Vol à main armée chez Pogba : Il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer au foot, il pleurait et avait…

0
92

Vol à main armée chez Pogba : Il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer au foot, il pleurait et avait… Des détails ont été révélés sur l’enquête ouverte par le parquet de Paris sur les allégations de Paul Pogba selon lesquelles il aurait été la cible d’extorsion.

Vol à main armée chez Pogba : Il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer au foot, il pleurait et avait…

Guerre entre les frères Pogba leur mère a clairement choisi son camp
Guerre entre les frères Pogba leur mère a clairement choisi son camp

Le milieu de terrain de la Juventus a affirmé que des hommes encagoulés, armés de fusils, l’avaient attaqué dans la banlieue de Paris le 19 mars et réclamé plus de 12 millions d’euros.

« J’avais peur. Les deux gars ont pointé leurs armes sur moi », a-t-il expliqué aux enquêteurs.

« Puisqu’ils me tenaient comme ça sous la menace d’une arme, je leur ai dit que je paierais.

« Ils m’ont crié : ‘Tais-toi, baisse les yeux’. Quand les deux hommes encagoulés sont partis, Roushdane m’a dit que je devais payer parce que sinon nous étions tous en danger. »

Très affecté

Yeo Moriba, la mère de Paul Pogba et Mathias Pogba _www.kafunel.com Capture web_2-9-2022_22333
Yeo Moriba, la mère de Paul Pogba et Mathias Pogba _www.kafunel.com Capture web_2-9-2022_22333

Selon les informations du Journal du Dimanche, Pogba était en état de choc après l’incident.

C’est ce qu’a révélé son ami d’enfance Boubacar Camara lors de l’interrogatoire à l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO).

Camara a rencontré Pogba quelques heures après l’incident et a révélé que l’international français envisageait d’abandonner le football.

« » Je ne veux plus jouer au football « , m’a-t-il dit », a noté Camara .

Vol à main armée chez Pogba Il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer au foot, il pleurait et avait…
Vol à main armée chez Pogba Il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer au foot, il pleurait et avait…

« Paul pleurait. Je lui ai dit de se calmer. Il a appelé, je ne sais qui. Il avait peur pour ses enfants, sa femme, sa famille. »

Pour rappel, depuis fin août, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre le crime organisé tentent de démêler les fils de ce feuilleton à tiroirs, où l’on croise des amis encombrants, des hommes encagoulés armés de fusils d’assaut et même un marabout.

A lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here