Uvaria chamae : Une plante aux effets antidiabétiques, un traitement alternatif potentiel pour le diabète sucré (études)

0
146

Uvaria chamae , « Moundagoua en langue Ouhula de l’éthnie Bahula ou Mankagne, est une plante qui regorge de vertus thérapeutiques. Des études ont révélées des effets antidiabétiques de l’extrait de racine éthanolique d’Uvaria chamae P. Beauv (Annonaceae) chez les rats diabétiques induits par l’alloxane: un traitement alternatif potentiel pour le diabète sucré.

Table des matières

Uvaria chamae : un traitement alternatif potentiel pour le diabète sucré

Uvaria chamae
Uvaria chamae

Antiglycation, antioxydants et activités cytotoxiques de la racine d’Uvaria chamae et de la composition de l’huile essentielle

Uvaria chamae est un arbuste persistant du genre paléotropical Uvaria, présent en Afrique tropicale, du Sénégal au Cameroun et au Congo.

Teneurs en phénols totaux, activités antioxydantes des macérés et décocté des feuilles de Uvaria chamae P. Beauv. (Annonaceae)

Uvaria chamae est une plante de la biodiversité Ivoirienne utilisée en médecine traditionnelle. Malgré les vertus biologiques et thérapeutiques de cette plante, peu d’informations sur la teneur en phénols totaux et l’activité antioxydante existent.

L’objectif de cette étude était d’évaluer la teneur en phénols totaux, l’activité antioxydante de macéré aqueux, de macéré éthanolique et de décocté aqueux des feuilles de Uvaria chamae.

La teneur en phénols totaux a été effectuée par la méthode de Folin-Ciocalteu.

L’activité antioxydante a été évaluée par la méthode de piégeage du DPPH (2,2-diphenyl-1-picrylhydrazyle) et d’ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity).

La teneur en phénols totaux était respectivement de 110,51 ± 7,18 µg GAE/mg d’extraits, de 86,34 ± 1,38 µg GAE/mg d’extrait et de 65,80 ± 0,13 µg GAE/mg d’extrait pour le macéré éthanolique, le décocté aqueux et le macéré aqueux de Uvaria chamae.

Les différents macérés et décocté ont présenté une activité de piégeage des deux radicaux libres. S’agissant du radical DPPH, le macéré éthanolique de U. chamae exerce une forte activité antiradicalaire significative avec un CI50 de l’ordre de 0,08 ± 0,02 mg/ml.

Uvaria Chamae 4
Uvaria Chamae 4

Avec la méthode ORAC, le macéré éthanolique de U. chamae (3,51 ± 0,15 µmol TE/µg d’extrait) et le décocté aqueux de U. chamae (3,36 ± 0,18 µmol TE/µg d’extrait) présentent des valeurs d’activités antioxydantes significatives.

Par contre, les valeurs de l’activité antioxydante du macéré aqueux de U. chamae (3,04 ± 0,20 µmol TE/µg d’extrait) et du témoin positif : extrait éthanolique de R. officinalis (2,54 ± 0,06 µmol TE/µg d’extrait) ne sont pas significativement différentes (P ˃ 0,05).

Ces résultats montrent l’existence d’une bonne corrélation linéaire entre la teneur en phénols totaux et le pouvoir antioxydant des différents macérés et décocté de cette plante.

Cette plante Ivoirienne pourrait donc être considérée comme une source d’antioxydant naturel à des fins médicinales.

Effets antidiabétiques de l’extrait de racine éthanolique d’Uvaria chamae P. Beauv (Annonaceae) chez les rats diabétiques induits par l’alloxane: un traitement alternatif potentiel pour le diabète sucré

huile essentielle d' Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition de la racine
huile essentielle d’ Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition de la racine

Le diabète sucré est une menace pour l’humanité depuis des temps immémoriaux. Cependant, un produit naturel tel que U. chamae P. Beauv (Annonaceae) offre un traitement alternatif pour le diabète sucré.

L’étude visait à évaluer l’activité antidiabétique de l’extrait de racine éthanolique d’U. chamae chez des rats diabétiques induits par l’alloxane.

Le diabète a été induit chez les rats Sprague Dawley après un jeûne d’une nuit avec 150 mg / kg d’alloxane par voie intrapéritonéale.

Après 72 h, ceux dont le taux de glucose plasmatique >200 mg / dl ont été classés comme diabétiques.

Cinq rats diabétiques de chaque groupe ont été traités quotidiennement pendant 14 jours par voie orale avec 100, 250 et 400 mg / kg d’extrait, le glibenclamide (71 μg / kg) et la pioglitazone (429 μg / kg), respectivement, tandis qu’un autre groupe n’a pas été traité. Le témoin a reçu 0,5 ml d’Acacia senegal.

Uvaria chamae 2
Uvaria chamae 2

A lire aussi

Les effets de l’extrait sur le glucose, d’autres paramètres biochimiques et hématologiques ont été évalués. α-amylase et les activités inhibitrices de la α-glucosidase de l’extrait et de ses fractions ont également été évaluées.

Pourcentage d’inhibition et CI50 les valeurs ont été déterminées. Le contrôle diabétique a été atteint le 7ème jour de l’étude avec 100, 250 et 400 mg / kg de l’extrait montrant une réduction du glucose de 72,14%, 78,75% et 87,71%, respectivement.

Les taux de cholestérol HDL des rats diabétiques traités avec des extraits ont été significativement augmentés. L’extrait et ses fractions ont provoqué une inhibition de la α-amylase et de la α-glucosidase.

Histologiquement, le pancréas de rats diabétiques traités avec de l’extrait a montré des cellules d’îlots régénérées qui n’ont pas été observées chez les rats traités par glibenclamide et pioglitazone.

Cette étude a montré que U. chamae a une activité antidiabétique qui peut être par inhibition de la α-amylase et α-glucosidase et la régénération des cellules bêta pancréatiques. En outre, il peut réduire le risque de maladie cardiovasculaire en augmentant le taux de cholestérol HDL.

Menace du diabète sucré (DM) depuis des temps immémoriaux

Uvaria chamae 1
Uvaria chamae 1

Le diabète sucré (DM) est une menace pour l’humanité depuis des temps immémoriaux, et il fait maintenant des ravages de manière disproportionnée dans le monde entier.

Il s’agit d’un problème de santé publique reconnu comme l’une des maladies mortelles les plus importantes et une cause importante de décès dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

L’espérance de vie des patients diabétiques est généralement faible par rapport aux personnes normales.

Le DM est une maladie non transmissible dans laquelle il existe un trouble métabolique de diverses étiologies décrit par une hyperglycémie soutenue avec des troubles du métabolisme des glucides, des graisses et des protéines suite à des défauts de sécrétion d’insuline, d’action de l’insuline ou des deux.

Elle est causée par la destruction des cellules β pancréatiques ou une résistance dysfonctionnelle aux β et à l’insuline qui entraîne une hyperglycémie.

Au fil du temps, les patients diabétiques présentant un mauvais contrôle glycémique subissent des complications micro et macrovasculaires, notamment une néphropathie, une rétinopathie, une neuropathie et des maladies cardiovasculaires.

Ces complications augmentent leur souffrance et sont les principales sources de dépenses pour les patients atteints de diabète ainsi que l’augmentation du fardeau financier des nations.

Au-delà de l’insuline, il existe d’autres options thérapeutiques pour le traitement du diabète de type 1, notamment la transplantation du pancréas d’organes entiers et d’îlots isolés, entachées à la fois par le manque et la qualité du pancréas du donneur .

Risques potentiels de cancer de la pancréatite, du pancréas et de la thyroïde

huile essentielle d' Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition
huile essentielle d’ Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition

Cependant, de nombreux agents actuellement utilisés pour le traitement du diabète de type 2 sont confrontés à une efficacité et une tolérabilité limitées.

Par exemple, les sulfonylurées induisent la mort des cellules β chez les rongeurs isolés et les îlots humains, tandis que les agonistes des récepteurs peptidiques de type glucagon-1 et les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 présentent des risques potentiels de cancer de la pancréatite, du pancréas et de la thyroïde.

Par conséquent, la solution logique à long terme au traitement du diabète est la restauration des cellules β, car la carence en cellules β sous-tend à la fois le diabète de type 1 et de type 2.

La restauration de la masse β-cellules déficiente par transplantation à partir de sources exogènes ou par régénération endogène de cellules productrices d’insuline serait sans aucun doute un objectif thérapeutique valable qui améliorera considérablement le diabète et ses complications.

Une autre approche du traitement du diabète est l’application de plantes médicinales avec des composés phytochimiques qui provoquent la régénération des cellules bêta conduisant à une glycémie normale chez les animaux et les humains.

De nombreuses plantes médicinales d’origine africaine, telles que Momordica charantia (melon amer), Cyclopia genistoides (honeybush) et Catharanthus roseus (pervenche malgache), sont efficaces contre diverses maladies dont le diabète sucré .

Uvaria chamae est l’une de ces plantes utilisées traditionnellement pour traiter le diabète sucré et d’autres affections telles que la bronchite, la gastro-entérite, l’aménorrhée, la ménorragie, les douleurs abdominales et la cicatrisation des plaies.

Des effets hypoglycémiques, anti-inflammatoires, antifongiques et antipaludiques

Uvaria chamae 1
Uvaria chamae 1

C’est une plante médicinale grimpante qui appartient à la famille des Annonaceae et que l’on trouve couramment en Afrique de l’Ouest, où elle est connue sous différents noms par les igbo, haoussas, yoruba, esan et igala indigènes du Nigeria comme Mmimi ohia, Kaskaifi, Oko oja, Ogholo et Ayiloko, respectivement. Plusieurs études ont confirmé que les composés bioactifs d’U.

chamae tels que les alcaloïdes, les flavonoïdes, les phénols, les tanins et les terpénoïdes produisent des effets hypoglycémiques, anti-inflammatoires, antifongiques et antipaludiques.

Cependant, il existe peu de documentation sur l’utilisation potentielle de U. Chamae dans le traitement du diabète sucré.

Par conséquent, cette étude visait à évaluer les effets antidiabétiques de l’extrait de racine éthanolique d’U. chamae chez les rats diabétiques induits par l’alloxane et son utilisation potentielle dans le traitement du diabète sucré.

2. Matériaux et méthodes

Uvaria chamae 2
Uvaria chamae 2

2.1. Collecte et extraction d’Uvaria chamae

Les racines des plantes ont été récoltées dans la région centrale d’Esan de l’État d’Edo, au Nigeria. Ils ont été identifiés et authentifiés par M. T. K. Odewo, taxonomiste au Département de botanique et de microbiologie de la Faculté des sciences de l’Université de Lagos, au Nigéria.

Le spécimen de bon numéroté LUH 3572 a été déposé dans l’herbier institutionnel. L’extraction de la plante a été effectuée à l’aide des méthodes décrites par Emordi et al.

L’extrait de racine éthanolique d’U. chamae (brut) a été séparé en fractions chloroforme, acétate d’éthyle et éthanolique par chromatographie sur colonne.

2.2. Animaux pour l’expérience

Les trente-cinq animaux utilisés dans cette étude étaient des rats Sprague Dawley âgés de 6 à 8 semaines de l’un ou l’autre sexe pesant 160 ± 20 g acquis auprès du Centre animalier, Collège de médecine, Université de Lagos, Idi-Araba, État de Lagos, Nigéria.

Ils ont été placés dans 7 groupes de 5 rats et maintenus dans des conditions environnementales standard (cycle lumière/obscurité de 12/12 heures) avec un accès gratuit à l’eau et au régime alimentaire standard des rongeurs (Pfizer Feeds Plc., Nigeria).

Les litières de cage et les bouteilles d’eau ont été nettoyées quotidiennement et les animaux ont été autorisés à s’adapter pendant deux semaines aux conditions de laboratoire avant le début de l’expérience.

2.3. Considérations éthiques

Le protocole expérimental a été approuvé par le Comité des subventions de recherche et d’éthique de l’expérimentation sur l’utilisation des animaux du Collège de médecine de l’Université de Lagos, Lagos, Nigéria (avec un protocole ID:RGEEC/21/2015).

Cela a été réalisé dans le strict respect des lignes directrices du Conseil national de recherches sur le soin et l’utilisation des animaux de laboratoire [28].

2.4. Procédures expérimentales

 Induction du diabète À l’exception des rats du groupe 1 (témoin), la DM a été induite expérimentalement chez les animaux des groupes 2 à 7, après les avoir jeûnés pendant la nuit par administration intrapéritonéale d’alloxane monohydraté dissous dans une solution saline normale (150 mg/kg).

Trois jours plus tard, les mesures de la glycémie ont été surveillées avec un glucomètre, et les rats avec une glycémie plasmatique supérieure à 200 mg / dl ont été étiquetés diabétiques .

Traitement des animaux Le traitement des animaux par voie orale a duré 14 jours. Le groupe 1 (témoin normal) a reçu 0,5 ml (solution à 2%) d’Acacia Sénégal.

Les groupes 2 et 3 ont reçu respectivement 71 μg/kg de glibenclamide et 429 μg/kg de pioglitazone.

Les groupes 4, 5 et 6 ont reçu respectivement 100, 250 et 400 mg/kg d’extrait racinaire d’U. chamae, tel que déterminé par le résultat de l’étude de toxicité aiguë réalisée par Emordi et coll.

Le groupe 7 n’a pas été traité avec l’extrait car il représentait le témoin diabétique. Pendant la période de traitement, le poids des animaux et les mesures de la glycémie à jeun (FBG) ont été déterminés à l’aide d’une balance et d’un glucomètre (à l’aide de la veine caudale), respectivement, tous les 2 jours du début du traitement (jour 1) au dernier jour de l’expérience (15e jour).

Analyse des échantillons Le sang a été prélevé le 15e jour par ponction oculaire dans des flacons héparinisés pour les essais biochimiques, des flacons d’acide éthylènediaminetétraacétique (EDTA) pour les essais hématologiques et des flacons ordinaires pour le dosage de l’insuline et les rats sacrifiés.

Les échantillons de sang contenant des anticoagulants ont été centrifugés dans les cinq minutes suivant le prélèvement pendant 10 minutes à 4 000 g.

Par précipitation et procédures enzymatiques modifiées de Sigma Diagnostics, les mesures du cholestérol total (TChol), des triglycérides [30] et du cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL-) ont été déterminées à partir du plasma obtenu, tandis que l’équation de Friedewald a été utilisée pour calculer le cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL).

En outre, la créatinine et les enzymes (aspartate aminotransférase [32], alanine aminotransférase (ALT) et phosphatase alcaline (ALP)). obtenus à partir du plasma ont été évalués à l’aide de méthodes de dosage enzymatique standard.

De plus, les taux plasmatiques de glucose, de protéines totales et d’albumine ont été déterminés à l’aide de méthodes spectroscopiques enzymatiques.

Études histologiques À la fin de l’expérience, les animaux ont été sacrifiés et des organes vitaux, y compris le pancréas, ont été prélevés et fixés dans du formol tamponné à 10%. Le tissu pancréatique a été traité à l’aide de procédures standard décrites par Grizzle et coll.

La section tissulaire a été observée avec un microscope optique à un grossissement élevé pour les changements histologiques et les photomicrographies prises.

Détermination de l’inhibition de la α-amylase

Uvaria Chamae 4
Uvaria Chamae 4

La détermination de l’inhibition de la α-amylase par U. chamae a été réalisée selon la méthode modifiée de Kazeem et al.

Le mélange contenant 200 μl de tampon phosphate de sodium de 0,02 M (pH 6,9), 20 μl d’alpha-amylase et 200 μ l d’extraitvégétal ou de ses fractions à une concentration de 10 à 100 μg/ml a été incubé pendant 10 minutes à 37 °C, suivi de l’ajout de 200 μl de solution d’amidon à 1 % dans tous les tubes à essai. Le mélange a été incubé pendant 15 min à 37°C.

L’ajout de 400 μréactif d’acide dinitrosalicylique (DNS) a été utilisé pour mettre fin à la réaction. Le mélange a été placé dans un bain-marie bouillant pendant 5 minutes, refroidi et dilué avec 5 ml d’eau distillée, et l’absorbance mesurée à 540 nm.

Les échantillons témoins ont été préparés sans aucun extrait de plante. Le pourcentage d’inhibition a été calculé selon la formule suivante :

inhibition (%)=Abs 540 (contrôle)−Abs 540 (extrait)×100Abs 540 (contrôle).

Le CI50 les valeurs ont été calculées par analyse de régression non linéaire à partir des valeurs inhibitrices moyennes.

L’acarbose (MST = standard) a été utilisée comme inhibiteur α-amylase de référence. Tous les tests ont été effectués en trois exemplaires.

Détermination du type d’inhibition de la α-amylase

Uvaria chamae
Uvaria chamae

La détermination du type d’inhibition de la α-amylase par U. chamae et de sa fraction a été effectuée à l’aide de l’extrait brut d’U. chamae et de sa fraction chloroforme qui avait la CI la plus faible50. L’expérience a été réalisée selon la méthode modifiée décrite par Kazeem et al.

L’extrait et sa fraction chloroforme (250 μl de 5 mg/ml) ont été placés dans deux ensembles de tubes à essai et incubés avec 250 μl de solution de α-amylase, respectivement, pendant 30 min à 25 °C.

Dans un autre ensemble de tubes, la α-amylase a été incubée avec 250 μl de tampon phosphate (pH 6,9). Ensuite, 250 μl de solution d’amidon à des concentrations croissantes (0,1 à 5,0 mg / ml) ont été ajoutées aux mélanges pour commencer la réaction.

Le mélange a ensuite été incubé pendant 30 min à 25°C puis bouilli pendant 5 min après addition de 500 μl de DNS pour arrêter la réaction. La quantité de sucres réducteurs libérée a été déterminée spectrophotométriquement. Cela a été suivi par sa conversion en vitesses de réaction.

Le type d’inhibition de la α-amylase par l’extrait brut et sa fraction chloroforme a été déterminé par le diagramme de Lineweaver-Burk (1/v contre 1/[S], où v est la vitesse de réaction et [S] est la concentration du substrat).

Isolement de la α-glucosidase de l’intestin grêle du rat

L’intestin grêle du rat mâle Sprague Dawley (180 g) a été recueilli après avoir sacrifié l’animal. L’intestin a été soigneusement nettoyé avec une solution saline normale et la couche épithéliale (tissu muqueux) a été recueillie en grattant fermement la surface luminale avec une spatule.

Le raclage des muqueuses a été homogénéisé dans une solution saline tamponnée au phosphate pH 7,4 contenant 1 % de triton X-100, puis centrifugé à 12000 tr/min pendant 15 min. La fraction surnageante contenait de la α-glucosidase de l’intestin grêle du rat.

Le butanol a été ajouté à la fraction surnageante 1 : 1 proportion et centrifugé à 15000 tr/min pendant 15 min. La couche aqueuse a été dialysée pendant la nuit contre le même tampon. Après la dialyse, l’enzyme concentrée a été utilisée comme enzyme α-glucosidase brute dans l’étude [37].

Détermination de l’inhibition de la α-glucosidase

La détermination de l’inhibition de la α-glucosidase par U. chamae a été réalisée à l’aide de la méthode modifiée décrite par Kazeem et al. [36].

La α-glucosidase isolée (0,5 mg) de l’intestin grêle du rat a été dissoute dans un tampon phosphate de 100 mM pH 6,9. Le p-nitrophényl-α-D-glucopyranoside (pNPG) a été utilisé comme substrat. L’extrait de plante et ses fractions ont été utilisés à des concentrations allant de 10 à 100 μg/ml.

Différentes concentrations de l’extrait brut ou de ses fractions, chloroforme, acétate d’éthyle et éthanol, et α-glucosidase, ont été mélangées à 320 μl de tampon phosphate de 100 mM pH 6,9 et incubées à 37 °C pendant 10 minutes.

Par la suite, la réaction a été initiée en ajoutant 50 μl de 3 mM de pNPG et incubée pendant 20 minutes. La réaction a été terminée par l’ajout de 3 ml d’hydroxyde de sodium de 50 mM, et l’absorbance a été lue à 410 nm.

Les échantillons témoins ont été préparés sans extrait de plante ni fractions. Le pourcentage d’inhibition a été calculé selon la formule suivante :

Inhibition (%)=Abs 410 (contrôle)−Abs 410 (extrait)×100Abs 410 (contrôle).

Le CI50 les valeurs ont été calculées par une analyse de régression non linéaire à partir de l’inhibition en pourcentage. L’acarbose a été utilisée comme témoin (la référence α-glucosidase). Tous les tests ont été effectués en trois exemplaires.

Détermination du type d’inhibition de la α-glucosidase

huile essentielle d' Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition de la racine
huile essentielle d’ Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition de la racine

La détermination du type d’inhibition de la α-glucosidase par U. chamae a été évaluée en utilisant l’extrait brut et sa fraction d’éthanol qui avait la CI la plus faible 50. Cela a été fait selon la méthode modifiée décrite par Kazeem et al. [36].

L’extrait et la fraction d’éthanol (50 μl de 5 mg/ml) ont été incubés avec 100 μl de solution de α-glucosidase, respectivement, pendant 30 min à 25 °C dans deux ensembles de tubes. Dans un autre ensemble de tubes, la α-glucosidase a été incubée avec 50 μl de tampon phosphate (pH 6,9).

La réaction a commencé par l’ajout de 50 μl de pNPG à des concentrations croissantes (0,5-20 mM) aux deux ensembles de mélanges. Les mélanges ont ensuite été incubés pendant 10 min à 25°C, suivis de l’ajout de 500 μl de bicarbonate de sodium pour arrêter la réaction.

La quantité de sucres réducteurs libérée a été déterminée spectrophotométriquement. Cela a été suivi par sa conversion en vitesses de réaction.

Le type d’inhibition de la α-amylase par l’extrait brut et sa fraction chloroforme a été déterminé par le diagramme de Lineweaver-Burk (1/v contre 1/[S], où v est la vitesse de réaction et [S] est la concentration du substrat).

Analyse des données

L’analyse des données a été réalisée à l’aide de GraphPad Prism 6 et SPSS version 22. GraphPad Prism a été utilisé pour l’étude sur le diabète et SPSS a été utilisé pour l’analyse de régression non linéaire des activités inhibitrices de la α-amylase et de la glucosidase.

L’analyse de régression non linéaire a été effectuée avec une valeur R-carré de 0,9 et plus et le CI50 calculées à partir de l’analyse de régression. La comparaison des moyennes des groupes s’est faite avec une analyse unidirectionnelle de la variance suivie du test post-hoc de Dunnett. Les résultats ont été rapportés comme moyens ± SEM. Le niveau de signification a été fixé à p < 0,05.

Résultats

Uvaria chamae 2
Uvaria chamae 2

3.1. Effet de l’extrait de racine d’U. chamae sur la glycémie dans le diabète sucré induit par l’alloxane

Du premier au troisième jour, les mesures de la glycémie des rats diabétiques non traités et de ceux traités avec l’extrait racinaire d’U. chamae, de glibenclamide et de pioglitazone étaient significativement élevées (p < 0,05) par rapport au témoin (Tableau 1).

Cependant, le 7e jour jusqu’à la fin de l’étude, le 15e jour, il n’y avait pas de différence significative dans les mesures de la glycémie des rats diabétiques traités avec l’extrait de racine d’U. chamae par rapport au témoin (Tableau 1).

Les rats traités avec 100, 250 et 400 mg/ kg d’extrait de racine d’U. chamae le 7ème jour ont montré une réduction marquée de la glycémie de 72,14%, 78,75% et 87,71%, respectivement (Tableau 1).

Inversement, les médicaments de référence glibenclamide et pioglitazone ont présenté une réduction plasmatique de la glycémie de 63,10 % et 30,46 %, respectivement.

Le 15e jour, les rats traités avec 100, 250 et 400 mg/kg d’extrait racinaire d’U. chamae ont montré une réduction significative du glucose de 79,11 %, 78,56 % et 88,11 %, respectivement, par rapport à la réduction de glucose de 74 % et 55,07 % du glibenclamide et de la pioglitazone, respectivement (Tableau 1).

Effet de l’extrait de racine d’U. chamae sur les lipides dans le diabète sucré induit par l’alloxane

Uvaria chamae
Uvaria chamae

L’effet de l’extrait de racine d’U. chamae sur les lipides plasmatiques est résumé dans Tableau 2. Il n’y avait pas de différence significative entre les mesures plasmatiques de cholestérol LDL, TChol et TG des rats diabétiques traités avec l’extrait de racine d’U. chamae par rapport au témoin.

Les mesures du cholestérol HDL des rats diabétiques traités avec l’extrait de racine d’U. chamae étaient significativement (p < 0,05) élevées par rapport au témoin.

Alors que les mesures du cholestérol LDL des rats diabétiques non traités étaient significativement (p < 0,05) élevées par rapport au témoin.

Effet de l’extrait racinaire d’U. chamae sur d’autres paramètres biochimiques plasmatiques

L’effet de l’extrait racinaire d’U. chamae sur les autres paramètres biochimiques est montré dans Tableau 3.

L’extrait racinaire d’U. chamae n’a causé aucune altération significative des mesures plasmatiques de la créatinine, de l’urée, des protéines, de l’albumine, de l’ALT, de l’AST et de l’ALP des rats diabétiques par rapport au témoin.

Cependant, les mesures plasmatiques de la créatinine étaient significativement élevées (p < 0,05) chez les rats diabétiques non traités.

Effet de l’extrait de racine d’U. chamae sur le poids corporel

L’effet de l’extrait de racine de U. chamae sur le poids corporel des rats est résumé dans Tableau 4.

L’extrait racinaire d’U. chamae à des doses de 100 et 400 mg/kg a entraîné une réduction significative (p < 0,05) du poids des rats du 5e au 15e jour de l’étude, tandis que 250 mg/kg d’extrait n’ont entraîné aucun changement significatif du poids des rats, sauf le 11e jour où la réduction est devenue significative (p < 0,05) par rapport au témoin. Le poids des rats diabétiques qui n’ont pas été traités a diminué de manière significative (p < 0,05) du 7ème au 15ème jour de l’étude.

Description

Uvaria chamae 1
Uvaria chamae 1

Stature

  • L’arbuste peut atteindre 2 mètres de hauteur.

Bois et écorce

  • L’écorce est lisse, grise à noirâtre, à tranche jaune-brun. Les rameaux pubescents et lenticellés présentent des poils étoilés.

Feuilles

  • Les feuilles à base obtuse, sont ovales à elliptiques, et font 6-15 cm de long, et 2,5-6,5 cm de large.

Fleurs et fruits

  • La floraison se produit pendant la saison des pluies.
  • Les fleurs, de couleur jaune verdâtre, sont solitaires, ou en paires, et axillaires, avec un diamètre de 25-30 mm.
  • ♦ Les fruits font 20-40 mm de longueur, et 15 mm de diamètre1.

Usages

huile essentielle d' Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition
huile essentielle d’ Uvaria chamae, antiglycation, antioxydante et cytotoxique de la composition

Usages médicaux recueillis (propriétés chimiques non vérifiées)

  • La plantes est utilisée contre les saignements et les hémorragies.
  • ♦  Les racines auraient des propriétés fébrifuges, astringentes, purgatives, vermifuges.
  • L’écorce permettrait de lutter contre la dysenterie, les fleurs contre l’ophtalmie et la fièvre jaune notamment.

Usages alimentaires et culinaires

  • La pulpe du fruit est comestible.

Usages domestiques, artisanaux et industriels

  • Le bois permet la fabrication de piquets et poteaux de construction, et sert de bois de feu ou est converti en charbon.

Antiglycation, antioxydants et activités cytotoxiques de la racine d’Uvaria chamae et de la composition de l’huile essentielle

Uvaria chamae 2
Uvaria chamae 2

Uvaria chamae (Annonaceae), est une plante contenant des huiles essentielles; la racine est acclamée comme un remède efficace pour la thérapie du diabète folklorique.

Les extraits de racine ont été évalués pour la composition, l’antiglycation, l’antioxydant et la cytotoxicité.

Les flavonoïdes, les glycosides cardiaques et les tanins étaient relativement riches en extrait d’alcool; le benzoate de benzyle (23,3 %), le diméthoxy-p-cymène (14,2 %), le τ-cénol (12,1 %) et le méthyl thymol (8,7 %) ont prédominé les constituants identifiés par chromatographie en phase gazeuse (CG) et chromatographie en phase gazeuse-spectrométrie de masse (GC-MS).

A lire aussi

L’extrait d’éthanol a démontré une activité antiglycation significative (CI50, 1,12 mg/mL) et cytotoxicité pour la saumure de crevettes (CL50, 25,01 μg/mL).

L’extrait (IC50, 8,0 μg/mL; absorbance 0,531, 100 μg/mL) a également montré de meilleurs effets antioxydants par rapport à l’huile essentielle (IC50, 50,0 μg/mL; absorbance 0,292, 100 μg/mL) en utilisant respectivement le radical 2,2-diphényl-1-picrylhydrazyle et les tests de puissance réductrice ferrique.

La racine d’U. chamae possède un effet antiglycation et peut également réduire le stress oxydatif chez les patients diabétiques; son effet antiglycation, sa composition en huile et sa cytotoxicité sont rapportés pour la première fois.

Remerciements
Ce travail a été soutenu par le Fonds fiduciaire pour l’enseignement supérieur (TETFund) – Intervention de projets de recherche institutionnels (2015-2016). Nous remercions le professeur Guido Flamini, Dipartmento di Farmacia, Université de Pise, Italie, pour les analyses de l’huile essentielle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here