Après avoir dominé outrageusement la Premier League la saison dernière, les hommes de Pep Guardiola ont de grandes ambitions en Ligue des champions.

Et si c’était l’année de Manchester City en Ligue des champions ? Racheté par le Cheikh Mansour il y a maintenant 10 ans avec environ 1,3 milliard d’euros d’investissement lors de cette décennie, le club mancunien s’avance comme l’un des grands favoris de la compétition.

«Un épouvantail», dixit le président lyonnais Jean-Michel Aulas qui se serait, à coup sûr, bien passé de démarrer sa campagne européenne par un déplacement à l’Etihad Stadium ce mercredi.

Des désillusions en C1 ces dernières saisons

Soccer Football – Premier League – Manchester City v Fulham – Etihad Stadium, Manchester, Britain – September 15, 2018 Manchester City manager Pep Guardiola gestures while holding the ball

Une véritable machine à gagner, qui a tout écrasé sur son passage la saison dernière en Premier League. Aucun club ou presque ne lui a résisté à travers le royaume.

Les chiffres sont éloquents avec une pluie de records tombés outre-Manche : 100 points, 32 victoires en 38 matches, 18 victoires consécutives, 106 buts inscrits, une différence de buts de +79, 19 points d’avance sur son dauphin…

Avec un effectif quasi-inchangé, renforcé par l’arrivée de l’international algérien Riyad Mahrez pour près de 68 millions d’euros cet été, City est reparti sur des bases élevées cette saison avec déjà 4 succès en 5 journées de championnat et 14 buts inscrits, soit la meilleure attaque avec Chelsea.

«Pour moi, on a les meilleurs joueurs du monde, je les vois s’entraîner, réagir au positif comme au négatif. La faim qu’il y a dans ce groupe est incroyable, s’est enthousiasmé l’adjoint de Pepe Guardiola, Mikel Arteta, en conférence de presse mardi. On a l’argent, mais il faut voir ce qu’il se passe dans ce club, c’est incroyable. Je suis vraiment chanceux d’être ici».

Oui mais voilà, si l’Angleterre a abdiqué, l’Europe lui résiste encore. City a peut-être franchi la phase de groupes lors des cinq dernières saisons. Mais les Citizens ont trop souvent déçu dès l’arrivée des matches couperets.

Souvenez-vous notamment de ce 8e de finale de légende face à Monaco en 2017 avec un Kylian Mbappé se révélant aux yeux du Vieux Continent (5-3, 1-3). Ou encore ce quart de finale étonnant et ébouriffant la saison dernière avec un Liverpool marchant sur City (3-0, 2-1).

«Ils ont la meilleure équipe du pays. La meilleure équipe à regarder, la meilleure équipe sur le papier»Rio Ferdinand

Bernardo Silva of Manchester City looks dejected after his side concede their first goal to make the score 1-1 during the UEFA Champions League Quarter Final second leg match between Manchester City and Liverpool at the Etihad Stadium on April 10th 2018 in Manchester, England.

Depuis l’arrivée du Cheikh Mansour et ses ressources financières colossales, Manchester City s’est certes structuré en se dotant d’un tout nouveau centre d’entraînement et d’un centre de formation de premier plan, est devenu l’un des mastodontes économiques en Europe avec notamment un chiffre d’affaires record de 500,5 millions de livres (561,9 M€) la saison passée.

Mais il n’a franchi qu’une fois le stade des quarts de finale ! C’était en 2016 aux dépens de son jumeau, le PSG (2-2, 1-0) avant une élimination face au Real Madrid en demies (0-0, 0-1).

«Tout autre résultat qu’une demi-finale sera mauvais pour City, prévient du reste l’ancien défenseur anglais Rio Ferdinand dans le Daily Mail. Même s’ils se font sortir en demi-finales, les gens s’attendront à plus».

Passé cet état des lieux, l’ancienne star de Manchester United n’hésite pas à être particulièrement dithyrambique avec le voisin City : «Ils ont la meilleure équipe du pays. La meilleure équipe à regarder, la meilleure équipe sur le papier.

Liverpool a montré la voie pour les battre en Ligue des champions mais je ne vois pas beaucoup d’équipes capables de le faire, estime l’ex-international. Je pense toujours que City ira plus loin que les autres clubs anglais cette année».

Jusqu’au bout cette fois-ci ? «On veut aller le plus loin possible, s’est contenté d’annoncer Aymeric Laporte mardi. Avec l’équipe qu’on a, on peut faire de très grandes choses».

Ce serait en tout cas un joli cadeau d’anniversaire, pour fêter les 10 ans d’une formidable expansion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.