Le plan se définit comme le programme à suivre pour atteindre un objectif. En dissertation le plan désigne l’ensemble des parties et des sous-parties évoquées dans le développement en vue de répondre à la question posée. Le plan d’une dissertation doit obligatoirement avoir les trois qualités suivantes :

A lire aussi: Leçon 01 : Contraintes et méthodologie de la dissertation

– Il doit être progressif, c’est-à-dire aller des idées moins fortes à celles plus fortes. La progression se conçoit entre les parties et entre les idées des parties. En outre, la progression permet de donner plus de consistance à la réflexion car les idées permettent de sentir la façon d’aboutir à la conclusion.

– Le plan doit être équilibré, c’est-à-dire les parties doivent avoir sensiblement le même nombre de sous-parties. Dans chaque partie, les paragraphes doivent avoir sensiblement les mêmes volumes.

– Le plan doit être logique et cohérent à travers l’utilisation des transitions entre les sous-parties et entre les parties. En plus de la transition, la structuration interne des paragraphes est importante pour la cohérence. Ainsi, chaque paragraphe suit le schéma suivant : énonciation de l’argument, plus explication de l’argument, plus exemple de l’argument. Il existe cinq types de plan correspondant chacune à des consignes précises.

  1. I.  LE PLAN EXPLICATIF

C’est un plan qui vise à donner plus de détails sur une idée, un problème posé ou une pensée. En d’autre terme, il s’agit de mieux faire comprendre aux lecteurs une pensée ou un problème. Quand l’explication concerne une pensée, on la subdivise selon ses grands axes. Quand elle concerne un problème, celui-ci sera détaillé ses différents aspects. Chaque axe ou aspect de l’explication constituera une partie du développement. Ce plan est aussi appelé plan expositif, ou plan explication et illustration d’une formule. Les consignes renvoyant au plan explicatif sont : expliquer…/ expliciter…/ que signifie… ? / Qu’est ce que c’est que… ?/ Définissez…

  1. II.   LE PLAN INVENTAIRE

Le plan inventaire est une variante du plan explicatif. Il consiste à recenser les différents aspects d’une pensée ou d’un problème selon ce que demande le sujet. Ce relevé des aspects comporte nécessairement des grandes parties et chaque partie des sous-parties. Le plan inventaire exige un classement entre les aspects pour permettre une plus grande logique. Chaque aspect recensé doit faire l’objet d’une explication et d’une justification.

Les consignes aboutissant au plan inventaire sont : justifier…/ donner les…/ citer les…/ quels sont les…/pourquoi… ?/expliquer et justifier…/énumérez les…/ qu’est-ce qui justifie… ?/commenter….

  1. III.   LE PLAN ANALYTIQUE

Ce type de plan est adapté à l’étude des problèmes de société. Il sert à analyser un problème en spécifiant tous ses aspects. C’est pourquoi ce plan est aussi appelé plan problèmes-causes-solutions. Le plan comporte trois parties.

1re partie : les données du problème. Il s’agit de définir le problème posé et donner ses    différentes caractéristiques.

2e partie : les causes du problème. On avance deux ou trois causes essentielles qui sont à l’origine du problème posé. Chaque cause doit être expliquée et justifiée.

3e partie : les solutions du problème. On propose deux trois solutions adaptées, réalistes et envisageables. Les solutions doivent être en rapport avec les causes évoquées. Les consignes du plan analytique sont : analysez…/ étudier…/ après avoir posé le problème de…donnez les causes et proposez des solutions/ le problème étant à définir, les causes à chercher et les solutions à trouver/ après avoir donné du phénomène, vous indiquerez les répercutions afin d’aboutir à des solutions.

  1. IV.    LE PLAN COMPARATIF

Ce type de sert à comparer deux notions, deux problèmes ou deux pensées. Cette comparaison se fait toujours en trois parties qui sont :

1re partie : les ressemblances entre les deux éléments. Il s’agit de donner en les expliquant et justifiant deux ou trois points de ressemblance entre les éléments.

2e partie : les dissemblances entre deux éléments. Donner en expliquant et en justifiant deux ou trois points de différence entre les éléments.

3e partie : la complémentarité entre les éléments. Elle désigne deux ou trois aspects démontrant ce que l’un apporte à l’autre et vice- versa.

Comme consignes du plan comparatif on a : quel(s) lien(s) y a-t-il entre x et y ?/ comparer/ x et y/ quelle relation y a-t-il entre x et y ?

  1. V.   LE PLAN DIALECTIQUE

Appelé aussi plan thèse-antithèse-synthèse, le plan dialectique est celui utilisé pour analyser un problème ou une pensée selon ses forces et ses faiblesses, ses avantages et ses inconvénients, sa véracité ou ses limites. Ce plan comprend trois parties :

1re partie : la thèse. C’est l’explication et la justification de la pensée de l’auteur. On y avance deux ou trois arguments.

2e partie : l’antithèse. Elle peut consister à :

– Prendre le contre-pied de la pensée c’est-à-dire à l’aide de deux ou trois contre-arguments expliqués et justifiés.

– Montrer les limites des nuances ou les insuffisances de la pensée avec trois arguments expliqués et justifiés. Une limite désigne un aspect qui ne contredit pas la pensée mais qui la complète ou qui montre ses insuffisances.

3e partie : la synthèse. Cette dernière partie permet de concilier la thèse et l’antithèse c’est-à-dire de montrer leur complémentarité. Cela se fait avec deux ou trois arguments expliqués et justifiés.

Les consignes aboutissant au plan dialectique sont : Discutez/ Analysez/ Etudiez/ Que pensez-vous de… ?/ Etes-vous d’accord avec… ?/ Partagez-vous… ?/ Etes-vous pour ou contre?

Remarques

–          Dans l’argumentation du plan dialectique, il faut faire preuve de souplesse en évitant le rejet catégorique ou brutal de la pensée ou l’acceptation catégorique de la pensée.

–          Dans le cas où la synthèse serait constituée d’un seul argument on la fait redescendre dans la conclusion pour éviter le déséquilibre avec la thèse et l’antithèse. Quand la synthèse est fournie en idées, elle reste évidemment comme une partie du développement.

A lire aussi: Cours de technique d’expression écrite et orale

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here