Histoire de la naissance de la Coupe d’Afrique des nations (CAN)

0
5

CAN 2022 nous inspire à faire une plongée ludique dans l’histoire de la naissance de la Coupe d’Afrique des nations. Le Soudan (à gauche) et l’Éthiopie (à droite) ont remporté la Coupe des Nations une fois chacun, tandis que l’Égypte détient le record de sept titres.

Naissance de la Coupe d’Afrique des nations (CAN)

La Coupe d’Afrique des Nations de cette année, très animée en dehors du terrain mais peu spectaculaire sur le terrain, offre également une fenêtre sur les débuts du tournoi.

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont disputé la toute première Coupe des Nations en 1957, et c’est la première fois en 52 ans que les trois prétendants initiaux à la compétition sont tous présents dans le même tournoi.

« Le retour des trois équipes dans un même tournoi donne un sentiment de fierté et de tradition profondément ancrée dans la compétition », explique le journaliste sportif Baderldin Bakheit.

Les trois équipes ont toutes soulevé le trophée tant convoité, mais alors que l’Égypte, championne du tournoi à ses débuts, a remporté le titre sept fois, l’Éthiopie et le Soudan n’ont qu’un seul titre à leur actif.

A surtout lire sur Kafunel :

Les pays d’Afrique de l’Est ont pris du retard depuis leur apogée dans les années 1960 et 1970, malgré l’immense popularité de ce sport dans les deux pays et, sans doute, l’abondance de talents.

Il existe des parallèles dans l’histoire du jeu en Éthiopie et au Soudan, les voisins qui restent les deux seules équipes d’Afrique de l’Est à avoir remporté la Coupe des Nations. Malgré leur statut de pionniers, ces deux victoires ont été remportées à domicile.

L’Éthiopie a été absente de la CAN pendant 31 ans avant de faire son retour en 2013 et le Soudan est revenu en 2008 après 32 ans d’absence.

L’Éthiopie célèbre son but contre le Cameroun

L'Éthiopie a ouvert le score dans le choc du Groupe A contre le Cameroun jeudi, mais s'est finalement inclinée 4-1 face au pays hôte
L’Éthiopie a ouvert le score dans le choc du Groupe A contre le Cameroun jeudi, mais s’est finalement inclinée 4-1 face au pays hôte

L’Éthiopie a ouvert le score dans le choc du Groupe A contre le Cameroun jeudi, mais s’est finalement inclinée 4-1 face au pays hôte

« Les défis politiques et économiques ont joué un rôle en freinant le Soudan et l’Éthiopie », explique le professeur Peter Alegi de l’université d’État du Michigan, auteur de « African Soccerscapes : How a Continent Changed the World’s Game ».

« Mais récemment, ils semblent faire des progrès, et l à un moment propice avec l’expansion de la CAN et la phase finale de la Coupe du monde à partir de 2026. »

CAN 2019 : l’Égypte, le plus titré du continent

Les conséquences des guerres civiles prolongées, de l’instabilité politique, des ralentissements économiques et des catastrophes naturelles dans les deux pays ont fini par avoir un impact sur le développement et la progression du jeu.

La fierté généralisée des réalisations passées a néanmoins servi à la fois de rappel lancinant et d’incitation aux possibilités dans les deux pays au fil des générations.

Les chances de l’Éthiopie de se qualifier pour les huitièmes de finale au Cameroun ont été compromises par des défaites lors de ses deux premiers matches, mais le Soudan a l’espoir de se qualifier pour les huitièmes de finale après un match nul contre la Guinée-Bissau lors de son premier match, tandis que l’Égypte doit se remettre de sa défaite contre le Nigéria.

La naissance de la Coupe d’Afrique des Nations

En 1956, des responsables de l’Égypte, de l’Éthiopie et du Soudan, ainsi qu’un représentant de l’Afrique du Sud, se sont rencontrés lors du congrès général de la Fifa au Portugal pour créer une compétition continentale africaine.

La première Coupe des Nations s’est déroulée en février 1957 dans la capitale soudanaise de Khartoum et, après que la fédération sud-africaine a refusé d’envoyer une équipe multiraciale et a été disqualifiée, l’Égypte – qui a éliminé le Soudan en demi-finale – a battu l’Éthiopie 2-1 dans la finale inaugurale.

A lire aussi

Mais les Walias d’Éthiopie ont vengé leur défaite lors de la troisième CAN en 1962 en battant l’Égypte (alors connue sous le nom de République arabe unie) 4-2 en finale sur son propre sol.

Le capitaine Luciano Vassallo – parmi les joueurs originaires de l’Érythrée, aujourd’hui indépendante – reçoit la coupe des mains de l’empereur Hailé Sélassié, pour la première des trois occasions où l’Éthiopie accueille le tournoi.

Le capitaine de l’Éthiopie, Luciano Vassallo, reçoit la Coupe des Nations des mains de l’empereur Haile Selassie

L'empereur éthiopien Haile Selassie était présent pour remettre la Coupe des Nations à Addis-Abeba en 1962
L’empereur éthiopien Haile Selassie était présent pour remettre la Coupe des Nations à Addis-Abeba en 1962

L’empereur éthiopien Haile Selassie était présent pour remettre la Coupe des Nations à Addis-Abeba en 1962

« L’Éthiopie est célèbre pour l’athlétisme, mais le sport le plus aimé en Éthiopie est le football », affirme Seid Kiar, analyste pour Super Sports à Addis-Abeba.

Les deux premiers tournois étaient des événements à trois équipes avant que les participants n’augmentent progressivement au fil du temps, et Kiar pense qu’il est important de réfléchir de manière critique à la gloire passée.

« Nous sommes fiers et respectueux des joueurs, des entraîneurs, de ceux qui ont marqué l’histoire », dit-il. « [Mais] de nombreux pays africains étaient encore colonisés, comme la Côte d’Ivoire, le Nigeria et la Tunisie. Leurs équipes nationales n’étaient pas là. »

Les politiques intérieures entravent le Soudan

Le Soudan a remporté sa seule Coupe des Nations en 1970 à Khartoum, avec une génération dorée comprenant des joueurs comme Ali Gagarin et Nasr Eddin Abbas – connu sous le nom de Jaksa – battant le Ghana 1-0 en finale.

Le Soudan a failli se qualifier pour la Coupe du monde de cette année-là au Mexique et, deux ans plus tard, l’équipe a participé aux Jeux olympiques de Munich en 1972, où elle s’est relativement bien comportée, mais les années qui ont suivi ont vu le déclin des Secretary Birds.

« À l’époque, il y avait une stabilité qui a aidé l’État à développer le football, mais l’instabilité politique et les difficultés économiques ont poussé l’État à s’intéresser à d’autres questions », explique Jaksa, aujourd’hui âgé de 77 ans.

Le Soudan reçoit le trophée de la Coupe d’Afrique des Nations

Le Soudan a remporté la Coupe des Nations sur son sol en 1970, mais ne fait plus partie des poids lourds du continent

Plusieurs politiques gouvernementales ont laissé leur empreinte, notamment la politique de 1976 al-Riyadha al-Jamahiriya ou « le sport pour les masses » de l’ancien dictateur Jaafar Nimeiri, qui a suspendu le championnat national et réduit le football à des compétitions locales.

En réaction, les meilleurs joueurs soudanais sont partis dans les pays et ligues voisins, notamment dans le Golfe arabe. La politique a été abandonnée près d’un an plus tard, mais le mal était fait.

« Il y a eu une coupure générationnelle dont le Soudan ne s’est jamais remis », explique Bakheit, de kooora.com.

Covid-19 : port du masque obligatoire en Éthiopie

D’autres facteurs sont également à prendre en compte, comme l’incapacité des joueurs et des entraîneurs d’Afrique de l’Est à s’adapter lorsque le jeu est devenu plus physique et plus tactique, ce qui a rendu difficile la compétition avec les équipes d’Afrique de l’Ouest et du Nord.

« Si nous parvenons à faire évoluer notre style du physique au mental, nous sommes bons dans la possession du ballon, les passes courtes et les compétences techniques », indique Kiar.

Organisation hors du terrain requise

Une meilleure gestion du jeu et des stratégies à long terme, comme la mise en œuvre par l’Espagne d’un style de passe ou la restructuration par l’Allemagne des programmes de football pour les jeunes après les mauvais résultats obtenus lors du championnat d’Europe en 2000, constituent un modèle à suivre.

« Il ne s’agit pas seulement d’avoir des ressources ou de trouver de bons joueurs, mais de gérer et de planifier correctement », souligne Hassan el Mistikawi, de Modern Sport.

Le Soudan va payer des compensations pour l’attaque de l’USS Cole

Le journaliste sportif chevronné pense toujours que l’Égypte a une marge de progression, étant donné qu’elle ne s’est qualifiée que pour trois Coupes du monde, malgré son record à la CAN et ses trois triomphes consécutifs de 2006 à 2010.

Un autre facteur que Bakheit pointe du doigt est la domination des grands clubs au Soudan, qui a un impact sur le développement des autres équipes. Al-Hilal et Al-Marriek s’en sortent relativement bien dans les compétitions continentales, mais le soutien de leurs riches bailleurs de fonds entrave la concurrence.

Soudan – Guinée-Bissau

Le gardien de but soudanais Ali Abou Achrine a arrêté un penalty contre la Guinée-Bissau, mardi, pour la première fois en Coupe d’Afrique des Nations depuis la finale de 1970

Les équipes d’Afrique de l’Ouest et du Nord bénéficient également de l’exposition de leurs joueurs aux clubs et aux championnats européens de haut niveau, tandis que l’Éthiopie et le Soudan ont des équipes essentiellement composées de joueurs « locaux » au Cameroun ce mois-ci.

« Les joueurs rapportent leurs expériences à leurs équipes nationales », affirme el Mistakawi.

L’Éthiopie et le Soudan sont loin d’être des candidats à la Coupe des Nations, mais leurs supporters espèrent qu’ils pourront impressionner malgré les mêmes défis politiques, avec un conflit en cours en Éthiopie et le coup d’État militaire d’octobre au Soudan.

L’histoire des derniers Juifs du Soudan

Kiar pense que les Éthiopiens sont désireux de montrer leur jeu de passes à l’occasion du 60e anniversaire de leur triomphe continental, tandis que pour Bakheit, il s’agit pour le Soudan de se reconstruire après une performance décevante en Coupe arabe, qui l’a vu renvoyer l’entraîneur Hubert Velud et remanier son équipe.

Si les deux équipes veulent poursuivre leur trajectoire et se présenter en Côte d’Ivoire dans 18 mois, il faudra mettre en place de meilleures structures pour tirer parti de la qualification pour le Cameroun.

L’équipe éthiopienne victorieuse de 1962 célèbre son triomphe à la Coupe des Nations

L’équipe d’Éthiopie de 1962 savoure sa victoire en Coupe des Nations, mais les Africains de l’Est semblent bien loin de réitérer cet exploit

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here