Une Enquête scientifique a révélé au grand jour les limites des professionnels de la santé en réponse à Covid-19. Ces limites touchent toute la charpente médicale et étatique dans la riposte contre Covid-19.

– Une enquête du Human Sciences Research Council (HSRC) et de la Nelson R Mandela School of Medicine a été menée auprès de 7 607 agents de santé des hôpitaux publics et privés.
– L’étude révèle (limites) que certains professionnels de santé manquaient de connaissances sur la période d’incubation de Covid-19 et que leur formation ne les a même pas suffisamment préparés pour déterminer quand les patients se sont rétablis
– Les infirmières, médecins et autres professionnels de la santé craignaient vivement de transmettre le Covid-19 à leur famille

ATTENTION: Cliquez sur «Voir en premier» sous l’onglet «Suivant» pour voir les nouvelles de Kafunel.com sur votre fil d’actualité!

Par Neesha Maharaj: journaliste indépendante Le nouveau coronavirus a pris le monde par surprise et a rapidement atteint le statut de pandémie avec des conséquences désastreuses pour la vie humaine et les économies mondiales. Le système de santé déjà surchargé de l’Afrique du Sud est confronté à un nouveau défi mortel qui a d’énormes implications pour ses professionnels de la santé qui sont à l’avant-garde.

Une enquête menée par le Human Sciences Research Council (HSRC) en collaboration avec la Nelson R Mandela School of Medicine de l’UKZN sur l’impact de Covid-19 sur les travailleurs de la santé révèle des faits intéressants sur la préparation des travailleurs de la santé au diagnostic et au traitement des patients infectés.

par le virus et leurs propres vulnérabilités en tant que travailleurs de première ligne. Un total de 7607 professionnels de la santé des neuf provinces d’Afrique du Sud comprenant des infirmières (36,7%), des médecins (34,7%) et d’autres professionnels de la santé (28,7%) ont participé à l’étude en avril / mai pour établir leur niveau de connaissance le virus.

Cela comprenait les niveaux de formation qu’ils ont reçus pour gérer Covid-19; perceptions des risques; équipement de protection individuelle (EPI); la prévention des infections et leur contrôle; le degré de risque des membres de leur famille; la détresse psychologique qu’ils éprouvent; et la santé et le bien-être en général.

Limites des professionnels de la santé en réponse à Covid-19

Il est intéressant de noter que plus de 40% des travailleurs de la santé ne savaient pas que la période d’incubation correcte pour le coronavirus était de deux à 14 jours, un indicateur que les professionnels de la santé doivent être continuellement mis à jour avec des informations sur les nouvelles pandémies.

Le public ordinaire peut considérer cette information comme un élément essentiel dont les agents de santé doivent avoir connaissance.

Un grand pourcentage d’infirmières manquait de confiance en leurs capacités à faire face au Covid-19, signe qu’une pandémie inconnue peut être trop écrasante pour que certains professionnels de la santé soient confrontés quotidiennement. 70% des participants ont identifié avec précision les surfaces comme un moyen courant de transmission du virus.

85% des personnes interrogées ont correctement identifié les principaux symptômes de Covid-19 comme étant la toux, la fièvre et les maux de gorge. Un peu moins de 20% ont identifié à tort une éruption cutanée comme le principal symptôme de Covid-19.

C’était un choix populaire parmi les infirmières. Environ 40% des professionnels de la santé croyaient à tort que Covid-19 était aéroporté, une indication de l’incertitude qui prévaut lorsqu’une nouvelle pandémie complexe survient.

Limites sur les vulnérabilités des professionnels de la santé en réponse à Covid-19

L’enquête a exploré les vulnérabilités des travailleurs de la santé pendant la pandémie.

Limites des professionnels de la santé en réponse à Covid-19 (Enquête)
Limites des professionnels de la santé en réponse à Covid-19 (Enquête)

Les chercheurs ont découvert des limites dans la formation qui ont eu un impact négatif sur leur capacité à diagnostiquer et à traiter les patients atteints de Covid-19.

La formation sur les directives de traitement faisait défaut avec seulement un participant sur deux formé dans ce domaine. Il est préoccupant que seulement un participant sur quatre ait été formé pour vérifier si un patient infecté s’était rétabli.

L’étude a révélé qu’il y avait des disparités dans la formation entre les médecins et les infirmières, ce qui entraînait des inconvénients dans la confirmation du diagnostic.

A lire aussi  Les stigmates du syndrome colonial, obstacles à la démocratie en Afrique.

Les chercheurs estiment que la formation devrait être équitable pour toutes les catégories de professionnels de la santé, ce qui renforcera la confiance des travailleurs dans leur réponse au Covid-19.

Les chercheurs ont suggéré l’importance de former le personnel en temps opportun et de suivre une formation continue pour s’assurer qu’il est prêt à répondre à une pandémie qui est susceptible d’augmenter le nombre de patients.

Limites des professionnels de la santé face à Covid-19

Les travailleurs de première ligne qui entrent en contact avec des patients Covid-19 sont plus à risque de contracter le virus.

Les statistiques montrent que les deux tiers des participants estiment qu’ils courent un plus grand risque d’être infectés et un tiers des professionnels de la santé interrogés pensent que leur contexte de travail les expose à un risque.

Les deux tiers des participants se sentaient à risque parce que le public ne respectait pas les mesures préventives. Plus de la moitié des professionnels de la santé se sentaient à risque en raison d’un EPI insuffisant. Un quart des participants craignaient que leur état de santé actuel ne les rende vulnérables au Covid-19.

Les statistiques recueillies sur les facteurs de risque mettent en évidence la réalité périlleuse des professionnels de santé et prouvent qu’en entrant dans leur environnement de travail au quotidien, ils sont très sensibles au Covid-19.

Les résultats de la recherche suggèrent que plus des deux tiers des professionnels de la santé pensaient qu’il était nécessaire de disposer d’une variété d’équipements de protection individuelle (EPI) pour différents contextes cliniques, beaucoup étant sceptiques quant à la disponibilité et à l’accessibilité des EPI.

Limites de 45% des professionnels de la santé en réponse à Covid-19

Plus de 45% des professionnels de la santé étaient plus confiants dans leur utilisation des EPI mais moins confiants dans leur disponibilité.

Plus de 70% de ceux qui étaient moins confiants dans l’utilisation de l’EPI pensaient qu’ils étaient plus à risque d’être infectés.

Les infirmières (39,4%) étaient les plus préoccupées par la transmission du virus aux membres de leur famille, tandis que 29% des professionnels de la santé craignaient d’infecter les membres de leur famille.

Plus de 20% étaient en détresse psychologique en tant que travailleurs de première ligne. Les infirmières étaient très en détresse par rapport aux autres professionnels de la santé à cet égard.

Les chercheurs croient que les infirmières entrent en contact avec le public plus souvent que les autres professionnels de la santé; la méconnaissance de la maladie et la prise de conscience accrue de la maladie en raison de sa nature nouvelle pourraient être des raisons pour lesquelles (les infirmières) sont plus angoissées psychologiquement et préoccupées par leur propre bien-être et celui des membres de leur famille.

A lire aussi  Le sens des limites et le sens de la pudeur, socle esthétique de l’Etat de droit.

Cette étude est un exemple de l’énorme impact que Covid-19 a eu sur un secteur qui joue un rôle crucial pour sauver la vie des gens.

Dans une déclaration publiée par le chef intérimaire du parti John Steenhuisen, le président Ramaphosa a été invité à se faire une colonne vertébrale: << Le Plan d’action pour le développement appelle le président Ramaphosa à mettre fin maintenant au verrouillage strict, y compris aux interdictions irrationnelles du tabac et de l’alcool.

L’industrie du tourisme, les écoles et les frontières doivent être pleinement ouvertes, le couvre-feu levé et l’état de catastrophe mis fin.

Il est élevé Il est temps pour Ramaphosa de se développer une colonne vertébrale, de tenir tête à son parti et de commencer à donner la priorité à l’Afrique du Sud.

Laisser un commentaire