Buzz Kafunel : La trahison de Lat Dior Ngoné Latyr Diop, roi du Cayor

0
9625

Du Trarza, désormais affaibli, Sidya, qui rêvait de la constitution d’un front de libération nationale, envoya des lettres à Alboury Ndiaye, roi du Djolof, et Lat Dior Ngoné Latyr Diop, roi du Cayor, en juin et juillet 1875.

Mais, souligne Abdou Khadre Gaye, chercheur-écrivain, président de l’Entente des mouvements et associations de développement (Emad), malheureusement pour lui, Lat Dior était, entre temps, redevenu l’allié des Français, en particulier du colonel Brière de l’Isle. Ensemble, ils organisèrent sa capture.

Ainsi donc, Lat Dior répondit-il à l’appel de Sidya Diop, et lui envoya des troupes à Banghoye, mais il s’agissait en réalité d’un guet-apens.

Sidya Diop s’y rendit donc, en toute confiance, avec son état-major. Une fois sur place, les troupes envoyées par Lat Dior tuèrent 12 de ses officiers, le capturèrent et l’emmenèrent à Saint-Louis pour le livrer au gouverneur Valère. C’était le 21 décembre 1876.

Cette violation, par le roi du Cayor, des traditions séculaires du respect de la parole donnée, de l’hospitalité et du droit d’asile, si chères au peuple wolof, était une première en terre sénégambienne.

Voici ce qu’écrivit, à juste titre, le gouverneur Valère, dans sa correspondance, en date du 20 janvier 1876, adressée au ministre des colonies : « C’est la première fois qu’on voit au Sénégal, un souverain en livrer volontairement un autre sur ordre du gouverneur.

Ce fait prouve l’importance que nous avons acquise sur les populations noires, en particulier sur les Wolof.

Je dois ajouter qu’un grand nombre d’habitants ont été étonnés et mécontents de la conduite de Lat Dior et que celui-ci s’est fait des ennemis, s’est trouvé en butte aux réclamations et aux reproches de plusieurs de ses sujets ».

Exilé, Sidya se tira une balle en plein cœur

Sidya sera donc jugé par un tribunal colonial, le 17 janvier 1877. En février, il sera déporté au Gabon, sur une île, Nengué Nengué, en pleine forêt équatoriale.

Il était âgé de seulement 28 ans. Là-bas, Sidya, qui jouissait d’un charisme exceptionnel, gagna la sympathie des officiers colons, qui décidèrent de le ramener au Sénégal, sous prétexte de folie.

Il embarqua dans un bateau pour Dakar, mais une fois arrivé à destination, le gouverneur Brière de l’Isle refusa son retour au pays natal et exigea son renvoi immédiat au Gabon.

Là-bas, en digne héritier des princesses de Nder, Sidya Diop Ndaté Yalla, se tira une balle en plein cœur, le soir du 26 juin 1878.

Il était alors âgé de 30 ans. Lat Dior regrettera vivement son acte. Et, comme pour se racheter, enfourcha le coursier de l’honneur et fut l’un des plus grands résistants au colonisateur.

Avec lepopulaire/ Photo : Kafunel et wikipedia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.