Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme

0
1

Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme. Bassirou Diagne, tradipraticien de son état, a été placé lundi en garde à vue à la Division des investigations criminelles (DIC) pour plusieurs chefs d’inculpation dont diffusion de fausses nouvelles, diffamation et charlatanisme, a appris l’APS de source policière.

Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme

Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme 1
Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme 1

M. Diagne est aussi poursuivi pour actes et manœuvres à jeter le discrédit sur les institutions, a précisé la même source.

Le tradipraticien a été convoqué à la suite d’une sortie dans un enregistrement vidéo évoquant des « révélations sur la libération de l’opposant Ousmane Sonko ».

Abdou Khadre Sakho, journaliste de Senego, en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles 1
Abdou Khadre Sakho, journaliste de Senego, en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles 1

→A lire aussi

Il a été placé en garde à vue après une audition de plusieurs heures.

Le journaliste du site d’informations Senego Khadre Sakho, auteur d’un article parlant de « négociations souterraines pour la libération du leader de l’ex parti PASTEF, Ousmane Sonko », est toujours auditionné dans les locaux de la DIC, selon la même source.

Complot contre l’autorité de l’État, actes visant à compromettre la sécurité publique

Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme
Bassirou Diagne, Un tradipraticien en garde à vue pour diffusion de fausses nouvelles et charlatanisme

M. Sonko a été inculpé le 29 juillet dernier pour appel à l’insurrection, atteinte à la sûreté de l’État, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, complot contre l’autorité de l’État, actes visant à compromettre la sécurité publique et à créer des troubles politiques graves et vol.

Il avait été condamné début juin à deux ans de prison pour corruption de la jeunesse dans le procès pour diffamation à Adji Sarr, ex-employée d’un salon de massage dakarois.

→A lire aussi

En mai, il avait écopé de six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès pour diffamation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici