Secrets de gestion de la Maison du Parti socialiste, legs senghorien

0
45
PS-Maison-du-Parti-socialiste www.kafunel.com Maison du Parti socialiste Les secrets de la gestion du legs senghorien
PS-Maison-du-Parti-socialiste www.kafunel.com Maison du Parti socialiste Les secrets de la gestion du legs senghorien

La Maison du Parti socialiste Léopold Sédar Senghor dont les travaux ont été achevés en 1967 résiste au temps. Grâce à un système de cotisation des responsables, entre autres sources de financement, le Ps parvient, depuis plus de 50 ans, à entretenir ce site de moins de deux hectares.

Maison du Parti socialiste 

À Colobane, la Maison du Parti socialiste (Ps), baptisée Léopold Sédar Senghor, est une adresse bien connue. À l’intérieur du grand domaine parsemé d’arbres et de fleurs, tout visiteur remarque l’écriteau vert installé au seuil de la permanence et sur lequel on peut lire : « Maison du Parti socialiste Léopold Sédar Senghor ».

Des vigiles veillent au grain à l’ombre des deux manguiers entourant l’escalier principal qui mène au rez-de-chaussée. À l’intérieur du bâtiment principal, les carreaux en noir et blanc scintillent et reflètent les murs blancs tout aussi lumineux.

Cette cure de jouvence de la Maison du Ps est due aux travaux de réhabilitation lancés, le 16 juin 2016, par le défunt Secrétaire général national de cette formation politique, Ousmane Tanor Dieng. Des travaux qu’il a réceptionnés en 2018, informe le Secrétaire permanent, Cheikh Sadibou Sèye.

Selon ce dernier, la construction de la Maison du Ps Léopold Sédar Senghor a démarré le 1er avril 1963 pour se terminer le 26 octobre 1967.

La superficie de cette permanence est précisément d’un hectare, 81 ares et 53 centiares. C’est en 1969 que la Maison du Ps a abrité, pour la première fois, un congrès ordinaire, le septième du parti (27 et 29 décembre 1969).

Auparavant, le parti réunissait ses instances à Rufisque ou Thiès, ou au cinéma Al Akbar…

Les secrets de la gestion du legs senghorien

Le conservateur de la Maison du Ps depuis 1978, Aliou Sow, qui nous sert de guide, renseigne qu’au rez-de-chaussée du bâtiment principal, à gauche, il y a les permanences des mouvements de jeunes, de femmes, d’étudiants, des pionniers ; à droite, les bureaux de Vision socialiste, la structure des cadres.

Au deuxième niveau du bâtiment principal se trouve la première salle du Bureau politique (Bp) et l’amphithéâtre de 4500 places appelé salle des congrès.

Au premier étage, il y a les bureaux du Secrétaire permanent et de l’administration. La bibliothèque et la salle des archives se trouvent au deuxième étage.

En 1992, le Président Abdou Diouf, Secrétaire général du Ps, a construit une annexe disposant d’une nouvelle salle du Bp, baptisée au nom du Président Lamine Guèye, et une salle du Comité central de 600 places.

A lire aussi

Pour entretenir ce vaste espace qui constitue un héritage de Léopold Sédar Senghor, les socialistes se sont organisés en fonctionnant sur fonds propres, notamment avec le système de cotisation.

D’après Cheikh Sadibou Sèye, déjà à l’époque, quand le Président Senghor avait l’idée de doter le parti d’une permanence, il a été le premier à mettre la main à la poche en donnant une contribution personnelle. Il avait aussi demandé à tous les membres du Bp et à ses compagnons de contribuer.

Aussi, des manifestations ont été organisées à travers le pays, comme des séances de faux-lions ou des tournois de lutte traditionnelle, pour avoir des rentrées d’argent. Les travaux de la salle des congrès ont été également réalisés grâce à un prêt dans une banque où transitait l’argent de la vente des cartes de membre.

« Ce sont les ressources propres du parti qui ont permis de construire la Maison du parti. Le parti fonctionne de la même manière, avec des cotisations de nos militants et de nos camarades responsables », explique le Secrétaire permanent.

À l’époque, affirme-t-il, certains disaient au premier Président du Sénégal que ce siège était trop grand pour la formation politique. En grand visionnaire, ce dernier répondait : « Trop grand pour aujourd’hui, mais pas pour le futur ».

Résilience de 2000 à 2012

En 2000, le Ps perd le pouvoir. C’est le début d’une période difficile. Mais, soutient M. Sèye, le Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng a tenu bon pour assurer l’entretien de la maison verte.

Selon lui, rien n’a changé dans l’organisation de 2000 à 2012 et le système des cotisations s’est poursuivi même si les socialistes avaient moins de postes de responsabilité.

Aussi, il fallait procéder à une rationalisation dans la gestion des effectifs de la permanence. « Avant, nous avions beaucoup d’élus locaux, de Ministres, de Directeurs généraux, c’est-à-dire plus de ressources puisque nos camarades avaient plus de moyens.

Quand les moyens se sont raréfiés, la première conséquence, c’est la perte de personnel », se rappelle Cheikh Sadibou Sèye. Tout de même, il est resté toutefois un noyau pour s’occuper de la permanence.

« Du point de vue de la gestion, rien n’a changé et nous avons continué à fonctionner de la même manière depuis le départ du Président Diouf. Le Président Ousmane Tanor Dieng, en tant que premier Secrétaire du Ps, a continué à gérer le Ps comme ses prédécesseurs, avec les moyens dont dispose le parti.

Nous faisons toujours la politique de nos moyens », ajoute-t-il. Au retour du Ps au pouvoir dans le cadre d’une alliance avec le Président Macky Sall, en 2012, souligne M. Sèye, la même philosophie a prospéré pour sauvegarder un patrimoine de plus de 50 ans. Oumar KANDÉ

Un bail du foncier pour un meilleur entretien

Dans le cadre de la gestion du patrimoine du Ps, un bail a été signé par avec l’entreprise Total. «L’espace est tellement grand que la gestion nécessite beaucoup de moyens pour entretenir et réhabiliter la Maison du Ps.

Le Président Ousmane Tanor Dieng, dès qu’il a été élu Secrétaire général, a décliné une feuille de route dans laquelle il a exprimé sa volonté de préserver ce patrimoine que Senghor nous a légué.

A lire aussi

Ainsi, ils ont réfléchi sur la conception du bail avec Total pour avoir des ressources. À partir de ces ressources, il a lancé la rénovation de la Maison du parti», détaille le Secrétaire permanent du Ps.

Ce bail, renouvelable, permet au parti de disposer de trois millions de FCfa par mois. Rien n’a été vendu à Total, assure Cheikh Sadibou Sèye.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here