Suspension des exportations de riz par l’Inde : Une augmentation des prix attendue au Maroc

0
6

Suspension des exportations de riz par l’Inde : Une augmentation des prix attendue au Maroc. Après le blé, c’est désormais au riz de figurer dans la liste des produits interdits à l’exportation par les principaux pays producteurs sur le marché mondial. Le gouvernement indien a récemment pris une décision radicale en cessant d’exporter le riz blanc non basmati, un aliment essentiel pour de nombreux pays.

Suspension des exportations de riz par l’Inde : Une augmentation des prix attendue au Maroc

Riziculture dans la région de Kolda À Tonguia, les femmes ne « riz » plus !
Riziculture dans la région de Kolda À Tonguia, les femmes ne « riz » plus !

Cette mesure a rapidement été suivie par d’autres nations, notamment les Émirats arabes unis et la Russie, qui redoutent l’épuisement de leurs stocks nationaux, sachant que l’Inde représente actuellement 50% des exportations mondiales de riz, et cette décision pourrait entraîner une augmentation des prix à l’échelle planétaire dans un futur proche.

Cette initiative du gouvernement indien fait suite aux craintes liées à la hausse continue des prix sur le marché intérieur, où le coût du riz a augmenté de 3 % ces derniers mois. Cette situation met en péril de nombreuses familles indiennes pour qui le riz est un aliment de base.

Chercheur Montre La Voie De L’Autosuffisance En Riz
Chercheur Montre La Voie De L’Autosuffisance En Riz

→A lire aussi

Avec les prévisions d’une hausse des prix mondiaux du riz, les interrogations concernant l’impact sur le marché national marocain sont légitimes. Bien que le riz soit consommé de manière marginale, il occupe une place significative dans certaines catégories sociales et représente un ingrédient régulier pour certaines industries, notamment les hôtels et les restaurants.

Un expert du secteur a souligné que « dans le contexte actuel, les grandes nations productrices de denrées alimentaires sont contraintes de cesser leurs exportations afin de préserver leur sécurité alimentaire« .

Augmentation attendue des prix du riz

Autosuffisance en riz Plus de 1371 milliards pour la phase 2 projetée en 2030
Autosuffisance en riz Plus de 1371 milliards pour la phase 2 projetée en 2030

Il a également ajouté que « l’augmentation attendue des prix du riz est tout à fait logique suite à la décision de l’Inde, l’un des plus grands exportateurs mondiaux de cette denrée« .

Cette situation soulève la question de la souveraineté alimentaire du Maroc, car le secteur du riz ne sera pas le seul à être affecté par la hausse des prix, mais également les céréales suite à la suspension de l’accord russo-ukrainien.

Abdelkhaleq Thami, chercheur économique, a affirmé que « l’augmentation des prix du riz sur le marché national est inévitable et prévisible après la décision prise par l’Inde« .

riziculture-37-milliards-de-francs-de-tokyo-pour-booster-la-productivite-dans-la-vallee
riziculture-37-milliards-de-francs-de-tokyo-pour-booster-la-productivite-dans-la-vallee

→A lire aussi

Selon le chercheur, et pour faire face à cette future augmentation, des solutions telles que la recherche d’autres fournisseurs pourraient être envisagées, bien que cela puisse être un défi, car d’autres pays exportateurs voient également la décision indienne comme une opportunité de préserver leur marché intérieur.

Parmi les autres alternatives disponibles pour le Maroc, Abdelkhaleq Thami a évoqué « l’utilisation de substituts pour répondre à la demande nationale, ce qui pourrait permettre de remplacer le riz« .

Suspension de l’accord d’exportation entre la Russie et l’Ukraine

Suspension des exportations de riz par l'Inde Une augmentation des prix attendue au Maroc
Suspension des exportations de riz par l’Inde Une augmentation des prix attendue au Maroc

Le chercheur économique a également souligné que » le blé connaîtra également une augmentation future en raison de la suspension de l’accord d’exportation entre la Russie et l’Ukraine, car la diminution de l’offre mondiale en raison de la demande croissante entraînera inévitablement une hausse des prix « .

En conclusion, notre interlocuteur a tenu à souligner que « le Maroc sera certainement impacté par la décision indienne, tout comme les autres pays du monde qui consomment du riz, que ce soit en grandes quantités, de manière régulière ou marginale« .

→A lire aussi

Face à cette situation mondiale, il sera crucial pour le Maroc de prendre des mesures adaptées pour préserver sa sécurité alimentaire et atténuer l’impact des fluctuations des prix du riz sur son marché national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici