Qui aurait pu prédire en 2007, au moment de la création du smartphone, l’écosystème qui allait se mettre en place autour des applications qui nous guident dans notre manière de consommer, communiquer auprès de nos amis, utiliser des services divers ?

En 2007, Apple, lance son premier téléphone, l'iPhone, pionnier des smartphones avec interface tactile multipoint
En 2007, Apple, lance son premier téléphone, l’iPhone, pionnier des smartphones avec interface tactile multipoint

« Cela permet aux consommateurs de reprendre le contrôle de leurs données et de leurs paiements de manière sûre et sécurisée », explique Imran Gulamhuseinwala, fiduciaire de la mise en oeuvre d’Open Banking au Royaume-Uni.

Il supervise l’introduction d’un ensemble de règles de programmation informatique au Royaume-Uni, appelées Interfaces de programmation d’application (API), qui assurent la communication entre tous ces nouveaux services et banques.

Imran Gulamhuseinwala - Open Banking au Royaume-Uni
Imran Gulamhuseinwala – Open Banking au Royaume-Uni

Finalement, ils permettront également de prendre le paiement directement, avec le consentement des clients.

Les banques vont construire leurs propres API dans le reste de l’Union européenne, mais le principe reste le même.

Ce principe devrait inspirer la concurrence et, selon M. Hussey-Yeo, déplacer l’équilibre des pouvoirs.

Mais à qui pouvez-vous faire confiance?

Les données collectées par les Smartphones sont nombreuses et sensibles.
Les données collectées par les Smartphones sont nombreuses et sensibles.

Les consommateurs seront bombardés de marketing déroutant, ils donneront rapidement et perdront le contrôle de leurs informations personnelles, et seul le technophile bénéficiera, selon Mick McAteer, du Financial Inclusion Centre du Royaume-Uni.

Open Banking, dit-il, est « une idée stupide », ce qui conduira à plus d’exclusion financière pour ceux qui ont déjà de faibles revenus.

Il dit qu’il est naïf de la part des régulateurs de supposer que les consommateurs auront la propriété de leurs donnée.

Au contraire, il existe un danger, dit-il, d’exploitation de ces consommateurs, soit par des entreprises offrant une nouvelle forme de prêt sur salaire onéreux, soit par abus de données avec d’autres informations personnelles révélées sur les réseaux sociaux et ailleurs par des individus sans scrupules.

Quand les portefeuilles deviennent numériques

Quand les portefeuilles deviennent numériques
Quand les portefeuilles deviennent numériques

Deux milliards de personnes dans le monde n’ont pas de compte bancaire, selon la Banque mondiale.

Le nombre est en baisse, en partie grâce aux comptes d’argent mobile en Afrique.

Cependant, au fur et à mesure que de nouveaux services sont développés et que de nouvelles méthodes de paiement sont inventées, de nouvelles questions se posent à propos de ceux qui restent.

Quel est le sort réservé aux personnes qui ne savent pas utiliser les codes QR (les codes interactifs qui contiennent des informations vitales), ou qui ne peuvent pas payer via leur mobile?

C’est le casse-tête d’Ezetap, lancé en 2011 en Inde.

Des millions de personnes ont adopté la technologie mobile, mais une large partie de la population utilise toujours les espèces.

Narendra Modi, Premier ministre indien
Narendra Modi, Premier ministre indien

Il y a plus d’un milliard d’utilisateurs de téléphones cellulaires en Inde, qui ont brusquement été sans argent en novembre 2016, lorsque le Premier ministre Narendra Modi a annoncé le retrait de plusieurs millions de billets à forte valeur nominale.

Ezetap révolutionne l’économie numérique en Inde

Les gros investisseurs ont parié sur Bitcoin, la plus grande crypto-monnaie, et sur les centaines d’autres qui ont été créées.

Une liste croissante de détaillants accepte Bitcoin, mais le paiement de vos courses via un tel portefeuille reste une activité très spécialisée.

La volatilité des prix et les coûts de transaction restent des problèmes a régler.

Les montagnes russes du bitcoin ravivent la crainte d'un emballement spéculatif.
Les montagnes russes du bitcoin ravivent la crainte d’un emballement spéculatif.

Pourquoi les crypto-monnaie, sont-elles importantes?

Entre 500 000 et 1 million de personnes dans le monde, dans une quarantaine de pays à travers 3000 associations, utilisent des monnaies locales alternatives comme le Bitcoin, qui se dénombrent par milliers.

Le bitcoin, monnaie numérique qui fonctionne de façon décentralisée, reposant sur un réseau d’ordinateurs plutôt que sous la supervision d’une banque centrale ou d’un émetteur, est en plein boom depuis quelques mois.
Près de 70 « hedge-funds » investissent actuellement dans les crypto-monnaies et, chaque jour, sont échangés pour environ 750 millions de dollars de bitcoins.

Cette crypto-monnaie est même utilisée comme un substitut à certaines activités bancaires traditionnelles.

Des start-ups ont par exemple commencé à lever des fonds en émettant de la monnaie virtuelle via des « initial coin offerings » (ICO).

Une ICO (Initial Coin Offering) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l'émission d'actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies.
Une ICO (Initial Coin Offering) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies.

Symbole de cet incroyable développement : en juin le bitcoin a franchi le plafond de verre des 3.000 dollars.

Il n’a depuis plus cessé de progresser en dépit d’un sérieux coup d’arrêt mi-septembre lorsqu’il a chuté de 40%.

La raison de cette baisse momentanée ?

La Banque centrale chinoise avait sommé les plateformes d’échange de monnaies virtuelles basées à Pékin et Shanghai de cesser leurs opérations de marché sur les ICO qu’elle accuse d’alimenter « la fraude fiscale et la levée de fonds illégale ».

Zhou Xiaochuan - Gouverneur de la banque centrale chinoise
Zhou Xiaochuan – Gouverneur de la banque centrale chinoise

« Cette décision a eu un impact très fort sur le cours du bitcoin », appuie Christopher Dembik.

Mais la spéculation a été tellement importante depuis que son prix s’est envolé.

Aussi, beaucoup disent qu’il y a un énorme potentiel dans le système qui sous-tend les crypto-monnaies: la blockchain.

Il s’agit du registre numérique des transactions, des accords et des contrats qui ne sont pas tenus dans un seul endroit, mais distribué à des milliers d’ordinateurs à travers le monde.

Chaque nouvelle transaction ou accord est entré dans un bloc, qui est ensuite ajouté à la chaîne.

Laisser un commentaire