Kathua, viol et meurtre d’enfants: trois hommes condamnés à la prison à vie

0
355
Kathua, viol et meurtre d'enfants trois hommes condamnés à la prison à vie
Kathua, viol et meurtre d'enfants trois hommes condamnés à la prison à vie

Trois hommes ont été emprisonnés à perpétuité pour le viol, la torture et le meurtre d’une jeune fille musulmane de huit ans vivant au Cachemire sous administration indienne.

Trois policiers ont été reconnus coupables d’avoir détruit des preuves et condamnés à cinq ans de prison.

La victime, qui appartenait à une tribu nomade musulmane, a été retrouvée dans une forêt près de la ville de Kathua en janvier 2018.

Cette affaire a suscité une colère généralisée et fait la une des journaux lorsque des groupes de droite hindous ont protesté contre l’arrestation de ces hommes.

Huit personnes, dont un ancien responsable gouvernemental, quatre policiers et un mineur, ont été inculpées du fait du crime. L’un d’eux a été acquitté et le mineur doit être jugé séparément.

Tous avaient plaidé non coupables des accusations portées contre eux.

L’affaire est devenue l’une des nombreuses affaires très médiatisées qui ont amené l’Inde à adopter une nouvelle loi introduisant la peine de mort pour toute personne reconnue coupable de viol d’un enfant de moins de 12 ans.

Mais le juge reste libre de décider de prononcer ou non une peine de mort.

Qu’est-il arrivé?

La fillette de huit ans a disparu dans la nouvelle année de 2018 et son corps meurtri a été découvert près de trois semaines plus tard.

Selon les enquêteurs, l’enfant a été confinée dans un temple local pendant plusieurs jours et a reçu des sédatifs qui l’ont maintenue inconsciente. L’acte d’accusation alléguait qu’elle avait été « violée pendant plusieurs jours, torturée puis assassinée ».

Ils ont ajouté que l’enfant avait été pris pour cible parce que les hommes souhaitaient terroriser la tribu – connue sous le nom de Gujjars – en vue de son départ.

Selon les chiffres de la criminalité gouvernementale jusqu’en 2016, un enfant est victime d’abus sexuel toutes les 15 minutes en Inde, et le nombre d’infractions contre des enfants a régulièrement augmenté.

Geeta Pandey, de la BBC à Delhi, affirme que l’Inde abrite le plus grand nombre d’enfants victimes d’abus sexuels au monde, mais il y a une réticence à en parler, le nombre réel de cas pourrait donc être beaucoup plus élevé.

Qui sont les condamnés?

Sept hommes ont été jugés lundi dans un tribunal accéléré spécialement convoqué et six ont été reconnus coupables.

Les enquêteurs ont déclaré que Sanjhi Ram, un officier gouvernemental à la retraite âgé de 60 ans, aurait planifié le crime avec l’aide des policiers Surinder Verma, Anand Dutta, Tilak Raj et Deepak Khajuria.

Le fils de Ram, Vishal, son neveu (mineur) et son ami Parvesh Kumar ont également été accusés de viol et de meurtre.

Alors que Vishal a été acquitté, Ram, Khajuria et Kumar ont été condamnés à perpétuité. Les trois autres ont été condamnés à cinq ans de prison.

Après le verdict, l’avocat représentant la famille de l’enfant a déclaré à la BBC Punjabi qu’il s’agissait d’une « victoire de l’esprit constitutionnel ». Il a ajouté que « tout le pays s’est battu contre cette affaire, quelles que soient ses appartenances religieuses ».

L’avocat représentant l’accusé a déclaré que, malgré sa condamnation, l’affaire était fondée sur des « preuves indirectes » et avait plaidé en faveur d’une peine minimale pour les six hommes. Il a ajouté qu’il y avait des circonstances atténuantes, notamment le fait que les hommes étaient l’unique gagne-pain de leur famille.


« Nous allons obtenir justice pour notre fille »

Divya Arya, BBC News, Anantnag

Lorsque j’ai rencontré la mère de la fille, elle était sur une colline, aux côtés de sa fille aînée et de plusieurs autres membres de la famille.

Ils étaient entourés de leurs moutons et de leurs chèvres qui pâturaient et ils ne savaient pas que ce verdict était venu.

Lorsque j’ai informé la mère de la fillette que six des accusés avaient été condamnés, elle s’est mise à pleurer et m’a béni d’être la porteuse de bonnes nouvelles.

Elle a déclaré que la famille ne pouvait pas se permettre de se rendre à Pathankot pour entendre le verdict, car la vente de bétail était leur seule source de revenus.

« J’ai toujours cru en la justice et Dieu m’a donné la force de me battre pour l’obtenir », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que si les deux accusés principaux n’étaient pas condamnés à mort, elle et son mari contesteraient la peine. « Nous ne mangerons pas et ne boirons pas mais nous obtiendrons justice pour notre fille », a-t-elle déclaré.

La sœur aînée de la jeune fille, âgée de 15 ans, affirme qu’elle et d’autres filles de son âge vivent désormais dans une « peur constante des hommes hindous » et ne quittent jamais la maison sans être accompagnées par un membre de la famille plus âgé.


Quelle a été la réponse à l’affaire?

Bien que rapporté au Cachemire sous administration indienne, il a fait la une des journaux dans le reste du pays en avril, après que des groupes hindous ont manifesté pour soutenir l’accusé.

Mais lorsque les détails des blessures infligées à l’enfant sont devenus publics, des Indiens horrifiés ont manifesté dans tout le pays.

L’indignation grandit après que deux ministres du parti nationaliste hindou au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), aient assisté à un rassemblement de soutien aux accusés, dont la communauté était impliquée dans un conflit foncier avec la tribu nomade à laquelle appartenait la jeune fille.

La mère de l’enfant a réclamé la peine capitale pour deux des condamnés – l’agent à la retraite du gouvernement Sanji Ram et l’agent de police Deepak Khajuria – affirmant qu’ils étaient les « cerveaux » à l’origine du crime.

« Le visage de ma fille me hante toujours et cette douleur ne me quittera jamais. Quand je vois d’autres enfants de son âge jouer autour de moi, cela me brise le cœur », a-t-elle déclaré à la BBC.

Malgré l’indignation, les parents de la victime ont déclaré se sentir menacés à Kathua, où la communauté est principalement hindoue.

Le sentiment autour de l’affaire a poussé le tribunal suprême à déplacer le procès du Jammu-et-Cachemire vers un tribunal de Pathankot, dans l’État du Pendjab, dans le nord du pays, et à recommencer le procès.

Laisser un commentaire