84 / 100

Le Sénégal sort de ses tiroirs un ambitieux programme de développement pétrolier et gazier pour relancer l’économie. Le Sénégal est en train de devenir l’une des zones pétrolières et gazières les plus excitantes à émerger ces dernières années dans le secteur pétrolier et gazier largement sous-exploré de l’Afrique subsaharienne.

Ambitieux programme de développement pétrolier et gazier pour relancer l’économie Sénégalaise

Le pays est peut-être un acteur relativement nouveau en termes de mise en production, mais en fait, l’exploration pétrolière et gazière a eu lieu dans le pays dès 1961.

Ce n’est que jusqu’à ce que d’importantes découvertes de pétrole et de gaz offshore de classe mondiale ont été faites en 2014-2016 que les investisseurs énergétiques mondiaux ont commencé à vraiment réaliser l’énorme potentiel du bassin MSGBC, qui comprend les eaux offshore de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée-Bissau et de la Guinée-Conakry.

Avant les découvertes à grande échelle, le Sénégal manœuvrait déjà dans une bonne position pour capitaliser sur sa richesse en hydrocarbures grâce au leadership de SE le président Macky Sall, ancien directeur général de la compagnie pétrolière publique PETROSEN.

En tant qu’homme du pétrole, le président Sall était particulièrement qualifié pour comprendre à la fois les énormes défis et les nombreuses opportunités que tout nouveau pays producteur de pétrole peut s’attendre à rencontrer.

Déjà en 2014, le Plan Sénégal Emergent (PSE) visait à aider le Sénégal à atteindre l’indépendance énergétique en diversifiant le mix énergétique, et l’a fait en mettant l’accent non seulement sur les énergies renouvelables, mais aussi sur les vastes ressources en hydrocarbures qui étaient sur le point d’être débloquées.

Les trois piliers de base du Plan Sénégal Emergent sont le développement du capital humain, l’accent mis sur la bonne gouvernance et un état de droit solide.

FER DE LANCE DU SECTEUR

Le Sénégal ne voulait pas répéter les erreurs que certains autres pays producteurs de pétrole et de gaz subsahariens avaient endurées en voyant leurs économies devenir beaucoup trop dépendantes des hydrocarbures, rendant ainsi d’autres secteurs économiques non compétitifs, ce que l’on appelle la « malédiction du pétrole ».

Pour cette raison, des parties prenantes de tout le Sénégal ont entrepris de glaner les meilleures pratiques de l’industrie du monde entier, se rendant au Canada, en Norvège et dans de nombreux pays africains producteurs de pétrole bien établis comme l’Angola et le Nigéria, entre autres.

En conséquence, deux entités cruciales sont nées qui contribueront à façonner le secteur pétrolier et gazier en plein essor du Sénégal.

Le premier était le (Comité d’Orientation Stratégique)-COS PETROGAZ, une entité relevant directement de la Présidence du Sénégal, dont l’objectif est de garantir que la vision ambitieuse du Président Macky Sall pour un secteur pétrolier et gazier axé sur la transparence,

Aujourd’hui, COS-PETROGAZ continue d’être le fer de lance du développement continu du secteur pétrolier et gazier du Sénégal. La deuxième institution pivot pour l’industrie était l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG), l’Institut National du Pétrole.

Sa mission est d’aider à recruter, former et développer la prochaine génération d’ingénieurs pétroliers, de géologues et de professionnels techniques du pétrole et du gaz sénégalais afin d’éviter de dépendre d’une main-d’œuvre expatriée coûteuse.

Ces deux institutions ont été particulièrement réussies dans leurs missions respectives et ont ouvert la voie à l’afflux à grande échelle d’investissements directs étrangers (IDE) et à l’implication croissante de nombreuses COI au Sénégal à ce jour.

PROJETS ET ACTEURS CLÉS

Deux des plus grands projets en cours aujourd’hui sont le champ pétrolifère SNE et le projet gazier Greater Tortue Ahmeyim LNG. Selon fDi Intelligence, il s’agit du projet offshore le plus profond d’Afrique et devrait produire jusqu’à 10 millions de tonnes métriques de GNL par an, avec une production commerciale prévue pour 2023.

Certains des principaux acteurs qui façonnent l’essor actuel du secteur pétrolier et gazier du Sénégal sont Cairn Energy et ses partenaires de coentreprise (JV) FAR et Woodside Energy.

BP et Kosmos Energy ont également fait une découverte de gaz majeure dans le bloc Cayar Deep Offshore en 2017. En outre, Kosmos Energy a fait une découverte substantielle dans le puits Tortue-1 dans le complexe Greater Tortue qui chevauche la frontière sénégalo-mauritanienne.

Ces divers projets devraient attirer d’importantes sommes d’IDE au cours de la prochaine décennie au Sénégal et, dans une moindre mesure, dans un certain nombre des différents pays composant le bassin du MSGBC.

Les analystes de The Economist Intelligence Unit notent que le taux de croissance du PIB réel du Sénégal a ralenti à 0,7% en 2020, en raison des effets de la pandémie de coronavirus. Mais il devrait se redresser fortement en 2022-25 avec la mise en service d’une nouvelle production d’hydrocarbures.

LA PRODUCTION D’ÉNERGIE

L’un des impacts les plus importants que le Sénégal tirera du fait de devenir un nouveau producteur de pétrole et de gaz se fera sentir le plus immédiatement dans le secteur de la production d’électricité.

Auparavant, le Sénégal avait l’un des coûts d’électricité les plus élevés parmi les pays d’Afrique de l’Ouest, mais avec la mise en service du nouveau gaz naturel, diverses centrales électriques gérées par la société de services publics SENELEC passeront bientôt de la combustion de fioul lourd au gaz naturel, ce qui est non seulement beaucoup plus respectueux de l’environnement, mais aussi beaucoup plus rentable.

Ce sera un catalyseur pour l’expansion d’un large éventail d’industries qui n’étaient auparavant pas assez compétitives en raison des coûts élevés de l’électricité.

Le ciment, le développement des infrastructures, l’industrie légère, l’agro-industrie, les transports et de nombreux autres sous-secteurs devraient profiter de la manne d’un gaz naturel plus facilement disponible et abordable.

Le projet sénégalais de Sangomar, actuellement développé par la société australienne Woodside Energy, a une capacité de production estimée de 75 000 à 100 000 barils de pétrole par jour.

Comme pour les projets susmentionnés, il devrait également entrer en production au cours de 2023.

A lire aussi

Un rapport publié par le Comité national de l’Initiative pour la transparence des industries extractives a déclaré qu’avant le début de la pandémie mondiale, « le pays avait déjà commencé à récolter les fruits de ses découvertes.

Les revenus du gouvernement provenant du secteur des hydrocarbures ont atteint 42,5 millions de dollars en 2019, soit une augmentation de 37 % par rapport à 2018. »

Alors que le Sénégal poursuit une reprise économique post-Covid et une réouverture de l’économie, les revenus devraient à nouveau augmenter ou dépasser les niveaux d’avant la pandémie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here