Après un début de saison raté, l’OL est attendu au tournant à Manchester City, favori de son groupe de Ligue des champions.

Un an que l’Olympique lyonnais attendait ça. Réentendre la douce mélodie de la Ligue des champions. Humer l’odeur des grands rendez-vous de la plus prestigieuse compétition européenne.

Goûter à nouveau au caviar après avoir dû se contenter des œufs de lompe la saison passée avec la Ligue Europa.

« Je ne dis pas que ce sera le plus beau jour de ma vie mais, sur les dix dernières années, ce retour en Ligue des champions chez le champion d’Angleterre sera l’un des moments les plus passionnants et les plus magnifiques », a glissé le président lyonnais Jean-Michel Aulas dans les colonnes de L’Équipe.

Le tableau semblerait presque idyllique. À ceci près que l’OL aborde ce déplacement à Manchester City (21 heures sur RMC Sport 1), favori du groupe F - où l’on retrouve également le Shakhtar Donetsk et Hoffenheim - et candidat à la succession du Real Madrid, avec des doutes plein la tête.

L’état d’esprit des Lyonnais pointé du doigt

Soccer Football – Champions League – Olympique Lyonnais Training – Etihad Stadium, Manchester, Britain – September 18, 2018 Lyon coach Bruno Genesio talks to the players during training

La faute à une entame de championnat ratée avec déjà deux défaites en cinq journées et seulement 7 points glanés. Samedi, les Lyonnais ont même réussi à perdre bêtement deux points contre Caen (2-2), pourtant réduit à dix pendant l’essentiel de la deuxième période.

Pour une équipe présentée par beaucoup d’observateurs comme le principal concurrent au PSG cette saison en Ligue 1 après avoir réussi à conserver Nabil Fekir, tout en se renforçant avec des jeunes prometteurs (Dubois, Terrier, Denayer, Dembélé), cela fait tache.

« Il y a des fondamentaux à respecter, a pesté après coup l’entraîneur lyonnais Bruno Genesio. L’engagement, l’investissement, l’intensité, les Caennais les ont eus, nous non. Je suis plus que déçu. Je suis très déçu, très en colère. »

Même son de cloche de la part de Jean-Michel Aulas qui, après avoir zappé les médias, a préféré exprimer son mécontentement sur Twitter.

Le tout en mettant ses joueurs face à leurs responsabilités : « Mauvaise opération à Caen, les joueurs m’ont déçu  : manque d’enthousiasme et faiblesses techniques individuelles.

Nabil va remobiliser son groupe : le talent est là, mais l’état d’esprit pas encore. La semaine à venir sera déterminante pour nos ambitions. »

Car outre cette entrée en matière corsée en Ligue des champions à Manchester ce mercredi, les Lyonnais joueront déjà très gros quatre jours plus tard avec la réception de Marseille au Groupama Stadium pour le choc des Olympiques. Bruno Genesio le premier.

«Je me fous du résultat à City»Jean-Michel Aulas

Contesté par une partie des supporters rhodaniens depuis quasiment sa nomination en décembre 2015 mais soutenu par son président, le technicien de 52 ans est plus que jamais dans l’œil du cyclone.

Une atmosphère pesante qui a atteint son paroxysme durant la trêve internationale avec une altercation nocturne impliquant Genesio alors qu’il fêtait son anniversaire en famille dans un établissement branché de Lyon.

« Je comprends les critiques, je comprends qu’on puisse être en désaccord avec certains de mes choix, je comprends plein de choses jusqu’à ce que certaines limites soient franchies, avait-il affirmé face aux médias la semaine dernière. Et lorsque certaines limites sont franchies, je ne peux pas rester de marbre. »

Ce n’est pas un hasard si dimanche, après le couac de Caen, Jean-Michel Aulas a ressenti le besoin de venir voir ses ouailles pour réclamer rapidement une prise de conscience.

Tout en expliquant à Genesio qu’il avait une occasion en or de prouver sa valeur et son « charisme» face à l’une des références au poste d’entraîneur, Pep Guardiola.

Ce serait, à coup sûr, un joli pied de nez à ceux qui le surnomment de manière ironique « Pep » Genesio pour son prétendu manque de culture tactique.

« On a loupé Caen, mais ce n’est pas Bruno qui l’a loupé. Les joueurs vont réagir, je le sais, prophétise Aulas. Je me fous d’ailleurs du résultat à City, je veux le contenu et l’attitude. Le résultat de Marseille dépendra de City dans ce contenu. »

A LIRE AUSSI : Manchester City, le roi d’Angleterre veut (enfin) conquérir l’Europe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.