La commission de discipline de la LFP a tranché: elle n’a pas assez d’éléments pour sanctionner Alvaro Gonzalez et Neymar !

L’incroyable polémique va se poursuivre. Deux semaines et demie après le Classique sulfureux remporté par l’OM dans l’antre du PSG (0-1), Alvaro Gonzalez et Neymar ont été entendus par la commission de discipline de la Ligue, mercredi.

Alvaro Gonzalez Face à Neymar lors de PSG-OM

Pour rappel, le crack brésilien accuse le défenseur espagnol d’insultes racistes. Il l’avait signalé sur le terrain en fin de première période, sans être compris, et a ensuite dénoncé l’ex-joueur de Villarreal sur les réseaux sociaux, créant une polémique mondiale.

«Pas d’éléments suffisamment probants»

Sauf que la commission de discipline n’a finalement pas sanctionné Alvaro Gonzalez ni même Neymar, accusé d’avoir prononcé un mot homophobe au défenseur mais aussi des propos racistes à l’encontre d’Hiroki Sakai.

«La commission constate qu’elle ne dispose pas d’éléments suffisamment probants lui permettant d’établir la matérialité des faits de propos à caractère discriminatoire du joueur Alvaro Gonzalez à l’encontre de Neymar JR durant la rencontre ni de Neymar JR à l’encontre d’Alvaro Gonzalez», est-il expliqué.

L’instructeur du dossier, nommé il y a deux semaines, a lui-même sollicité un expert en lecture labiale et ce dernier n’a semble-t-il pas pu confirmer les mots soi-disant prononcés par les deux accusés blanchis («singe de merde» d’un côté, «tapette» et «chinois de merde» de l’autre).

Or la commission de discipline a «l’absolue nécessité d’avoir des éléments incontestables pour trancher», comme l’a relayé L’Equipe dans son édition du jour.

Les experts de TV Globo ne suffisent pas

Les deux clubs avaient pourtant constitué deux dossiers solides. Alors que les images de Téléfoot puis beIN Sports Mena, deux diffuseurs de la rencontre, n’ont pas vraiment été concluantes, le PSG s’est basé sur les images de TV Globo, un média brésilien qui avait fait appel à plusieurs experts en lecture labiale. Un expert interrogé par Le Parisien avait ensuite validé les conclusions de TV Globo.

Du côté d’Alvaro Gonzalez, l’Espagne a assuré n’avoir pas prononcé de tels mots lors de ses échanges houleux avec Neymar. En constituant sa défense, l’OM a même trouvé, sur les images captées par ses caméras, une insulte raciste lancée par Neymar à Sakai. Un «chinois de merde» à l’attention du latéral japonais qui a été détecté par les journalistes espagnols de la Cadena Ser.

Lire aussi:
Non, Telefoot n’a pas « caché » les images d’Alvaro et Neymar
Alvaro Gonzalez, en mission contre Neymar et Di Maria ?
Neymar, des accusations « sans valeur » ?

Laisser un commentaire