« Le téléphone portable est l’héroïne du XXIe siècle », selon le psychologue espagnol Marc Masip

0
5
95 / 100

Addiction au téléphone pire que la pandemie de covid-19. « Il n’y a pas beaucoup de différences entre la dépendance à la drogue et la dépendance au téléphone portable ». Le psychologue espagnol Marc Masip travaille avec des jeunes pour leur apprendre à faire bon usage de la technologie et à éviter de développer des dépendances.

Téléphone portable est l’héroïne du 21ème siècle

Le psychologue espagnol Marc Masip travaille avec des jeunes pour leur apprendre à faire bon usage de la technologie et à éviter de développer des dépendances.

Si vous êtes impatient d’imaginer un monde sans Facebook, Instagram ou WhatsApp, surveillez votre dépendance aux nouvelles technologies. Vous êtes peut-être dépendant.

Cette expérience s’est déjà produite le 4 octobre, lorsque des millions de personnes ont été frustrées par la désactivation de ces trois services pendant six heures.

Une frustration que, dans ses exemples extrêmes, certains osent comparer à un syndrome de sevrage comme celui subi lors de l’abandon de la drogue, de l’alcool ou du tabac.

La comparaison peut sembler exagérée, mais le psychologue espagnol Marc Masip la défend bec et ongles.


Lire aussi :


 » Le portable est l’héroïne du XXIe siècle », affirme-t-il sans ambages.

Une partie de son travail consiste à dispenser des thérapies dans des centres de désintoxication pour les accros de la technologie.

Une réhabilitation qui peut devenir encore plus difficile que celle des drogues, « parce que tout le monde a déjà supposé que celles-ci sont mauvaises, alors que les nouvelles technologies, nous les utilisons tous sans savoir quels dégâts elles peuvent faire », explique Masip dans cet entretien avec BBC Mundo.

Téléphone portable est l'héroïne du 21ème siècle
Téléphone portable est l’héroïne du 21ème siècle

Lorsque nous avons épuisé Facebook, WhatsApp et Instagram, vous vous êtes empressés de sortir sur Twitter pour comparer les technologies à l’héroïne et nous souhaiter ironiquement un « heureux syndrome de sevrage. » Beaucoup peuvent considérer que cette comparaison est exagérée. Pourquoi argumenter ?

Parce que c’était fou et là, on se rend compte de l’importance qu’on lui accorde.

Les gens ont paniqué alors qu’en réalité il ne se passait rien. Nous sommes tous un peu perdus. Les dépendances sont toutes des dépendances et il n’y a pas beaucoup de différence entre la dépendance à la drogue et la dépendance au téléphone portable.

Il est vrai que les drogues ne peuvent pas être bien utilisées et que le téléphone portable le peut. C’est un avantage.

Il y a des gens qui comparent le téléphone portable à un marteau, en disant qu’on peut l’utiliser bien ou mal, mais je ne connais pas d’accros au marteau.

Lorsque nous ne disposons pas de la technologie, comme c’est le cas lorsque WhatsApp ou Facebook tombe en panne, nous ressentons tous un malaise, un syndrome de sevrage. La comparaison avec l’héroïne me semble bonne car nous ne sommes pas encore conscients de tous les dégâts qu’elle peut causer.

Lorsque l’héroïne était consommée, on ne savait pas à quel point elle était nocive et, au final, beaucoup de gens sont morts. J’espère que ce n’est pas le cas aujourd’hui, mais il y a des gens qui meurent parce qu’ils utilisent leur téléphone portable même lorsqu’ils conduisent.

Sans parler de ce que certaines personnes subissent avec des cas de harcèlement sur les réseaux sociaux. Il y a des conséquences sur la santé mentale que nous ne comprenons toujours pas de l’abus de téléphone portable.

L’effet néfaste des écrans sur notre concentration et notre sommeil.

Addiction au téléphone _ _il n'y a pas beaucoup de différences entre _ - www.kafunel.com Capture 304 -
Addiction au téléphone _ _il n’y a pas beaucoup de différences entre _ – www.kafunel.com Capture 304 –

Avec l’héroïne, il y avait deux issues : on mourait d’une overdose ou on était envoyé dans une clinique de désintoxication. Qu’en est-il de la dépendance aux technologies ?

Nous travaillons déjà dans des cliniques de désintoxication, car la dépendance peut entraîner de graves problèmes de santé mentale et même physique.

Nous constatons des conséquences sur les résultats scolaires des jeunes, des accidents de la route qui peuvent s’aggraver, de l’anxiété, du stress, de la frustration, des troubles alimentaires déclenchés par Instagram et le type d’images qui s’accrochent.

Nous voyons comment les jeunes communiquent à travers l’écran rapidement, facilement et confortablement, mais ensuite dans le face à face, ils sont lâches et n’ont pas assez d’outils pour faire preuve d’empathie, regarder ou faire un câlin.

Mais le pire, c’est surtout la dépendance, comment l’humeur des gens change pour le pire lorsqu’ils n’ont plus de Facebook ou de WhatsApp.

C’est un problème, car la dépendance est le contraire de la liberté.

Marc Masip tente de rééduquer les jeunes au bon usage des nouvelles technologies.

La dépendance est le contraire de la liberté
La dépendance est le contraire de la liberté

Que font-ils à la clinique de désintoxication ?

Nous donnons une cure de rééducation sur le bon usage des réseaux et des écrans. C’est une tâche vraiment compliquée.

Si vous y pensez, lorsque vous traitez une dépendance à l’héroïne, à la cocaïne ou à la marijuana, certains aspects sont déjà mal vus socialement. Les gens partent du principe que fumer, boire et se défoncer sont mauvais.

Avec les technologies, c’est plus difficile, car il ne s’agit pas d’arrêter de les utiliser. Ce que vous devez faire, c’est rééduquer pour qu’elles soient mieux utilisées. Et ce n’est pas facile quand tout le monde autour de vous l’utilise de la même manière.

Dans notre traitement, il est très important que le patient dépasse cette phase de prise de conscience dans laquelle il suppose dans quelle mesure il est bon d’utiliser une technologie.

« La dépendance est le contraire de la liberté ».

gouvernements comme celui de la Chine qui interviennent directement
gouvernements comme celui de la Chine qui interviennent directement

Cela me rappelle la situation à laquelle sont confrontés de nombreux parents, lorsqu’ils décident d’éloigner leurs enfants les plus jeunes de la technologie, mais qu’ils ne peuvent empêcher tout le monde autour d’eux de l’utiliser. Au final, beaucoup finissent par céder parce qu’ils ne veulent pas que leurs enfants se sentent exclus.

Il s’agit là d’une fausse peur des parents de l’affection et de l’amour.

Nous pensons que nos enfants n’auront pas d’amis s’ils n’ont pas de téléphone et de réseaux sociaux, mais c’est un mensonge. Les enfants qui ont un téléphone peuvent ou non avoir des amis, et les enfants sans téléphone peuvent ou non avoir des amis. Cela est davantage lié à la personnalité et à l’environnement familial et scolaire.

Mais bien sûr, nous pensons que puisque tous les enfants ou adolescents ont un téléphone, les nôtres doivent aussi en avoir.

Nous devons prendre soin de l’enfant des écrans pour qu’il n’en ait pas autant besoin. Pour un enfant, avoir un smartphone avant l’âge de 16 ans apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Sans formation, sans savoir comment l’utiliser correctement, le mal que le bien d’un téléphone portable pèse plus lourd sur l’enfant que le bien.

Lire aussi :

Car, en fin de compte, que vous apporte un smartphone ? Que tes parents ont le contrôle au cas où il t’arriverait quelque chose ? Cela peut aussi se faire avec un téléphone normal. En effet, si on vient te kidnapper, on ne te laissera guère appeler tes parents.

Si les adolescents ont un smartphone, c’est surtout à cause des réseaux sociaux. Mais que t’apportent les réseaux sociaux ? Des likes ? Ce n’est pas un véritable apport. Les likes sont simplement un shoot de dopamine bestial.

Il est important que nous comprenions que dans nos réseaux sociaux, nous montrons toujours notre meilleure version. Mais cette meilleure version n’est pas toujours proche de la réalité. En fait, plus le moi virtuel s’éloigne du moi réel, plus la frustration est grande.

Et cette frustration se lie d’amitié avec la dépendance et l’addiction.

Il est important d’éduquer, surtout les plus jeunes, qu’il n’est pas nécessaire de toujours vouloir montrer ce que l’on n’est pas ou ce que l’on voudrait être pour être accepté. Il faut beaucoup travailler sur l’estime de soi des jeunes.

Masip s’oppose à ce que les enfants aient accès à un téléphone portable avant l’âge de 16 ans.

Marc Masip tente de rééduquer les jeunes au bon usage des nouvelles technologies.
Marc Masip tente de rééduquer les jeunes au bon usage des nouvelles technologies.

On entend beaucoup dire que la technologie progresse déjà à une vitesse que nous ne comprenons même pas, non seulement nous, mais aussi les institutions elles-mêmes. Comment pouvons-nous nous protéger de quelque chose que nous ne comprenons même pas complètement ?

Nous sommes vendus avant l’avancée technologique parce que les entreprises cherchent à en avoir la plus grande utilisation possible pour leur propre bénéfice. Il n’existe pratiquement aucune réglementation et l’éducation des familles et des écoles sur l’utilisation responsable de la technologie est très pauvre.

La solution passe par des lois étatiques qui régissent le bon usage des nouvelles technologies et aujourd’hui il n’y en a aucune.

Il n’y a pas d’outils pour éduquer la jeune population, qui est celle qui les utilise le plus. Nous laissons la technologie progresser librement et les conséquences sont évidentes.

Icônes de Whatsapp, Instagram et Facebook sur un téléphone portable.

première semaine d'octobre a été difficile pour Facebook. Non seulement elle a subi une panne de six heures
première semaine d’octobre a été difficile pour Facebook. Non seulement elle a subi une panne de six heures

La première semaine d’octobre a été difficile pour Facebook. Non seulement elle a subi une panne de six heures, mais elle doit également faire face à l’examen du public à la suite des révélations d’un ancien employé sur des pratiques présumées contraires à l’éthique au sein de l’entreprise.

Malgré des positions comme la vôtre, il semble que le monde va être encore plus interconnecté. Quelles perspectives avons-nous alors ? D’après vos témoignages, cela semble inquiétant.

Il est vrai que le monde technologique pullule de sorte que l’avenir continue d’être très technologique. Mais nous devons être clairs sur le fait que le réel vaincra toujours le virtuel.

Peu importe la technologie créée et l’argent investi, personne ne sera capable de vous donner un câlin comme quelqu’un d’autre ou un baiser comme la personne que vous aimez.

Tant qu’il y aura des gens qui continueront à avoir cela clair et compris, nous aurons déjà beaucoup de bétail. Il est vrai que la technologie va pousser, mais je crois aussi que les humains le feront.

Je crois que nous allons faire un petit pas en arrière dans la technologie pour en faire trois de plus dans l’humain. Assumer que oui, nous avons beaucoup de technologie, mais qu’il y a des limites.

Le temps viendra où ceux qui utilisent bien les réseaux et les téléphones portables seront plus cool que ceux qui sont hyper-connectés toute la journée.

Existe-t-il une technique qui nous permette d’auto-diagnostiquer notre degré d’addiction ?

Masip s'oppose à ce que les enfants aient accès à un téléphone portable avant l'âge de 16 ans.
Masip s’oppose à ce que les enfants aient accès à un téléphone portable avant l’âge de 16 ans.

L’autodiagnostic est toujours délicat.

Il faut se faire aider, mais ce n’est pas toujours facile. Je peux vous donner quelques signes pour détecter une dépendance ou une addiction.

Tout d’abord, mesurez votre syndrome de manque. Si vous avez besoin de consommer quelque chose alors que vous ne l’avez pas. C’est quelque chose de très évident pour les drogues, mais cela arrive aussi avec les nouvelles technologies.

Observez également si vous substituez des activités, si vous arrêtez de faire quelque chose pour être plus conscient du mobile. Cela peut se produire lorsque vous passez du temps en famille, lorsque vous travaillez, lorsque vous conduisez, lorsque vous faites du sport ou lorsque vous quittez la maison.

Soyez attentif si le mobile vous échappe. Si vous le prenez pour aller voir quelque chose et qu’une heure passe sans que vous vous en rendiez compte. Avec ces exemples, vous pouvez très bien vous évaluer.

Et comment utiliser la technologie à bon escient ?

Il faut faire preuve de beaucoup de bon sens.

Il est important que nous utilisions la technologie lorsque vous nous fournissez un service. Nous payons pour cela. Maintenant, par exemple, je dois me rendre à une réunion. J’utilise donc la technologie pour me rendre au lieu de la réunion.

Vous pouvez aussi profiter de votre portable pour envoyer un courriel sans avoir à prendre l’ordinateur. Mais ne l’utilisez pas pendant un repas ou lorsque vous êtes avec d’autres personnes. De même, lorsque vous travaillez, passez du temps avec vos amis, avec votre partenaire ou avant de vous coucher.

Ne le laissez pas vous échapper. WhatsApp peut être un outil très utile, mais si le serveur tombe en panne, il n’est pas non plus indispensable.

gouvernements comme celui de la Chine qui interviennent directement
gouvernements comme celui de la Chine qui interviennent directement

Il y a des gouvernements comme celui de la Chine qui interviennent directement, notamment sur les jeux vidéo auprès des mineurs. Mais ces interventions sont-elles suffisantes ? Qu’est-ce qui serait suffisant pour avoir un réel impact contre la dépendance à la technologie ?

Les gouvernements doivent immédiatement mettre en place des lois nationales, comme l’interdiction des téléphones en classe, l’imposition de réglementations plus strictes si vous conduisez avec votre portable et la restriction des sections clairement addictives de certaines applications.

Chaque parent éduque comme il peut ou comme il veut, mais il faudrait un régime sur les grandes entreprises pour qu’elles ne puissent pas faire tout ce qu’elles veulent.

Il n’est pas normal qu’un mineur entre pour regarder de la pornographie ou jouer à un jeu vidéo nocif, violent, avec des récompenses financières ou qui vous punit si vous abandonnez le jeu.

Nous devons légiférer sur les entreprises technologiques pour en faire bon usage.

Mais comment légiférer sur des entreprises mondiales et interconnectées sans un consensus mondial ? Cela semble quelque peu éloigné.

C’est compliqué, mais nous avons déjà vu qu’avec le coronavirus, la majorité du monde était d’accord.

Mais oui, ce n’est pas valable avec la solution qui est imposée dans chaque maison. La solution doit être globale.

Lire plus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here