Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards

0
55

Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards. « Même la personne la plus pauvre peut réussir »: parti de rien, orphelin ayant passé une grande partie de sa jeunesse dans la rue, Eddy Kenzo ne cache pas sa fierté d’être devenu le premier chanteur ougandais nommé aux prestigieux Grammy Awards.

Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards

Beyoncé en tête des nominations pour les Grammy Awards 2023
Beyoncé en tête des nominations pour les Grammy Awards 2023

Sélectionné dans la catégorie meilleure performance musique du monde pour la cérémonie prévue le 5 février à Los Angeles, l’artiste de 33 ans, de son vrai nom Edrisah Musuuza, assure que sa nomination l’a laissé « sans voix ».

« Je ne peux pas exprimer mes sentiments. C’est comme si je rêvais », déclare l’artiste, dont la musique mêle dancehall et afrobeat.

« Cette nomination doit donner de l’espoir aux plus démunis (…) Si je l’ai fait, ils peuvent aussi y arriver », estime-t-il lors d’un entretien avec l’AFP dans son studio de Kampala, la capitale ougandaise.

Il dort depuis son adolescence dans les rues de la capitale ougandaise

fete-de-la-musique-2021
fete-de-la-musique-2021

Son enfance a été jalonnée de drames. Né d’un père ougandais et d’une mère rwandaise dont la famille a été tuée lors du génocide de 1994, Eddy Kenzo perd ses deux parents, emportés l’un après l’autre par la maladie, avant ses cinq ans.

Adolescent, il dort dans les rues de la capitale ougandaise, se couchant souvent le ventre vide. « J’ai souffert lorsque j’étais enfant », dit-il.

Grâce à sa persévérance et à sa passion pour la musique, Eddy Kenzo réussit à rassembler des fonds pour sortir en 2008 sa première chanson, « Yannimba » (« Il m’a menti » en luganda, une langue bantoue parlée dans plusieurs pays de la région des Grands lacs).

« Rendre les gens heureux »

Kodi-Musique-1-
Kodi-Musique-1-

Sans soutien financier, snobé par les animateurs radio qu’il démarche assidûment, sa chanson reste confidentielle.

Eddy Kenzo se fait connaître deux ans plus tard avec le tube « Stamina », qui devient rapidement un incontournable des soirées privées et des discothèques.

Le début de l’ascension

La musique est omniprésente dans notre vie. © Luis Fernández García Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.1 Spain
La musique est omniprésente dans notre vie. © Luis Fernández García Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.1 Spain

En 2011, il remporte le prix de la révélation de l’année aux Pearl of Africa Music Awards. Son audience à l’international croît en 2014 avec la sortie de « Sitya Loss » (« Je n’ai pas peur de la perte »), un titre entraînant sur son enfance et sur sa résilience.

« Mon rêve était de rendre les gens heureux. Quand quelqu’un danse, il devient heureux, se sent bien, rit, se sent aimé, se débarrasse du stress et oublie les problèmes déprimants du monde », explique-t-il.

« Je voulais aussi devenir une lueur d’espoir pour ceux qui désespèrent », poursuit-il.

Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards 1

Dans les années qui suivent, il remporte plusieurs prix, dont un Nickelodeon Kids’ Choice Award en 2018, un BET Award en 2015 et plusieurs All Africa Music Awards.

L’artiste passe un nouveau cap avec sa nomination aux Grammy Awards avec « Gimme Love », un titre en anglais et en luganda en collaboration avec l’Américain Matt B. Quatre autres artistes sont nommés, dont le Nigérian Burna Boy.

« Si je gagne, ce sera un honneur pour mes fans, ma culture et tous ceux qui ont marqué ma vie », assure-t-il, impatient de se rendre dans la « Cité des Anges ».

Studio

Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards
Eddy Kenzo, de la rue aux Grammy Awards

Malgré cette trajectoire fulgurante, ce père de deux enfants n’a pas oublié ses débuts difficiles et tient à montrer la voie à d’autres artistes.

Fondateur de Big Talent Entertainment, un studio situé dans un quartier pauvre et densément peuplé de Kampala, Eddy Kenzo forme et aide jeunes garçons et filles des bidonvilles voisins à développer leurs talents musicaux.

A lire aussi

Loin du faste et du glamour des Grammy Awards, Eddy Kenzo assure ne pas vouloir se laisser griser par le succès.

Et rester le même, notamment en continuant à chanter en luganda, alors que l’anglais offrirait une plus grande audience: « Je veux promouvoir ma culture et mon pays à travers la musique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici