88 / 100

Changement climatique… L’Afrique doit repenser ses cultures. Alors que s’ouvre la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, la plus grande conférence sur le climat depuis les accords de Paris, le Fonds international de développement agricole (Fida) plaide pour augmenter significativement les investissements destinés à financer l’adaptation au changement climatique dans les pays en développement.

Changement climatique : l’Afrique doit repenser ses cultures

Changement climatique _ 5 choses à faire pour éviter le réchauffement_ - www.kafunel.com Capture 308 -
Changement climatique _ 5 choses à faire pour éviter le réchauffement_ – www.kafunel.com Capture 308 –

L’organisation tire la sonnette d’alarme, notamment sur la situation des petits exploitants agricoles. Bien qu’ils produisent le tiers de la nourriture consommée mondialement, ils restent très mal desservis par le financement climatique, ne recevant que 1,7 % des flux mondiaux de financement, et ils ont rarement voix au chapitre dans les forums internationaux.

Le déficit de financement en faveur de l’adaptation a des répercussions dans le monde entier.

« La baisse des rendements agricoles devrait entraîner une hausse des prix des aliments, une diminution des disponibilités alimentaires et une aggravation de la faim et de la pauvreté, dit le rapport. Cela pourrait accentuer les migrations, les conflits et l’instabilité. »

En 2020, la faim touchait une personne sur dix à l’échelle mondiale et, en Afrique, une personne sur cinq.

D’où l’appel du Fida pour qu’ils investissent et repensent leurs cultures en délaissant notamment le maïs gourmand en eau, soulignent les experts dans un zoom consacré à huit pays africains et publié fin octobre.

Les cultures de base en Afrique menacées par la hausse des températures

Plusieurs « cultures de base dans huit pays africains pourraient diminuer jusqu’à 80 % d’ici à 2050 dans certaines régions si les températures continuent à augmenter en raison du changement climatique », met en garde dans un communiqué cette institution spécialisée des Nations unies.

« Cela pourrait avoir des conséquences désastreuses en matière de pauvreté et de sécurité alimentaire, à moins de débloquer en urgence des fonds pour aider les fermiers vulnérables à adapter leurs cultures et leurs méthodes », ajoute le Fida.

Calendrier climat des regulateurs
Calendrier climat des regulateurs

Le Fida a financé la réalisation par l’université du Cap (Afrique du Sud) de huit analyses du risque climatique dans autant de pays africains (Angola, Lesotho, Malawi, Mozambique, Ouganda, Rwanda, Zambie, Zimbabwe). Ces huit États sont « très différents : sans accès à la mer, côtiers, montagneux ou semi-arides », mais les perspectives sont « sombres » pour tous, est-il souligné.

Avec des inondations menaçant les cultures et la stabilité des sols

Entre 2040 et 2069, les températures sont attendues en hausse de 2 °C, voire plus, jusqu’à 2,6 °C dans certains endroits.

Dans le même temps, les précipitations vont devenir plus rares et erratiques, « avec des inondations menaçant les cultures et la stabilité des sols ». Dans ce contexte, « l’adaptation est vitale ».

Les grandes sécheresses pourraient être l'un des principaux symptômes du réchauffement climatique
Les grandes sécheresses pourraient être l’un des principaux symptômes du réchauffement climatique

Des cultures s’en sortiront mieux, comme le manioc, l’arachide, les haricots, le sorgho, le millet, précise le rapport.

« Planter des cultures alternatives n’est toutefois pas une solution rapide », d’autant que les foyers pratiquant une agriculture vivrière ont souvent des « préférences fortes » quant aux plantes qu’ils cultivent et qui entrent directement dans leur alimentation.

Quant au maïs, mieux vaut privilégier les variétés à maturation précoce pour limiter les risques de perte de récolte.

La COP26, dernière chance ?

Tous ces changements impliquent d’importants investissements en techniques, semences et formations, est-il relevé.

Le rapport rappelle qu’avoir des outils pour transformer les récoltes, par exemple en farine ou chips de manioc, présente l’avantage d’éviter que les cultures ne se gâtent, tout en augmentant potentiellement les revenus des fermiers.

« La COP26 est notre appel à agir », a déclaré le Dr Jyotsna Puri, vice-présidente associée du Département de la stratégie et de la gestion des savoirs du Fida, qui dirige les travaux sur le changement climatique.

Climat ce que l’Afrique attend de la COP26
Climat ce que l’Afrique attend de la COP26

« C’est peut-être notre dernière chance de contrôler le changement climatique et de nous préparer aux effets du réchauffement sur des milliards de personnes. »

Après les négociateurs africains, c’est donc une institution onusienne qui braque les projecteurs sur l’engagement non tenu que les pays riches ont pris il y a six ans de mobiliser 100 milliards de dollars par an de financements climatiques en faveur des pays moins développés d’ici à 2020.

« L’atténuation et l’adaptation sont comme les deux ailes d’un oiseau, nous ne pouvons pas continuer à voler avec une seule aile », a expliqué Jyotsna Puri.

« Si les mesures d’atténuation sont essentielles, il faudra deux à trois décennies pour qu’elles portent leurs fruits. Il est urgent d’investir dès maintenant dans l’adaptation afin que les petits exploitants agricoles, comme ceux visés par cette étude, puissent continuer à développer les cultures dont ils dépendent pour gagner leur vie et nourrir leur pays. »

RECOMMANDÉ POUR VOUS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here