Selon la Banque Mondiale, la Croissance Économique de l’Afrique va chuter de 0,4% en 2022. La croissance économique en Afrique va baisser de 4% en 2021 à 3, 6% en 2022, en raison notamment de plusieurs facteurs exogènes, a indiqué, mercredi, l’économiste en chef de la Banque mondiale (BM) pour la région Afrique, Zeufack Albert.

Croissance Économique de l’Afrique va chuter de 0,4% en 2022 

Afrique-subsaharienne-francophone-est-le-moteur-de-la-croissance-africaine_visuel
Afrique-subsaharienne-francophone-est-le-moteur-de-la-croissance-africaine_visuel

« La croissance économique de l’Afrique durant 2022 va décroître, passant de 4% en 2021 à 3,6% en 2022 », a-t-il déclaré.

Albert Zeufack s’exprimait à la cérémonie de présentation du rapport Africa’s Pulse, une publication semestrielle du bureau de l’économiste en chef de la BM sur les perspectives économiques en Afrique.

Environnement mondial marqué par des chocs multiples et nouveaux

Croissance
Croissance

Selon Zeufack, les prévisions indiquaient un ralentissement de la croissance de l’Afrique subsaharienne pour cette année, dans un environnement mondial marqué par des chocs multiples et nouveaux.

Parmi les facteurs limitant cette dynamique de croissance figurent le ralentissement de l’activité économique mondiale, la persistance des difficultés d’approvisionnement, l’apparition de nouveaux variants du virus de la Covid-19.

Une inflation élevée, des risques financiers croissants dus à des niveaux d’endettement élevés et de plus en plus préoccupants et la crise en Ukraine sont également des facteurs à prendre en compte.

Afrique », à l’exception de « pays importateurs nets. »

taux-de-croissance-du-pib-projete-a-5-2-en-2021-rapport
taux-de-croissance-du-pib-projete-a-5-2-en-2021-rapport

La guerre en cours en Ukraine va « certainement » impacter les économies de l’Afrique. Mais contrairement à ce qui est redouté, dit-il, elle « n’aura aucune incidence majeure sur la croissance économique globale de l’Afrique », à l’exception de « pays importateurs nets. »

Il estime qu’ »on est loin de la catastrophe connue en 2020 avec le Covid-19″. Mieux, « les pays riches en ressources naturelles dont la croissance est tirée par les exportations peuvent en tirer profit, même dans la durée », en surfant sur « la vague de l’inflation des prix », prédit-il.

Etats africains devront procéder à la « transformation systématique de leurs ressources naturelles

Croissance économique annuelle moyenne sur la période 2012-2020 (9 années)
Croissance économique annuelle moyenne sur la période 2012-2020 (9 années)

Pour Zeufack Albert, pour avoir une économie beaucoup plus résiliente, en mesure de faire face à de pareilles situations, les Etats africains devront procéder à la « transformation systématique de leurs ressources naturelles, au renforcement du système de protection sociale, mais aussi et surtout, aider les populations à investir dans des activités génératrices de l’économie. »

Le rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale est une analyse semestrielle des perspectives macroéconomiques à court terme de l’Afrique subsaharienne.

A lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here