Mo Farah : d’enfant domestique à champion olympique

0
84

Le parcours de Mo Farah est riche d’histoire : d’enfant domestique à champion olympique. « La vérité, c’est que je ne suis pas celui que vous croyez. La plupart des gens me connaissent sous le nom de Mo Farah mais ce n’est pas la réalité.

Mo Farah : d’enfant domestique à champion olympique

Le thème du segment d'ouverture était de l'athlétisme utilisé pour surmonter l'adversité, que les organisateurs espèrent être l'héritage durable des Jeux olympiques de Tokyo.
Le thème du segment d’ouverture était de l’athlétisme utilisé pour surmonter l’adversité, que les organisateurs espèrent être l’héritage durable des Jeux olympiques de Tokyo.

J’ai été séparé de ma mère, et j’ai été amené au Royaume-Uni illégalement sous le nom d’un autre enfant appelé Mohamed Farah », a déclaré l’athlète britannique dans un entretien qui sera retransmis mercredi sur la BBC.

Hussein Abdi Kahin de son vrai nom

Mo Farah d'enfant domestique à champion olympique
Mo Farah d’enfant domestique à champion olympique

Le quadruple champion olympique, de son vrai nom Hussein Abdi Kahin, est né au Somaliland.

Et contrairement à ce qu’il a pu raconter par le passé, il n’est pas venu en Grande-Bretagne avec ses parents réfugiés : son père est mort tué lors de la guerre civile, alors qu’il avait quatre ans, puis il a été enlevé à sa mère et à ses frères quand il avait huit ou neuf ans, lors d’un séjour en famille au Djibouti voisin.

Des aveux pour enfin pouvoir se sentir normal

Mo Farah : d'enfant domestique à champion olympique 1
Mo Farah : d'enfant domestique à champion olympique 4

Une femme l’a fait venir au Royaume-Uni et l’a contraint à faire le ménage et de s’occuper d’autres enfants dans une famille de Grande-Bretagne.

Un jour, il a fini par révéler la vérité à son professeur d’éducation physique, Alan Watkinson, et est parti vivre chez la mère d’un « ami » qui s’est « vraiment occupée » de lui.

Watkinson a ensuite demandé la citoyenneté britannique pour Farah, qui l’a finalement obtenue le 25 juillet 2000.

A lire aussi

Dans le documentaire, l’athlète explique que ce sont ses enfants qui l’ont incité à dévoiler la vérité sur son passé.

« C’est la raison principale pour laquelle je raconte mon histoire, parce que je veux me sentir normal et ne pas avoir l’impression de m’accrocher à quelque chose ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here