Bien sûr, vos arbres fruitiers, une fois plantés, vont vous réclamer des soins réguliers ! Découvrez quel comportement adopter pour que vos arbres se plaisent au mieux dans leur environnement. Découvrez dans ce dossier tout ce qu’il faut savoir pour créer un verger. Nos conseils et astuces vous aideront pas à pas et vous pourrez bientôt vous régaler en savourant vos propres fruits !

Apport d’engrais

Lors de la préparation de la mise en terre de vos arbres fruitiers, vous avez dû enrichir le sol de votre verger d’engrais organiques (fumier, compost, etc.). Tous les 4 à 5 ans, vous aurez intérêt à renouveler de tels apports.

Mais n’en déduisez pas que ce type de fertilisation va suffire ! Régulièrement, il va falloir confier au sol de votre parcelle fruitière des fertilisants organiques et minéraux. Dans votre jardinerie, vous trouverez des engrais qui vous donneront satisfaction et dont vous devrez respecter le dosage indiqué.

Les radicelles absorbantes de vos arbres et arbustes fruitiers se trouvent dans une zone située de part et d’autre de l’aplomb de l’extrémité de leurs branches (et de 1 à 1,50 m du mur pour vos espaliers).

Il sera donc inutile de mettre des engrais ailleurs ! N’oubliez pas que, dès la seconde ou la troisième année, les racines de vos arbres s’étendront sur près de 2 m et vos fumures mériteront d’être mises en place sur un rayon suffisamment grand.

Travaux d’arrosage

Pour diminuer très sensiblement l’évaporation de l’eau se trouvant dans le sol de votre verger, il faudra biner régulièrement le dessous de vos arbres et arbustes fruitiers.

Vous disposerez ensuite une couche de 5 à 10 cm d’un matériau protecteur, qui fera barrage aux remontées d’eau. De même, la présence d’une cuvette creusée au pied de vos différents sujets permettra à l’eau de pluie de s’y écouler.

Très complexe, la taille des arbres !

Vous n’allez pas pouvoir échapper à la contrainte de la taille de vos arbres fruitiers, indispensable pour récolter des fruits de qualité !

Cette opération, surtout sur le pommier, constitue une opération délicate et qui vous prendra du temps. Si vos moyens vous le permettent, vous gagnerez quelques heures en faisant appel à un spécialiste de l’entretien des jardins !

Cette opération doit en tout cas intervenir de novembre à fin février pour les espèces à pépins et de fin février à début mars pour les arbres à noyaux et la vigne, bien sûr en dehors des périodes de gel.

Il faudra vous servir d’un outil très tranchant, afin de réaliser des coupes nettes, de cicatrisation facile. Vous tiendrez votre sécateur de façon à ce que sa lame se trouve en contact avec la partie du rameau restant sur l’arbre, le crochet prenant appui sur celle qui est à supprimer.

Lorsque vous planterez de jeunes arbres fruitiers, il va falloir les tailler sans trop attendre, cela pour assurer leur formation. Le but de cette opération sera de donner à l’arbre une structure telle que la sève soit distribuée de façon égale dans toutes ses parties, cela afin d’obtenir une végétation parfaitement équilibrée.

Pour arriver à ce résultat, vous taillerez toujours court la branche la plus forte et les plus faibles d’une façon plus longue.

Vous pourrez aussi incliner ou arquer le rameau fort vers l’horizontale et redresser les plus faibles vers la verticale.

Quand vos travaux de taille seront terminés, ce sera un jeu d’enfant de cicatriser les plaies occasionnées à l’aide d’un produit du commerce, en intervenant également au niveau des blessures accidentelles (morsures de rongeurs par exemple).

Laisser un commentaire