Cinq raisons qui expliquent la victoire de Biden selon les résultats des élections américaines

0
7
Résultats des élections américaines Cinq raisons qui expliquent la victoire de Biden
Résultats des élections américaines Cinq raisons qui expliquent la victoire de Biden

Résultats des élections américaines. Voici Cinq raisons qui expliquent la victoire de Biden. Le choix de Kamala Harris par Biden comme colistière a contribué à maintenir les électeurs centristes dans le camp

Après près d’un demi-siècle d’exercice d’une fonction publique et une vie entière d’ambitions présidentielles, Joe Biden a conquis la Maison Blanche.

Ce n’est pas la campagne que l’on avait prévue. Elle s’est déroulée dans un contexte de pandémie unique en son genre et de troubles sociaux sans précédent.

Résultats des élections américaines en cinq (05) questions 

Joe Biden s’est présenté contre un président sortant non conventionnel, défiant tout précédent. Mais pour sa troisième tentative à l’élection présidentielle, Biden et son équipe ont trouvé le moyen de surmonter les obstacles politiques et de revendiquer une victoire courte dans le décompte des votes du collège électoral, mais qui devrait dépasser de plusieurs millions de voix le score national de son adversaire Donald Trump.

A lire aussi

Voici les cinq raisons pour lesquelles le fils d’un vendeur de voitures du Delaware a finalement remporté la présidence.

Une partisane de Biden au Texas, où un avantage en espèces lui a permis de dépenser l'argent de sa campagne
Une partisane de Biden au Texas, où un avantage en espèces lui a permis de dépenser l’argent de sa campagne

1. Covid, Covid, Covid

La principale raison pour laquelle Biden a gagné la présidence est peut-être quelque chose qui lui échappe totalement.

La pandémie de coronavirus, en plus d’avoir fait plus de 230 000 victimes, a également transformé la vie et la politique américaines en 2020. Et dans les derniers jours de la campagne électorale, Donald Trump lui-même semblait le reconnaître.

« Avec les fausses nouvelles, tout est Covid, Covid, Covid, Covid », a déclaré le président sortant lors d’un meeting la semaine dernière dans le Wisconsin, où les cas ont augmenté ces derniers jours.

L’attention des médias sur la pandémie Covid19, cependant, a été le reflet plutôt que le moteur de l’inquiétude du public concernant la pandémie – ce qui s’est traduit par des sondages défavorables sur la manière dont Donald Trump a géré la crise. Un sondage réalisé en octobre par Pew Research a suggéré que Biden avait 17 points d’avance sur Trump en ce qui concerne la confiance dans la gestion du Covid.

How much is Covid-19 an election issue?

La pandémie et le déclin économique qui en a découlé ont fait perdre à M. Trump son message de croissance et de prospérité.

Elle a également mis en évidence les inquiétudes de nombreux Américains concernant sa présidence, son manque de concentration occasionnel, son penchant pour la remise en question de la science, sa gestion désordonnée des politiques, grandes et petites, et sa priorité accordée à ses partisans.

A lire aussi  9 questions sur le développement du vaccin contre le coronavirus de Pfizer et les défis à relever pour le faire approuver et distribuer massivement

La pandémie a pesé lourd dans les notes de Trump, qui, selon Gallup, ont chuté à 38 % à un moment donné au cours de l’été – une baisse que la campagne Biden a exploitée.

2. Une campagne discrète

Au cours de sa carrière politique, Biden s’est forgé une réputation bien méritée de fauteur de troubles. Sa propension aux gaffes a fait dérailler sa première campagne présidentielle en 1987, et a réduit ses chances lorsqu’il s’est présenté à nouveau en 2007.

– Joe Biden – 40 ans d’ambition politique

Qui est Joe Biden, l'homme qui tente de devenir président depuis 1987
Qui est Joe Biden, l’homme qui tente de devenir président depuis 1987

Lors de sa troisième tentative pour le Bureau ovale, Biden a encore eu sa part de trébuchements verbaux, mais ils étaient peu fréquents et n’ont pas constitué un problème à court terme.

A lire aussi  Michelle Obama exhorte Donald Trump d’accepter les résultats de l’élection

Cela s’explique en partie, bien sûr, par le fait que son adversaire lui-même était une source inépuisable de rebondissements dans le cycle de l’information. Un autre facteur est que des sujets plus importants – la pandémie de coronavirus, les protestations après la mort de George Floyd et les perturbations économiques – dominaient l’attention nationale.

A tale of two rallies: Trump and Biden stage duelling events in Florida

Mais il faut également reconnaître le mérite d’une stratégie concertée de la campagne Biden pour limiter l’exposition de son candidat, en gardant un rythme mesuré dans la campagne et en minimisant les chances que la fatigue ou l’imprudence ne créent des problèmes.

Dans une élection normale, où la plupart des Américains ne se souciaient pas de limiter leur propre exposition à un virus, cette stratégie aurait peut-être eu l’effet inverse. Les pics de Donald Trump contre Biden » auraient alors fait des ravages.

L’équipe de campagne de Joe Biden l’a tenu à l’écart et à laisser Trump être celui dont la bouche le trahissait – et, en fin de compte, cela a payé.

L’élection est devenue un référendum sur Trump

A tale of two rallies Trump and Biden stage duelling events in Florida-Capture
A tale of two rallies Trump and Biden stage duelling events in Florida-Capture

Mais sous ce slogan, il y a un simple calcul. Biden a parié sa fortune politique sur l’affirmation que Trump était trop polarisant et trop incendiaire, et que ce que le peuple américain voulait, c’était un leadership plus calme et plus stable.

« Je suis épuisé par l’attitude de Trump en tant que personne », déclare Thierry Adams, un Français qui, après 18 ans passés en Floride, a voté pour la première fois lors d’une élection présidentielle à Miami la semaine dernière.

A lire aussi Le Programme lecture pour tous a obtenu ’’des résultats concluants’’ (autorités)

Les démocrates ont réussi à faire de cette élection un référendum sur Trump, et non un choix binaire entre les deux candidats.

Le message gagnant de Biden était simplement qu’il n’était « pas un atout ». Un refrain commun des démocrates était qu’une victoire de Biden signifiait que les Américains pouvaient passer des semaines sans penser à la politique. C’était une blague, mais elle contenait un noyau de vérité.

4. Rester au centre

Pendant la campagne pour être le candidat démocrate, la concurrence à Biden est venue de sa gauche, avec Bernie Sanders et Elizabeth Warren qui ont mené des campagnes bien financées et organisées qui ont mobilisées des foules de la taille d’un concert de rock.

Malgré la pression exercée par ses partisans libéraux, Biden s’en est tenu à une stratégie centriste, refusant de soutenir les soins de santé universels gérés par le gouvernement, l’enseignement universitaire gratuit ou l’impôt sur la fortune. Cela lui a permis de maximiser son attrait pour les modérés et les républicains mécontents pendant la campagne électorale.

Cette stratégie s’est traduite par le choix de Kamala Harris comme colistière, alors que Biden aurait pu choisir quelqu’un bénéficiant d’un soutien plus important de l’aile gauche du parti.¨

What do young Democrats think of Joe Biden?

Défaites en série de Donald Trump devant la justice
Défaites en série de Donald Trump devant la justice

Le seul domaine dans lequel Biden s’est rapproché de Sanders et Warren était l’environnement et le changement climatique – peut-être en calculant que les avantages de faire appel à des électeurs plus jeunes pour qui cette question est prioritaire valaient le risque d’offenser les électeurs des industries dépendantes de l’énergie de l’État providence. Mais c’est l’exception qui a prouvé la règle.

A lire aussi  EN DIRECT – Présidentielle US : Les premiers résultats sont tombés

« Ce n’est pas un secret que nous avons critiqué les plans et les engagements du vice-président Biden par le passé », a déclaré Varshini Prakash, co-fondateur du groupe d’activistes environnementaux Sunrise Movement en juillet. « Il a répondu à beaucoup de ces critiques : en augmentant considérablement l’ampleur et l’urgence des investissements, en précisant comment il allait parvenir à la justice environnementale et créer de bons emplois syndicaux, et en promettant des actions immédiates ».

5. Plus d’argent, moins de problèmes

Au début de l’année, les caisses de la campagne de Biden étaient vides. Il est entré dans la campagne électorale avec un net désavantage par rapport à Trump, qui s’était soigneusement préparé avec un budget de campagne approchant le milliard de dollars.

Présidentielle américaine défaites en série pour les recours de Donald Trump devant la justice
Présidentielle américaine défaites en série pour les recours de Donald Trump devant la justice

À partir du mois d’avril, cependant, la campagne de Biden s’est transformée en un véritable casse-tête pour la collecte de fonds et s’est retrouvée dans une position financière bien plus solide que celle de son adversaire.

Début octobre, la campagne Biden disposait de 144 millions de dollars de liquidités de plus que celle de Trump, ce qui lui a permis d’enterrer les républicains dans un torrent de publicité télévisée dans presque tous les principaux États.

Une partisane de Biden au Texas, où un avantage en espèces lui a permis de dépenser l’argent de sa campagne

A lire aussi  Élection américaine : la carte des résultats en direct

L’argent n’est pas tout, bien sûr. Il y a quatre ans, la campagne de Clinton avait une avance monétaire considérable sur la petite opération de Trump.

Mais en 2020, lorsque la campagne en présentiel a été freinée par le coronavirus et que les Américains de tout le pays ont passé beaucoup plus de temps à la suivre dans les médias depuis leur domicile, l’avantage financier de Biden lui a permis de toucher les électeurs et de faire passer son message jusqu’à la fin.

Il a pu ainsi élargir sa carte électorale, en mettant de l’argent dans ce qui semblait autrefois être des états comme le Texas, la Géorgie, l’Ohio et l’Iowa.

La plupart de ces investissements n’ont pas payés, mais il a mis Trump sur la défense, faisant basculer ce qui était autrefois l’Arizona, un État acquis aux conservateurs, et restant très compétitif en Géorgie.

A lire aussi Infographies. Taux de réussite record au BAC 2020: Comparez les résultats année par année

L’argent donne des options et une initiative à une campagne et Biden a fait bon usage de son avantage.

Laisser un commentaire