Le Trophée Tilila contribue à améliorer les représentations des femmes dans la publicité

0
6
Maroc Le Trophée Tilila contribue à améliorer les représentations des femmes dans la publicité
Maroc Le Trophée Tilila contribue à améliorer les représentations des femmes dans la publicité

Les gagnants de la troisième édition du Trophée Tilila seront connus le 25 novembre. L’initiative qui récompense les publicités les plus engagées en faveur de la valorisation de l’image des femmes a fait un premier bilan sur les changements observés au niveau des messages véhiculés à travers ces contenus.

Trophée Tilila contribue à améliorer les représentations des femmes dans la publicité

La troisième édition du Trophée Tilila est d’ores et déjà une occasion pour faire un premier bilan sur le changement des pratiques publicitaires, en termes de messages véhiculés sur la perception des femmes.

Organisé par la chaîne de télévision 2M, l’événement récompensera cette année les trois campagnes les plus distinguées par leur effort de présenter une image non stéréotypée.

Directeur général de 2M, Salim Cheikh a rappelé que cette initiative s’ancrait dans une démarche globale pour donner une visibilité aux femmes dans les médias.

A lire aussi

En conférence de presse ce lundi, le responsable a indiqué que dans ce cadre, «la présence des femmes dans les émissions est passée de 10 à 30%», l’idée à terme étant d’«atteindre une parité totale de 50%» et de maintenir cet acquis.

Au niveau de la publicité, le Trophée Tilila sert de moyen pour ancrer cet esprit, y compris dans les annonces diffusées sur la chaîne.

Des sanctions de plus en plus rares contre les annonces

Cette troisième édition confirme l’intérêt grandissant chez les annonceurs pour la question, à travers l’augmentation du nombre de campagnes candidates au Trophée.

Un autre indicateur appuie l’évolution de la prise de conscience chez les publicitaires, puisque «sur les trois à quatre dernières années, les sanctions du régulateur audiovisuel n’ont plus concerné les publicités» diffusées par la chaîne, selon Salim Cheikh, qui estime que «les créateurs s’adaptent de plus en plus à des critères nouveaux» qui rejoignent ceux du Trophée.

Khadija Boujanoui a souligné auprès de Yabiladi

Présidente du Comité parité et diversité de 2M, Khadija Boujanoui a souligné auprès de Yabiladi le rôle des médias pour accompagner cette prise de conscience.

«C’est une valeur portée par 2M et renforcée avec la création du Comité, qui a mis en place une charte avec des engagements réels ayant donné lieu à des actions, notamment en ce qui concerne les contenus publicitaires, d’où l’initiative du Trophée Tilila», a-t-elle déclaré.

Pour Youssef Chikhi, président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), partenaire du rendez-vous, «la place de la femme dans la publicité et dans les médias en général est le reflet de sa place dans la société».

En avance par rapport aux réalités de notre société

«Plus nos perceptions évoluent, plus on en verra le résultat dans les médias. En tant qu’annonceurs, on se doit encore plus d’être en avance par rapport aux réalités de notre société, afin de permettre justement cette évolution», a-t-il déclaré à Yabiladi.

Il souligne, par ailleurs, que cette problématique est mondiale. «C’est une bataille continue à laquelle adhère le GAM. Nous avons fait de la promotion d’une publicité responsable et respectueuse de ces valeurs un axe principal de nos actions, en particulier concernant l’image de la femme en tant qu’actrice du Maroc en développement qu’on veut promouvoir», a encore ajouté le représentant.

Des messages impactants dans la perception du jeune public

Le jury de cette édition est composé d’Ahmed Ghazali, juriste et ancien président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Ilham Hraoui, directrice de la régie publicitaire et solutions digitales à la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), Driss Ksikes, auteur et dramaturge, Khadija Alami, productrice et Ali Kettani, financier et producteur.

En conférence de presse, Khadija Alami a souligné que «nos enfants doivent grandir avec une image positive de leurs mamans et des femmes en général, afin qu’ils intègrent, en grandissant, l’idée que ce sont des citoyennes à part entière qui travaillent ensemble en société avec les hommes».

Pour elle, c’est le rôle de vigilance au niveau de la production comme outil de «soft power», afin d’«encourager chacun et chacune à changer les représentations stéréotypées, à travers des messages positifs et porteurs d’espoir».

Sur l’ensemble des candidatures reçues, dix de celles qui répondent aux critères seront présélectionnées.

Parmi elles, trois seront récompensées à travers le prix du jury, le prix coup de cœur et le prix d’honneur.

RECOMMANDÉ POUR VOUS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here