Revue de presse française du 06 novembre 2021: une cinquième vague de coronavirus, la menace

0
2
Revue de presse française du 06 novembre 2021 une cinquième vague de coronavirus, la menace
Revue de presse française du 06 novembre 2021 une cinquième vague de coronavirus, la menace
88 / 100

Revue de presse française du 06-11-2021 fait focus sur la pandémie. Suite à la recrudescence du coronavirus en France, une cinquième vague de coronavirus menace la France et l’Europe de manière générale. Le président Macron en parlera mardi soir à la télévision.

Cinquième vague de coronavirus, la menace

Manifeste en Europe, elle préoccupe la presse en France, mais pas qu’elle. Le pouvoir exécutif aussi.

Dès hier, la manchette du quotidien Le Monde donnait le ton, en faisant du rappel vaccinal un « nouvel enjeu majeur ». Et ce matin, ladite nouveauté se retrouve à la Une. Avec ses projections.

Social Media Image Size Guide
Social Media Image Size Guide

A lire aussi

« Les fêtes de Noël et de fin d’année pourraient-elles être menacées, interroge Le Figaro ? Faut-il mettre en place de nouvelles mesures de prévention ? ».

Poser ces questions n’est pas y répondre, mais au regard de ce qui se passe ailleurs en Europe, et que ce quotidien détaille, Le Figaro se veut rassurant.

« À l’orée de cet hiver incertain, la France part pour une fois avec un avantage, rassure-t-il. Sa population est bien vaccinée, le passe sanitaire limite les risques d’événements de super propagation et l’épidémie est à un niveau suffisamment bas pour nous laisser le temps de regarder ce qui se passe chez nos voisins. Pour apprendre de leurs erreurs et s’inspirer de leurs succès ».

Revue de presse française du 06 novembre 2021

social-media-image-sizes-2022 (www.kafunel.com) version officielle[1]
social-media-image-sizes-2022 (www.kafunel.com) version officielle[1]

Il faut donc « raison garder, assure Le Figaro, et faire preuve de discernement (…) La reprise épidémique est réelle en France, sans être jugée trop inquiétante. (…)

L’urgence commande surtout de vacciner toutes les personnes âgées et fragiles qui ne le sont toujours pas. Et la prudence exige de renforcer notre capacité hospitalière.

En cas de nouveau coup dur cet hiver, l’exécutif payerait très cher d’avoir, en toute connaissance de cause, balayé cette insuffisance criante d’un revers de main ».

Justement. « La reprise épidémique est là », s’alarme la Une du journal Le Parisien, en voyant dans cette menace « l’épée de Damoclès », formule qui revient « en coulisses, au sommet de l’Etat » en ce moment, la crise sanitaire s’invitant « à l’agenda de la présidentielle » constituant « une nouvelle donne qui crée une nouvelle inconnue ».

Coupe du monde & CAN tous les 2 ans ou tous les 4 ans_sondage-foot-no-text
Coupe du monde & CAN tous les 2 ans ou tous les 4 ans_sondage-foot-no-text

Car, comme le remarque ce journal, « avec cette maladie, les déconvenues viennent de là où on ne les attend pas ».

Macron, le rôle du protecteur de la nation

Cette recrudescence du coronavirus en France, le président Macron en parlera mardi soir à la télévision.

Kamanda Wa Kamanda Muzembe-Retour de Félix-Antoine Tshisekedi en RDC après sa tournée en Israël, Italie et Ecosse
Kamanda Wa Kamanda Muzembe-Retour de Félix-Antoine Tshisekedi en RDC après sa tournée en Israël, Italie et Ecosse

Allocution à 20H, heure française, lors de laquelle, selon un membre du gouvernement cité par la radio RTL, et relayé ce matin, par le journal Le Parisien, Emmanuel Macron pourrait rendre la troisième dose du vaccin obligatoire. « Cette obligation concernerait dans un premier temps les publics les plus fragiles ».

« Pour inciter les personnes les plus vulnérables à y recourir, faut-il que le rappel devienne une condition de validité du passe sanitaire, questionne Le Figaro ? L’idée est étudiée depuis plusieurs semaines au sommet de l’État ».

image-compression-infographic-
image-compression-infographic-

A lire aussi

Aussi, pour expliquer « le sens » de l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron mardi soir, Le Parisien avance l’idée que le président entend « continuer à profiter de ce rôle de protecteur de la nation », en surfant sur le sentiment que la France apparaît comme un pays qui « s’en est bien sorti », alors que les « concurrents » du chef de l’Etat « n’ont pas dans leur manche une autre politique sanitaire à proposer ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here