[Dossier Santé ] – Remède Contre Les Myomes /Kystes /Fibromes

0
444

Zoom sur le Remède Contre Les Myomes /Kystes /Fibromes. Celle qui a des myomes a souvent des règles prolongées (qui durent plus que normalement). Les fibromes de l’utérus représentent les tumeurs bénignes les plus fréquentes du système reproducteur féminin. Les médecins peuvent souvent détecter les myomes lors d’un examen clinique. Lors d’un examen pelvien, les médecins peuvent voir un myome, en particulier en cas de prolapsus. Selon son volume, le kyste peut entraîner une gêne ou une douleur derrière le genou, comme une tension, des difficultés à marcher ou une limitation des mouvements de flexion.

Remède contre les Myomes /Kystes /Fibromes

puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes
puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes

Si le myome n’excède pas 5cm de diamètre, aller chercher les feuilles de kîgelia africana.

  • Ajouter un épis de maïs rouge.
  • ♦ Calciner le tout.
  • Mettre une cuillerée à soupe de la poudre obtenue dans une bouillie tous les jours pendant 2 à 3 mois.
  • À la place du kigelia africana, vous pouvez sécher les feuilles de calotropis procéra  que vous mettez en poudre à mélanger avec le maïs rouge calciné.

Avant de faire cette recette, lorsque vous sentez les maux, il faut râper 4 gousses d’ail et verser de l’eau bouillante la dessus.

  • Patienter 10 mn et buvez.
  • Cela arrête sur le coup la croissance du kyste ou du myome.
  • Après cela, faites la recette.

Par ailleurs trempez le tetrapleura tetraptera ou LINDJA dans de l’eau.

  • Attendez 24h et buvez un demi verre le matin et le soir.
  • Purgez vous un jour sur deux.

Au départ, quand vous allez boire cette tisane, cela peut vous faire vomir où vous donner mal au côté gauche; mais soyez forte et continuez le traitement.

  • Vous pourrez aussi dormir beaucoup. 
  • ♦ Vous même vous verrez les saletés qui sortiront pendant les purges.
  • Quand vos menstrues vont venir elles peuvent être abondantes. 
  • ♦ Dans ce cas arrêtez la purge pendant les règles et continuez après.

Après deux mois de traitement, allez faire le test pour voir l’évolution du mal.

Myomes du col de l’utérus

Kystes, fibromes et myomes De quoi s’agit-il
Kystes, fibromes et myomes De quoi s’agit-il

Par Charlie C. Kilpatrick , MD, MEd, Baylor College of Medicine
Dernière révision totale juillet 2022| Dernière modification du contenu juillet 2022

Les myomes du col de l’utérus sont des tumeurs lisses et bénignes du col de l’utérus.

  • Un myome du col de l’utérus peut saigner, s’infecter, interférer avec la miction ou causer des douleurs lors des rapports sexuels.
  • Les médecins peuvent voir ou sentir la plupart des myomes lors de l’examen pelvien.
  • Les myomes qui causent des symptômes peuvent être retirés chirurgicalement.

Les myomes (ou fibromes) sont des tumeurs bénignes formées en partie de tissus musculaires. Ils se développent rarement dans le col de l’utérus, la partie basse de l’utérus.

Lorsque c’est le cas, ils s’accompagnent généralement de myomes présents dans la partie supérieure de l’utérus.

A lire aussi

Les myomes du col de l’utérus de taille importante peuvent bloquer partiellement les voies urinaires ou saillir (prolapsus) dans le vagin.

Des lésions se développent parfois sur les myomes saillants ; celles-ci peuvent s’infecter, saigner ou les deux. Dans de rares cas, les myomes saillants peuvent aussi bloquer le flux urinaire.

21 Recette naturelle pour venir à bout des kystes, fibromes et myomes
Recette naturelle pour venir à bout des kystes, fibromes et myomes

Symptômes des myomes du col de l’utérus

La plupart des myomes du col de l’utérus finissent par causer des symptômes. Le symptôme le plus fréquent est :

  • Un saignement vaginal, qui peut être irrégulier ou important

Un saignement important peut entraîner une anémie accompagnée de fatigue et de faiblesse. Les rapports sexuels peuvent être douloureux.

Si les myomes s’infectent, ils peuvent causer des douleurs, des saignements ou des pertes vaginales.

Dans de rares cas, un prolapsus cause des symptômes tels qu’une sensation de pression ou une grosseur dans le bassin.

Dans de rares cas, si un myome bloque le flux urinaire, la femme peut avoir un début de miction hésitant, constater un écoulement à la fin et faire de la rétention urinaire. Des infections des voies urinaires sont plus susceptibles de se développer.

Diagnostic des myomes du col de l’utérus

  • Examen pelvien
  • Parfois, examens d’imagerie, comme une échographie ou une imagerie par résonance magnétique (IRM)

Ou bien les médecins peuvent sentir un myome lorsqu’ils contrôlent la taille et la forme de l’utérus et du col (une main gantée à l’intérieur du vagin et l’autre au-dessus de l’abdomen).

Si le diagnostic est incertain, les médecins peuvent introduire une sonde à ultrasons dans le vagin jusqu’à l’utérus afin d’obtenir une image de la zone.

Cette procédure, appelée échographie endovaginale, est également réalisée pour voir si d’autres myomes sont présents. Sinon, une IRM peut être réalisée.

  • Des analyses de sang sont effectuées pour détecter une anémie.

Un test de Papanicolaou (frottis) ou un test de détection du virus du papillome humain (VPH) sont réalisés ( tests de cytologie cervicale) afin d’exclure un cancer du col de l’utérus.

19 symptomes-cycle-kystes-myomes-fibromes-Amansibio
symptomes-cycle-kystes-myomes-fibromes-Amansibio

Traitement des myomes du col de l’utérus

  • Si les myomes causent des symptômes, chirurgie

Si les myomes sont petits et ne causent pas de symptômes, aucun traitement n’est nécessaire.

Si les myomes causent des symptômes, ils sont retirés chirurgicalement si cela est possible (myomectomie).

Si on n’enlève que le myome, la femme pourra toujours avoir des enfants. Cependant, si les myomes sont de taille importante, l’ablation de tout l’utérus (hystérectomie) pourra s’avérer nécessaire.

Les deux procédures peuvent être effectuées en pratiquant une large incision dans l’abdomen (laparotomie).

Parfois, elles sont réalisées avec des instruments insérés dans une ou plusieurs petites incisions près du nombril (laparoscopie).

Si un myome est saillant à l’intérieur du vagin, il est enlevé à l’aide d’instruments insérés par le vagin (par voie endovaginale), si possible.

Kystes

Un kyste est une cavité qui contient un liquide ou une substance semi-solide qui se forme dans un organe ou dans un tissu.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche ci-dessous.

Un kyste, qu’est-ce que c’est ?

Un kyste est une cavité qui contient un liquide ou une substance semi-solide qui se forme dans un organe ou dans un tissu.

La grande majorité des kystes ne sont pas cancéreux, mais certains peuvent perturber le fonctionnement d’un organe et causer des douleurs.

On distingue plusieurs types de kystes :

  • les plus courants se trouvent dans la peau,
  • les ovaires,
  • les seins,
  • et les reins.
17 voici-un-puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes
voici-un-puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes

Kyste épidermoïde et kyste sébacé : sous la peau

Deux types de kystes se présentent sous la peau : le kyste épidermoïde (formé à partir de cellules épidermiques) et le kyste sébacé (formé dans les glandes sébacées).

Ces kystes ont l’apparence de petites bosses lisses de la même couleur que la peau ou plutôt « jaunes-blancs ».

Kyste synovial : sur les poignets

Le kyste synovial apparait le plus souvent sur le dos du poignet ou à la base des doigts, spontanément ou suite à un traumatisme.

Sa taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres et il peut être douloureux à la compression ou lors de certains mouvements.

Ces kystes ne sont pas dangereux et disparaissent habituellement d’eux-mêmes après quelques semaines ou quelques mois. Une intervention chirurgicale mineure peut être effectuée pour retirer le kyste.

Kyste poplité : aux genoux

Le kyste poplité (ou kyste de Baker) est une poche de liquide articulaire (liquide synovial) qui apparaît derrière le pli du genou.

Rarement, il peut compresser certains nerfs et entraîner un gonflement ou un fourmillement au niveau de la jambe. La plupart du temps, le kyste poplité est lié à l’arthrite ou à une blessure au genou.

Les articulations et les tendons, comme le genou et les poignets, sont tapissés d’une membrane appelée tissu synovial. Celui-ci sécrète un liquide visqueux, le liquide synovial, qui permet de nourrir et de lubrifier les articulations.

Le tissu synovial peut spontanément ou suite à un traumatisme, former des poches qui se remplissent de liquide synovial, à l’origine des kystes.

14 maïs rouge ou graines de maïs rouge
maïs rouge ou graines de maïs rouge

Chez les femmes

Le kyste de la glande de Bartholin se manifeste par une bosse ou une douleur à l’entrée du vagin.

Les glandes de Bartholin produisent un fluide protecteur et lubrifiant qui peut parfois s’infecter et engendrer une enflure ou la formation d’un kyste.

Ce kyste est sans gravité et peut affecter toutes les femmes à un moment de leur vie.

Un kyste aux ovaires est une poche remplie de liquide qui se développe à la surface ou à l’intérieur d’un ovaire. Les kystes aux ovaires sont très communs chez les femmes et sont rarement cancéreux avant l’âge de 50 ans.

Il existe plusieurs types de kystes aux ovaires. Les kystes fonctionnels apparaissent durant le cycle de l’ovulation (le relâchement d’un œuf par l’ovaire).

La plupart de temps sans douleur, inoffensifs et non-cancéreux, ils disparaissent habituellement d’eux-mêmes après 2 ou 3 cycles menstruels.

D’autres types de kystes sont dus à des tumeurs bénignes comme les kystes dermoïdes, les kystes endométriosiques (ou endométriome) chez les femmes atteintes d’endométriose.

Le syndrome des ovaires polykystiques n’est pas dû à des kystes, mais à des follicules sur les ovaires qui en font augmenter le volume.

Certains kystes ovariens bénins peuvent augmenter le risque de cancer des ovaires. Certaines tumeurs malignes et certains cancers des ovaires débutent par un kyste aux ovaires.

13 comment-faire-des-olives-noires-maison
comment-faire-des-olives-noires-maison

Col de l’utérus

Un kyste de Naboth (ou œuf de Naboth) est une poche remplie de mucus qui se forme sur la paroi du col de l’utérus (Le col de l’utérus est tapissé de glandes qui produisent du mucus).

Ce type de kyste est commun chez les femmes après l’accouchement ou chez les femmes ménopausées dont la paroi utérine s’amincit avec l’âge.

Ce kyste ne comporte pratiquement aucun symptôme et est habituellement détecté lors d’un examen pelvien de routine. Il ne présente aucun risque pour la santé.

12 différence entre les fibromes et les kystes1
différence entre les fibromes et les kystes1

Seins

différence entre les fibromes et les kystes0
différence entre les fibromes et les kystes0
Différence entre les fibromes et les kystes
Différence entre les fibromes et les kystes

Un kyste au sein est une masse contenant du liquide produit par les glandes mammaires. Il peut être petit et insensible au toucher ou parfois plus gros, de forme ovale ou ronde, de 1 cm ou 2 cm de diamètre et se déplace facilement sous les doigts.

Le kyste a tendance à devenir dur et sensible avant les règles. Avoir un kyste au sein n’est pas un facteur de risque de cancer du sein.

Voir la fiche complète Kyste au sein pour des informations détaillées.

11 remède contre les myomes / feuilles de calotropis procéras www.kafunel.com soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes1
feuilles de calotropis procéras www.kafunel.com soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes1

Chez les hommes

Un kyste spermatique (ou spermatocèle) est un sac qui se forme dans l’épididyme, (= le petit tube situé dans le testicule qui collecte et transporte le sperme).

Généralement sans douleur et non cancéreux, ces kystes renferment un liquide laiteux ou clair qui peut contenir du sperme. Ces kystes sont communs chez les hommes, n’affectent pas la fertilité et ne requièrent habituellement aucun traitement.

Reins

Un kyste renal est une poche de fluide qui se forme dans les reins. Les plus communs sont les kystes simples (ou solitaires). Ils ne causent aucune complication, ni symptôme.

Certaines personnes développement une multitude de kystes rénaux, une anomalie héréditaire appelée maladie polykystique des reins. Cette condition peut provoquer de la haute pression et une insuffisance rénale.

9 combinaison-dangereuse www.kafunel.com Combinaison alimentaire dangereuse Ne jamais mélangez ces 2 légumes !!!
combinaison-dangereuse www.kafunel.com Combinaison alimentaire dangereuse Ne jamais mélangez ces 2 légumes !!!

Pancréas

Le pancréas est un organe situé derrière l’estomac qui produit des hormones et des enzymes aidant la digestion.

Un kyste pancréatique (ou kyste du pancréas) est une petite poche remplie de fluide dans le pancréas qui se forme souvent suite à une pancréatite (une inflammation du pancréas) aigüe ou chronique.

La plupart des kystes pancréatiques ne sont pas cancéreux et ne provoquent aucun symptôme. Certains kystes pancréatiques peuvent cependant être tout de même cancéreux.

Ils sont diagnostiqués à l’aide d’un échantillon du liquide présent dans le kyste ou en surveillant tout changement de forme ou de taille. Un médecin peut parfois recommander l’ablation du kyste par une chirurgie mineure.

Rédaction : Dr Jacques Allard
Médecin
13 juillet 2022, à 10h10

Fibromes

voici-un-puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes
voici-un-puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes

(Léiomyomes ; Myomes)
Par David G. Mutch , MD, Washington University School of Medicine;
Scott W. Biest , MD, Washington University School of Medicine
Dernière révision totale juil. 2022 | Dernière modification du contenu juil. 2022

Un fibrome est une tumeur bénigne constituée de tissu musculaire et fibreux. Il se trouve dans l’utérus.

  • Les fibromes peuvent provoquer douleurs, saignements vaginaux anormaux, constipation, fausses couches à répétition et besoin plus fréquent d’uriner ou envies impérieuses d’uriner.
  • Les médecins procèdent à un examen pelvien et confirment généralement leur diagnostic avec une échographie.
  • Le traitement n’est nécessaire que si les fibromes sont problématiques.
  • Les médecins peuvent prescrire des médicaments pour contrôler les symptômes, mais il est souvent nécessaire de procéder à une chirurgie ou une procédure permettant de détruire les fibromes afin de soulager les symptômes et de rendre une grossesse possible.

Les fibromes sont également appelés léiomyomes ou myomes.

A lire aussi

À l’âge de 45 ans, environ 70 % des femmes ont développé au moins un fibrome. De nombreux fibromes sont petits et asymptomatiques.

Mais environ un quart des femmes d’origine ethnique blanche et la moitié des femmes d’origine ethnique noire développent au moins une fois des fibromes symptomatiques. Les fibromes sont plus courants chez les femmes en surpoids.

Le saviez-vous ?
À l’âge de 45 ans, environ 7 femmes sur 10 ont développé des fibromes de l’utérus.

Les facteurs à l’origine du développement de ces tumeurs ne sont pas connus. Il semble qu’une élévation des taux d’œstrogènes et éventuellement de la progestérone (hormones féminines) stimule leur croissance.

Les fibromes peuvent se développer pendant la grossesse (lorsque les taux de ces hormones augmentent, et ils tendent à disparaître à la ménopause, lorsque ces taux baissent de façon drastique).

Lorsque la taille du fibrome devient excessivement importante, l’apport sanguin peut être insuffisant pour nourrir la tumeur. Par conséquent, le fibrome commence à dégénérer.

Le fibrome peut être microscopique ou aussi volumineux qu’un ballon de basket.

Le fibrome peut être situé à différents endroits de l’utérus, généralement au niveau de la paroi (composée de trois couches) :

  • Sous la surface externe de l’utérus (fibromes sous-séreux)
  • À l’intérieur de la paroi utérine (fibromes intramuraux)
  • Sous la couche interne (muqueuse ou endomètre) de l’utérus (fibromes sous-muqueux)

Les fibromes sous-séreux constituent le type le plus fréquent.

Certains fibromes évoluent à partir d’un pédicule (on parle alors de fibromes pédiculés). Certains fibromes sous-muqueux se développent à l’intérieur de l’utérus (fibromes intracavitaires). Les fibromes volumineux qui se développent dans la paroi utérine ou juste sous l’endomètre peuvent déformer l’utérus ou l’intérieur de la cavité utérine.

Les femmes ont souvent plusieurs fibromes.

Dans de très rares cas, les fibromes deviennent cancéreux.

8 the-maison-kumquat
the-maison-kumquat

Où les fibromes se développent-ils ?

Les fibromes peuvent se développer dans différentes parties de l’utérus :

  • Sous la surface externe de l’utérus (fibromes sous-séreux)
  • À l’intérieur de la paroi utérine (fibromes intramuraux)
  • Sous la muqueuse de l’utérus (fibromes sous-muqueux)

Certains fibromes se développent à partir d’un pédicule. Ils sont appelés fibromes pédiculés.

7 Confiture de canneberges maison
Confiture de canneberges maison

Symptômes des fibromes

Les symptômes dépendent :

  • Nombre de fibromes
  • Taille des fibromes
  • Emplacement des fibromes dans l’utérus

De nombreux fibromes sont asymptomatiques. Plus le fibrome est volumineux, plus il risque de causer des symptômes.

Les fibromes, surtout la forme sous-muqueuse, provoquent souvent un saignement menstruel plus abondant ou durable que la normale, et, par voie de conséquence, ces pertes sanguines peuvent être à l’origine d’une anémie.

Les fibromes volumineux peuvent provoquer des douleurs, des compressions d’organes ou une sensation de pesanteur pelvienne au cours ou entre deux périodes de règles.

Ils peuvent comprimer la vessie, induisant un besoin plus fréquent d’uriner ou des envies impérieuses d’uriner (besoins urgents).

Ils peuvent également comprimer le rectum en provoquant inconfort et constipation. Ils peuvent interférer avec le fonctionnement d’organes, en bloquant par exemple les voies urinaires et par conséquent empêcher l’urine de sortir du corps.

Parfois, les fibromes volumineux sont responsables d’un gonflement abdominal.

Les fibromes pédiculés peuvent se tordre, bloquant ainsi l’apport sanguin, et provoquer une douleur intense.

En général, en cas de croissance ou d’évolution maligne, ils provoquent une compression ou des douleurs. La douleur des fibromes dégénératifs (d’évolution maligne) persiste pendant toute la période de la transformation.

Les fibromes asymptomatiques avant la grossesse peuvent ensuite être à l’origine de complications obstétricales.

remède contre les myomes / feuilles de calotropis procéras www.kafunel.com soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes1
remède contre les myomes / feuilles de calotropis procéras www.kafunel.com soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes1

Ces problèmes comprennent :

  • Fausse couche
  • Travail prématuré (avant terme)
  • Positionnement (présentation) anormal du bébé avant l’accouchement
  • Perte de sang excessive après l’accouchement (hémorragie du post-partum)

Les fibromes peuvent être à l’origine d’une stérilité par obstruction des trompes de Fallope ou du fait d’une modification de la forme de l’utérus qui rend difficile, voire impossible, l’implantation d’un œuf (voir figure De l’ovule à l’embryon).

Moins de 1 % des fibromes deviennent cancéreux.

6 fibrome-chiffres Fibromes, myomes et kystes www.kafunel.com que peut-on retenir
fibrome-chiffres Fibromes, myomes et kystes www.kafunel.com que peut-on retenir

Diagnostic des fibromes

  • Imagerie, généralement échographie

Les médecins peuvent détecter des fibromes à partir des résultats de l’examen pelvien. Toutefois, ce sont souvent les examens d’imagerie qui permettent de confirmer le diagnostic de fibrome utérin.

À savoir :

  • Échographie endovaginale : une sonde à ultrasons est insérée dans le vagin.
  • Échographie avec instillation de solution physiologique ( sonohystérographie) : une échographie est effectuée après avoir introduit une petite quantité de sérum physiologique dans l’utérus pour en souligner la forme interne.

Si les résultats de ces deux examens ne sont pas clairs, une imagerie par résonance magnétique (IRM) est pratiquée. L’IRM permet de visualiser clairement les fibromes.

En cas de saignements autres que les saignements menstruels (règles), le médecin cherchera à exclure un cancer de l’utérus. Il pourra donc procéder de la manière suivante :

  • Test de Papanicolaou (frottis)
  • Biopsie de la muqueuse utérine ( biopsie de l’endomètre)
  • Échographie endovaginale, hystérosonographie, hystéroscopie, ou une association de plusieurs de ces examens

Dans l’hystéroscopie, un instrument à fibres optiques est inséré dans le vagin et le col de l’utérus jusque dans l’utérus, souvent sous anesthésie locale, régionale ou générale.

Au cours de l’hystéroscopie, un échantillon de tissu est prélevé et examiné (biopsie).

Traitement des fibromes

  • médicaments afin de soulager les symptômes ou de limiter le développement des fibromes ;
  • Parfois, intervention chirurgicale afin de retirer l’utérus ou seulement les fibromes
  • Parfois, des procédures pour détruire les fibromes

Aucun traitement n’est nécessaire chez la plupart des patientes n’ayant pas de symptômes gênants ou d’autres problèmes.

Elles doivent néanmoins être régulièrement examinées tous les 6 à 12 mois pour déterminer si les symptômes empirent ou diminuent et s’assurer que le fibrome ne grossit pas. Ce type de suivi régulier est appelé observation ou surveillance clinique.

Plusieurs options thérapeutiques, pharmacologiques et chirurgicales, sont disponibles en cas de saignements importants, d’aggravation de la symptomatologie ou d’augmentation substantielle du volume du fibrome.

4 soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes
soigner naturellement les kystes, les fibromes et les myomes

Médicaments pour les fibromes

Quelques médicaments peuvent être administrés pour atténuer les symptômes ou pour limiter le développement du fibrome, mais seulement de façon temporaire. Aucun médicament ne peut inhiber de façon durable le développement des fibromes.

Dans de rares cas, lorsqu’une femme est ménopausée ou approche de la ménopause, un médicament visant à réduire la taille des fibromes peut être administré.

Cependant, ils ne sont pas forcément nécessaires, car les fibromes peuvent continuer à diminuer spontanément après la ménopause.

Les médicaments suivants sont fréquemment utilisés :

  • Agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines
  • Progestatifs

Des agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) (analogues) sont le plus communément utilisés. Ces médicaments sont des formes synthétiques d’une hormone produite par l’organisme (GnRH).

Le leuprolide et la goséréline sont les plus utilisés. Ils permettent de limiter le développement des fibromes et de réduire le volume des saignements en inhibant la synthèse des œstrogènes (et de la progestérone).

C’est la raison pour laquelle le médecin peut administrer des agonistes de la GnRH avant l’intervention chirurgicale pour faciliter l’exérèse du fibrome, limiter la perte de sang et réduire ainsi les risques liés à la chirurgie.

Les médicaments peuvent être injectés une fois par mois ou implantés sous forme de pellets sous la peau. La nafaréline, autre agoniste de la GnRH, peut être administrée par spray nasal.

Les agonistes de la GnRH sont généralement administrés pendant moins de 6 mois. Si le traitement dure longtemps, ils peuvent entraîner une diminution de la densité osseuse et augmenter le risque d’ ostéoporose.

De faibles doses d’œstrogènes, généralement associées à un progestatif (médicament semblable à la progestérone), peuvent être administrées avec des agonistes de la GnRH pour contribuer à prévenir la perte de densité osseuse.

Dans les 6 mois qui suivent l’arrêt des agonistes de la GnRH, les fibromes peuvent redevenir aussi gros qu’ils ne l’étaient avant le traitement.

Les progestatifs (tels que l’acétate de médroxyprogestérone ou le mégestrol) permettent de contrôler les saignements chez certaines femmes, mais il est possible que ces médicaments ne limitent pas autant le développement des fibromes que les agonistes de la GnRH.

Ils réduisent les saignements en empêchant la muqueuse utérine de trop se développer. Lorsque la muqueuse utérine se développe trop, elle a plus de chance de rompre et de se décomposer en plus grande quantité pendant les règles. Cela se traduit par des règles plus abondantes que la normale.

Les progestatifs sont administrés par voie orale. Ils peuvent être pris quotidiennement pendant 10 à 14 jours consécutifs à chaque cycle menstruel.

Sinon, les médecins peuvent prescrire aux femmes des injections d’acétate de médroxyprogestérone tous les 3 mois ou insérer un dispositif intra-utérin ( DIU) libérant un progestatif appelé lévonorgestrel.

Lorsqu’ils sont pris par voie orale tous les jours, par injection ou libérés par un DIU, les progestatifs agissent également comme contraceptif. Toutefois, ces médicaments s’accompagnent parfois d’effets secondaires, tels que la prise de poids, la dépression et des saignements irréguliers.

Dans de rares cas, d’autres médicaments peuvent être prescrits. Ils peuvent être utilisés si un agoniste de la GnRH ou un progestatif s’est révélé inefficace ou entraîne des effets secondaires gênants.

Ces médicaments incluent :

  • Mifépristone et médicaments associés (appelés antiprogestatifs) : Ces médicaments inhibent l’activité de la progestérone. En conséquence, l’utérus et les fibromes rétrécissent.
  • Raloxifène et médicaments associés (appelés modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes ou MSRE) : ces médicaments inversent les effets de certains œstrogènes. Ils ne sont pas toujours aussi efficaces que les autres médicaments.
  • Danazol (hormone de synthèse associée à la testostérone) : Le danazol inhibe l’activité des œstrogènes et de la progestérone. Il compte de nombreux effets secondaires, tels que la prise de poids, l’acné, l’augmentation de la pilosité corporelle (hirsutisme), le gonflement des chevilles, la chute de cheveux, la sécheresse vaginale et une voix plus grave.
  • Acide tranexamique : ce médicament permet d’empêcher les caillots de sang (produits par l’organisme pour faire cesser le saignement) de se décomposer aussi rapidement. En conséquence, le saignement diminue.

Des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent soulager la douleur, mais n’ont aucune incidence sur les saignements.

3 Traitement-naturel-kystes-myomes-fibromes-Amansibio
Traitement-naturel-kystes-myomes-fibromes-Amansibio

Chirurgie des fibromes

On envisage généralement une chirurgie pour les femmes dans les cas de figure suivants :

  • Fibromes qui grossissent rapidement
  • Saignement qui persiste ou récidive malgré un traitement médicamenteux
  • Douleur sévère ou persistante
  • Fibromes volumineux qui posent des problèmes, tels que le besoin d’uriner fréquemment, la constipation, les douleurs pendant les rapports sexuels ou l’obstruction des voies urinaires
  • Chez les femmes qui souhaitent avoir un enfant, fibromes qui provoquent une stérilité ou des fausses couches à répétition

Si les femmes ne souhaitent plus avoir d’enfant ou souhaitent être définitivement guéries, la chirurgie peut être une bonne option.

Plusieurs types de chirurgie sont possibles. Le type recommandé dépend de la taille, du nombre et de la localisation des fibromes.

Toutefois, avant de prendre une décision concernant le traitement, les femmes doivent discuter avec leurs médecins des problèmes pouvant résulter de chaque type de chirurgie afin de prendre une décision informée.

La chirurgie permettant de traiter les fibromes implique généralement les techniques suivantes :

  • Hystérectomie : l’utérus est retiré, mais les ovaires sont conservés. L’hystérectomie est la seule solution définitive aux fibromes. Toutefois, après l’hystérectomie, les femmes ne peuvent pas avoir d’enfant. Par conséquent, elle n’est réalisée que si la patiente n’a plus de désir de grossesse.
  • Myomectomie : seuls le ou les fibromes sont retirés. À la différence de l’hystérectomie, la plupart des femmes ayant subi une myomectomie peuvent avoir des enfants. Aussi, les femmes se sentent généralement mieux psychologiquement lorsqu’elles gardent leur utérus. Toutefois, après la myomectomie, de nouveaux fibromes peuvent se développer et environ 25 % des femmes doivent avoir recours à une hystérectomie dans les 4 à 8 ans qui suivent.

Pour l’hystérectomie, les chirurgiens peuvent utiliser l’une des méthodes suivantes :

  • Laparotomie : ils pratiquent une incision de plusieurs centimètres dans l’abdomen.
  • Laparoscopie : ils pratiquent une ou plusieurs petites incisions à proximité du nombril, dans lesquelles ils insèrent une sonde optique (laparoscope) et des instruments chirurgicaux à travers les incisions.
  • Hystérectomie vaginale : l’utérus est retiré par le vagin, parfois assisté par laparoscopie. Une incision est pratiquée dans le vagin. Il n’est pas nécessaire d’inciser l’abdomen.

La chirurgie laparoscopique peut se faire avec une assistance robotique. Le robot est un dispositif utilisé pour contrôler et manipuler les instruments chirurgicaux insérés avec le laparoscope.

Le laparoscope envoie une image en trois dimensions de l’intérieur du corps vers une console.

Les chirurgiens s’installent à la console pour visualiser cette image et utilisent un ordinateur pour transformer les mouvements de leurs mains en mouvements précis des instruments.

Pour la myomectomie, les chirurgiens peuvent avoir recours à :

  • Laparotomie
  • Laparoscopie
  • Hystéroscopie : les chirurgiens introduisent un appareil semblable à un télescope (hystéroscope) dans le vagin jusqu’à l’utérus. À l’aide des instruments insérés par ce tube, les chirurgiens peuvent inciser les tissus et retirer les fibromes à l’intérieur de l’utérus.

La laparoscopie et l’hystéroscopie sont des techniques ambulatoires et la phase de rétablissement est plus rapide qu’après la laparotomie.

Cependant, il est parfois difficile, voire impossible, d’utiliser la laparoscopie ou l’hystéroscopie pour enlever les fibromes, par exemple, s’ils sont nombreux, volumineux ou profondément ancrés dans la paroi utérine. Dans de tels cas, les médecins procèdent à une laparotomie.

L’hystérectomie est parfois préférée à la myomectomie ou nécessaire pour différentes raisons :

  • Après la myomectomie, des fibromes peuvent récidiver.
  • Certaines femmes souffrent de maladies qui compliquent l’ablation des fibromes. Il peut s’agir d’une endométriose ou de tissus cicatriciels anormaux sur l’utérus ou dans le pelvis (adhérences).
  • Une hystérectomie peut réduire le risque d’autres pathologies dont ces femmes sont atteintes ou pour lesquelles elles présentent des facteurs de risque. Elles comprennent l’endométriose, les maladies précancéreuses du col de l’utérus ou de la muqueuse utérine (endomètre) et le cancer de l’ovaire. Par exemple, les femmes qui présentent une mutation du gène BRCA ont un risque accru de cancer de l’ovaire. Dans ces cas, l’utérus et les deux ovaires peuvent être retirés.

Les autres traitements se sont révélés inefficaces.

Une procédure appelée morcellement est souvent réalisée dans le cadre d’une myomectomie ou d’une hystérectomie.

Elle consiste à découper le fibrome ou le tissu utérin en petits morceaux qui peuvent être évacués par une plus petite incision.

Dans de très rares cas, les femmes présentant des fibromes sont atteintes d’un cancer de l’utérus qui n’est ni soupçonné ni diagnostiqué.

Si un morcellement est réalisé chez ces femmes, les cellules cancéreuses peuvent se propager dans l’abdomen et le pelvis.

Dans ces cas-là, le cancer peut se développer ailleurs dans l’organisme, sauf si une poche est utilisée pour recueillir tous les morceaux du fibrome, qui sont ensuite évacués.

Ce type de poche doit impérativement être utilisé lors d’un morcellement. Les femmes doivent être informées du risque très faible de propagation des cellules cancéreuses dans le cadre d’un morcellement.

2 La différence entre les fibromes et les kystes
La différence entre les fibromes et les kystes

Autres traitements des fibromes

D’autres traitements peuvent être utilisés pour détruire les fibromes au lieu de les retirer. Ces traitements peuvent soulager les symptômes, mais la durée du soulagement de ces symptômes n’a pas encore été déterminée.

Parmi ces procédures figurent :

  • Embolisation de l’artère utérine
  • Échographie focalisée à haute intensité
  • Ablation par radiofréquence
  • Cryoablation
  • Échographie focalisée guidée par résonance magnétique

Après une de ces procédures, il est déconseillé aux femmes de tomber enceintes. Il n’est pas certain qu’une grossesse puisse se faire en toute sécurité après ces procédures.

Pour l’embolisation de l’artère utérine, les médecins utilisent un anesthésiant pour insensibiliser une petite zone de la cuisse et y pratiquer une petite perforation ou incision.

Ensuite, ils insèrent une petite sonde flexible (cathéter) par l’incision vers l’artère principale de la cuisse (artère fémorale).

A lire aussi

Le cathéter est introduit dans l’artère qui vascularise le fibrome, et on injecte ensuite de fines particules synthétiques qui sont véhiculées jusqu’aux petites artères qui nourrissent le fibrome et les bloquent.

En conséquence, le fibrome meurt et se rétracte. Le reste de l’utérus ne semble pas affecté.

Toutefois, on ne sait pas si le fibrome peut récidiver (en raison de la revascularisation des artères obstruées ou de la synthèse de nouvelles artères).

Après une embolisation de l’artère utérine, la plupart des femmes souffrent de douleurs et de crampes dans le pelvis, de nausées, de vomissements, de fièvre, de fatigue et de douleurs musculaires.

Ces symptômes se développent dans les 48 heures après la procédure et disparaissent progressivement dans les 7 jours qui suivent. Une infection peut se développer dans l’utérus ou les tissus voisins.

Les femmes se remettent plus rapidement de cette procédure que d’une hystérectomie ou d’une myomectomie, mais elles ont tendance à présenter plus de complications et à consulter plus souvent leur médecin après l’opération.

Si les fibromes continuent à poser problème ou récidivent après l’embolisation, une hystérectomie est recommandée.

L’échographie focalisée à haute intensité et l’échographie focalisée par résonance magnétique utilisent les ultrasons pour détruire les fibromes.

Dans l’ablation par radiofréquence, les médecins insèrent une aiguille qui transmet un courant électrique ou de la chaleur dans le fibrome et l’utilisent pour détruire le cœur du fibrome.

Dans la cryoablation, une sonde froide est utilisée pour détruire le fibrome.

L’échographie ou l’imagerie par résonance magnétique peuvent être utilisées dans le cadre d’une ablation par radiofréquence ou d’une cryoablation pour localiser les fibromes.

Après ces traitements, les fibromes peuvent récidiver. Dans ces cas, un autre traitement ou une hystérectomie est recommandé(e).

1 puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes
puissant-remede-naturel-pour-en-finir-avec-les-kystes-myomes-et-fibromes

Options thérapeutiques en cas de fibromes

Les options thérapeutiques en cas de fibromes dépendent de la situation de la femme, mais les médecins s’appuient généralement sur les recommandations suivantes :

  • Si les fibromes sont asymptomatiques : Aucun traitement
  • Si la femme est ménopausée ou proche de la ménopause : Observation (car les symptômes tendent à s’atténuer lorsque les fibromes rétrécissent après la ménopause)
  • Si les fibromes sont symptomatiques, notamment si la femme souhaite concevoir : Une procédure qui détruit les fibromes (telle qu’une embolisation des artères utérines ou une échographie focalisée à haute intensité), plutôt qu’une ablation, ou une myomectomie
  • Si les symptômes sont intenses et que les autres traitements sont inefficaces, notamment si la femme ne souhaite pas concevoir : Hystérectomie, éventuellement précédée d’un traitement médicamenteux (par exemple par antagonistes de la GnRH)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici