Après une journée d’’interdiction des mini-bus matatus au centre-ville de Nairobi, la municipalité est revenue sur sa décision.


Les habitants de la capitale du Kenya, ont souffert de cette interdiction lundi, des milliers d’individus ont été forcés de marcher sur plusieurs kilomètres pour rallier leurs lieux de travail ou commerce.

A lire aussi : Tsarah, la seule femme designer de bus

Des photos d’usagers bloqués dans plusieurs parties de la ville ont été largement diffusées en ligne lundi, et beaucoup d’entre eux ont exprimé leur colère contre les autorités municipales pour cette interdiction.

La semaine dernière, les autorités municipales ont annoncé que les minibus – appelés matatus – devront prendre et déposer les passagers à un terminal situé à l’extérieur du quartier des affaires de la ville.

A lire aussi : Au Kenya, campagne contre le chaos des véhicules

Ils ont avancé que la directive était une tentative de décongestionner la capitale, où opèrent plus de 20.000 matatus.

Mike Sonko, le gouverneur de Nairobi a indiqué que c’est le « sort des usagers » qui l’avait conduit à lever l’interdiction.

Laisser un commentaire