bientot-la-pose-de-la-premiere-pierre-du-centre-national-d-oncologie
bientot-la-pose-de-la-premiere-pierre-du-centre-national-d-oncologie

Le démarrage des travaux de construction du Centre national d’oncologie de Diamniadio se fera « dans les meilleurs délais » avec la pose prochaine de la première pierre de cette structure de prise en charge du cancer, a annoncé le directeur de la Maladie, docteur Babacar Guèye.

M. Guèye en a fait l’annonce, mercredi à Dakar, en marge de la cérémonie de lancement des Journées de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus initiées par l’Amicale des femmes du quotidien Le Soleil.

Le directeur de la Maladie est revenu, à cette occasion, sur « les efforts » de l’Etat dans le domaine de la lutte contre le cancer, « avec aujourd’hui de grandes avancées sur tous les plans ».

Il a cité la prévention primaire avec la loi anti-tabac, la vaccination contre le virus du papillome humain pour prévenir le cancer du col de l’utérus, la vaccination depuis 2016 contre l’hépatite B pour la prévention contre le cancer du foie.

Centre National d’Oncologie : Bientôt la pose de 1ère pierre

Il a par ailleurs signalé que des mammographies peuvent se faire dans 11 régions du Sénégal sur 14, en attendant que les autres puissent disposer de leur appareil en fin d’année lorsque de nouveaux hôpitaux y seront réceptionnés.

Concernant le volet prise en charge, le directeur de la Maladie a fait état de l’acquisition d’accélérateurs linéaires au profit de l’hôpital Dalal Jamm (centre) et de l’hôpital Le Dantec, précisant que le premier en comptera deux contre un pour le second.

Depuis octobre 2019, la « gratuité totale de la chimiothérapie » est également de rigueur pour les cancers du sein et du col de l’utérus, mais l’Etat compte « poursuivre ses efforts pour amoindrir de façon permanente les charges financières liées à ces cancers », a-t-il indiqué.

Le cancer peut se guérir, s’il est dépisté à temps, a répété le docteur Babacar Guèye, selon qui cette maladie est responsable de 13% de décès dans le monde et tue donc plus que le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme réunis.

A lire aussi Le ’’mois du consommer local’’ au menu d’un atelier à Kaffrine (Centre)

Au Sénégal, la maladie touche les sujets appartenant à la tranche d’âge la plus productive avec environ 20.000 cas par an, selon la LISCA.

Le cancer n’épargne pas non plus les enfants avec 800 nouveaux cas de cancer qui concernent cette catégorie de la population (centre), indique cette structure initiatrice de la campagne « Octobre Rose », dans le cadre de la lutte contre la maladie.

La Ligue sénégalaise contre le cancer (LISCA), relève dans ses supports que le cancer constitue désormais l’une des principales causes de décès dans le monde, sur la base des statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Laisser un commentaire