Anthropologie de la communication

0
142

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication.

Anthropologie de la communication

prise-parole-public
prise-parole-public

Tel qu’on peut maintenant le supposer, l’Anthropologie de la communication pourrait se contenter de s’afficher comme une évidence.

Pourtant, enseignant à ses disciples le « nouvel esprit scientifique » (1934), Gaston Bachelard disait que « toute vérité nouvelle naît malgré l’évidence ».

Aussi, le lancement du projet scientifique d’une Anthropologie de la communication devrait-il se plier, lui aussi, au devoir de problématiser le réel, ceci étant le point de départ de toute scientificité et la source de toute heuristique.

Un outil servant à communiquer….

prise-de-parole-bien maitriser
prise-de-parole-bien maitriser

L’Anthropologie de la communication envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des normes variables selon les sociétés et comme un outil servant à communiquer, mais aussi à agir sur autrui et sur le monde.

Elle s’occupe de tout genre de discours, qu’il s’agisse de conversations ordinaires ou de discours cérémoniels.

Ses objets d’étude peuvent être aussi bien des mythes, des contes, des incantations rituelles, des éloges funéraires ou des allocutions politiques que des échanges de potins, des salutations quotidiennes ou un marchandage entre chaland et commerçant.

Les anthropologies de la communication

Anthropologie de la communication 1

Traiter d’anthropologie de la communication signifie d’abord que la communication est une activité « humaine » dont la compréhension suppose l’objectivation de facteurs expliquant les manières de se comporter, d’interagir, de vivre en société, de répondre aux sollicitations de l’environnement.

Tout travail de recherche sur la communication s’avère solidaire d’une certaine conception de l’homme et de la société.

Il dépend d’un ensemble de présupposés et de prémisses théoriques qui conditionnent à la fois le regard que l’on porte sur celle-ci et la capacité à l’analyser. Traiter d’« anthropologies » au pluriel nécessite de préciser ce point.

Sciences de l’information et de la communication (SIC)

Anthropologie de la communication 1
Anthropologie de la communication 1

Il existe en effet une multiplicité d’objets et de questionnements qui, dans le domaine des Sciences de l’information et de la communication (SIC), nécessitent la mobilisation de grilles d’analyses empruntées à l’anthropologie et, plus généralement, aux sciences humaines et sociales (SHS).

Les exemples abondent, depuis les études sur les contextes de production et de réception de programmes télévisuels jusqu’à l’analyse des relations humaines dans les situations de travail, sans omettre les rapports homme-machine et, évidemment, les interactions sociales.

A lire aussi

Quelles grilles d’analyse, quels modèles théoriques, quelles conceptions de l’homme et de la société mobiliser pour analyser ces objets ?

Aussi simple soit-elle, une telle question va à l’encontre du conformisme qui résume un peu rapidement l’anthropologie de la communication à un domaine d’étude restreint et à un paradigme quasiment exclusif…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here