n’injectent pas le sang de la personne ou de l’animal qu’ils ont mordu auparavant ; et

2) Le VIH ne vit que peu de temps en eux.

Donc, même si vous vivez dans une région où il y a beaucoup de moustiques et où la prévalence du VIH est élevée, les deux choses ne sont pas liées.

Lire aussi: Togo : séropositives et stigmatisées

Mythe : Je ne peux pas contracter le VIH lors de rapports sexuels oraux

C’est vrai que le sexe oral est moins risqué que certains autres types de sexe.

Le taux de transmission est inférieur à quatre cas pour 10 000 actes.

Les préservatifs aident à prévenir la transmission du VIH et protègent contre d'autres maladies sexuellement transmissibles.
Les préservatifs aident à prévenir la transmission du VIH et protègent contre d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Mais vous pouvez contracter le VIH en ayant des rapports sexuels oraux avec un homme ou une femme séropositive – c’est pourquoi les médecins recommandent toujours l’utilisation de préservatifs, même pour les rapports oraux.

Lire aussi: Sida : les financements en chute

Mythe : Je ne peux pas contracter le VIH si je porte un condom.

Les préservatifs peuvent ne pas prévenir l’exposition au VIH s’ils se brisent, glissent ou fuitent pendant les rapports sexuels.

C’est pourquoi les campagnes de lutte contre le sida ne visent pas seulement à inciter les gens à porter la gaine de latex, mais aussi à subir un test de dépistage du VIH – et à recevoir un traitement immédiatement s’ils sont infectés par le VIH.

Selon l’OMS, une personne sur quatre qui a le VIH ne le sait pas – soit 9,4 millions de personnes – ce qui représente un risque important de transmission.

Lire aussi: Sida : des conseillers de Trump démissionnent

Mythe : Pas de symptômes signifie pas de VIH

Une personne peut vivre dix ou quinze ans avec le VIH et ne présenter aucun symptôme.

Ils peuvent également souffrir d’une maladie semblable à la grippe, notamment de fièvre, de maux de tête, d’éruptions cutanées ou de maux de gorge au cours des premières semaines suivant l’infection initiale.

Une personne sur quatre vivant avec le virus VIH n'en est pas consciente.
Une personne sur quatre vivant avec le virus VIH n’en est pas consciente.

D’autres symptômes peuvent apparaître au fur et à mesure que l’infection affaiblit le système immunitaire : ganglions lymphatiques gonflés, perte de poids, fièvre, diarrhée et toux.

Sans traitement, ils pourraient également développer des maladies graves comme la tuberculose, la méningite à cryptocoques, de graves infections bactériennes et des cancers comme les lymphomes et le sarcome de Kaposi, entre autres.

Lire aussi: Sida : une fillette suscite l’espoir

Mythe : Les personnes vivant avec le VIH mourront jeunes

Les personnes qui savent qu’elles sont séropositives et adhèrent au traitement mènent de plus en plus une vie saine.

L’ONUSIDA affirme que 47 % de toutes les personnes vivant avec le VIH n’ont plus de charge virale – ce qui signifie que la quantité de VIH dans le sang est tellement faible qu’elle devient  » indétectable  » dans les tests sanguins.

Les personnes qui n’ont plus de charge virale ne peuvent pas transmettre le virus non plus, même en ayant des rapports sexuels avec des personnes séronégatives.

Les femmes qui ont une charge virale faible peuvent avoir des bébés sans leur transmettre le VIH.
Les femmes qui ont une charge virale faible peuvent avoir des bébés sans leur transmettre le VIH.

Cependant, s’ils arrêtent le traitement, les taux de VIH peuvent revenir et redevenir détectables.

Selon l’OMS, 21,7 millions de personnes vivant avec le VIH recevaient un traitement antirétroviral en 2017 – contre 8 millions en 2010 – soit environ 78 % des personnes séropositives qui connaissent leur état sérologique.

Lire aussi: Vulindlela, un village ravagé par le sida

Mythe : Les mères séropositives infecteront toujours leurs enfants

Pas nécessairement.

Les mères qui ont une charge virale faible peuvent avoir des bébés sans leur transmettre le virus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.