À la Une de la revue de presse française 01 janvier 2022, 2022, politique et optimisme s’il vous plaît ! Le président français Emmanuel Macron s’exprime à la télévision nationale quelques heures avant l’entrée en 2022, lorsque la France prend la présidence tournante de l’Union européenne.

2022, politique et optimisme s’il vous plaît À la Une !

À commencer par les traditionnels vœux du président évidemment, le soir de 31 décembre. Des vœux « résolument optimistes » nous dit le site de La Croix.

« Rattrapé par le virus, Macron tente la positive attitude », confirme L’Humanité. Emmanuel Macron a rappelé l’importance de la vaccination et des gestes barrières face au virus mais il veut « garder l’espoir pour 2022 », peut-on lire sur le site du Monde. Ce sera « peut-être l’année de sortie de l’épidémie », a-t-il déclaré.

« Pas encore candidat à la présidentielle d’avril », il a par ailleurs vanté son bilan et précisé qu’il compte « servir le pays », note encore Le Monde. Un bilan défendu dans une « étonnante cavalcade de mots », observe de son côté Le Parisien-Aujourd’hui en France.

« Des vœux d’un goût particulier et fortement politiques donc, dans une allocution d’à peine plus de 13 minutes, la plus courte de l’histoire de son quinquennat », souligne le journal.

Une allocution forte en symboles

C’est ce que retient, en outre, Le Parisien : « Un large plan sur le palais de l’Élysée au moment de conclure sur l’air de la Marseillaise, puis une vue sur la Tour eiffel en bleu, aux couleurs de l’Union européenne ».

Le président « n’entendra pas passer à côté d’un rendez-vous important à ses yeux », à savoir la présidence tournante de l’Union européenne qui débute justement ce 1er janvier, pour six mois.

« Une façon de planter une banderille dans le jardin de ses deux principaux adversaires Marine Le Pen et Eric Zemmour, estime enfin Le Parisien, Emmanuel Macron ayant martelé que 2022 doit aussi être « l’année du tournant européen ».

Les vœux des opposants

Des opposants qui ont adressé leurs vœux avant le président. Ils l’ont devancé, c’est ce que retiennent la plupart des journaux, à l’image de Libération par exemple.

Et si l’année 2021 s’est achevée, la campagne pour la présidentielle, elle, s’ouvre vraiment selon Libé : « Chaque prétendant à l’Elysée y est allé de son message posté sur les réseaux sociaux.

Un mélange de pensées aux personnels soignants, de piques adressées aux concurrents et de bribes de programme », résume le quotidien.

A lire aussi

Le néo-maurassien Eric Zemmour a dégainé le premier, en fin de matinée, il « dit adieu à Macron », quand sa sœur de l’extrême, Marine Le Pen joue la « crédibilité », avec « drapeau tricolore et bouquet de fleurs pour décor ».

Quand la socialiste Hidalgo, « tente de dissocier ses deux casquettes » de maire de Paris et de candidate, la représentante des Républicains, Valérie Pécresse, elle, se veut « classique et sérieuse », analyse encore Libé.

L’écologiste Yannick Jadot, enfin, « joue la carte de l’humour et de l’originalité en présentant ses vœux pour 2027 », et en affichant des bandeaux sur lesquels on pouvait notamment lire « les amish au pouvoir ». Tout un programme !

Changements et perspectives économiques

Voilà pour la politique mais il y a aussi la vie quotidienne, et « ce qui change au 1er janvier pour les ménages », comme tous les ans.

Le Monde nous fait l’inventaire : « Élargissement de la contraception gratuite à toutes les femmes de moins de 26 ans » – on était à moins de 19 ans jusqu’à maintenant -, nouvelle tarification pour les urgences, évolutions du smic ou des impôts, entre autres…

Mais Le Monde, (qui se targue d’ailleurs en Une d’être le « premier quotidien national par sa diffusion payée » et qui annonce une hausse de ses tarifs dans quelques jours), nous livre aussi quelques perspectives pour l’économie mondiale en 2022.

A lire aussi

Ou, plutôt, ce sont des cadors qui nous livrent leurs perspectives. Le journal donne la plume au Nobel Joseph Stiglitz et ses confrères chercheurs Jeffrey Sachs et Anu Bradford.

Joseph Stiglitz, d’abord nous met en garde contre « deux risques » distincts : à savoir « l’incertitude mondiale crée par le Parti républicain » aux Etats-Unis, en cas de victoire à la chambre des représentants en novembre, ou bien encore sur « un découplage entre les économies chinoise et américaine ».

Jeffrey Sachs, lui, s’inquiète de la guerre des classes persistante outre-Atltantique, de « quatre décennies de guerre contre les pauvres » qui ont conduit les Etats-Unis à « la paralysie politique, à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières ».

Et Anu Bradford mise, quant à lui, sur une « fin de partie pour les Big Tech » cette année. Il constate que « de Bruxelles à Pékin, en passant par Washington, les États renforcent leur arsenal antitrust pour contrôler les géants du numérique ». Les dés sont jetés, et bonne année !

« Fin de party pour l’homo festivus »

L’homo festivus, quèsaco ? Eh bien c’est l’homme festif, tout simplement, et il est en voie de disparition à en croire Le Monde, qui nous livre un dossier très intéressant.

« Fin de party » avec un « y », comme l’écrivent les anglo-saxons, fin de la fête, en somme, en Français.

En tout cas, fin de la fête dans les boites de nuit, qui sont à nouveau fermées jusqu’à fin janvier en raison de la cinquième vague de Covid évidemment.

Or, déjà avant la pandémie, « soirées privées et cocooning avaient sonné le repli festif », explique Le Monde.

Avec un chiffre très parlant : en 1980, on comptait 4.000 discothèques en France, il n’en reste que 1.500, « soit une chute de 70% », apprend-on.

A lire aussi

Les raisons sont multiples. Boom des soirées privées donc, mais aussi des « appréhensions intimes », comme pour Lila, 17 ans.

« Je n’ai pas follement envie de croiser en boîte des hommes de 40 ans qui viennent pour rencontrer des jeunes filles de 16 ans », témoigne-t-elle.

Autre raison avancée par Le Monde, les nouveaux modes de consommations à l’image de TikTok. On danse désormais dans sa chambre ou dans son salon.

Quoi qu’il en soit, le journal s’interroge : « Et si nous vivions désormais dans un monde où transpirer ensemble sur la piste n’est plus essentiel ? » C’est terrible, vraiment la fin d’une époque.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here