Angola face au difficile combat contre les violences policières

0
31
74 / 100

Les agents de la police nationale de Cafunfo, une ville minière de Lunda Norte en Angola, ont lancé lundi un programme de formation sur l’usage proportionnel de la force en fonction du degré de menace .

,Angola, difficile ,combat ,violences ,policières ,sécurité,afrique,

La population regrette l’usage excessif et disproportionné de la force par la police locale et Francisco Chiwa qui réside dans la ville affirme qu’il n’y a pas de relations saines entre les différentes parties

« En ce moment même, j’ai des regrets. D’après ce que je constate ici à Cafunfo, entre la police et la population, il n’y a pas de relations. Étant tous Angolais, il n’y a pas de compréhension. Ici à Cafunfo les hommes armés sont ceux qui ont le pouvoir. »

Le directeur national adjoint de l’école pratique de la police Pinduka Marques a déclaré que les plaintes de ce type sont fréquentes, d’où la nécessité de former la police nationale dans tout l’Angola, à la protection du droit à la vie, à la citoyenneté et aux droits de l’homme.

Angola face au difficile combat contre les violences policières

 »Le personnel de Cafunfo a un double travail, non seulement du point de vue du travail de la police, mais du suivi et de l’orientation qu’il doit faire. À aucun moment, la police ne peut dire que ce n’est pas moi, ils ont l’obligation de diriger les gens. C’est la partie visible de l’État. Et ici les plaintes que nous recevons le plus, c’est l’utilisation excessive et disproportionnée de moyens coercitifs. « 

Selon Rafael Marques, président du Centre d’études pour la bonne gouvernance UFOLO, cette initiative découle de la nécessité de créer des plateformes de dialogue entre la société civile et la police nationale.

« Il ne suffit pas de se plaindre et de dire que la police a tué, la police ne l’a pas fait. Il est fondamental que nous contribuions à améliorer la police. La question de l’utilisation de moyens coercitifs est fondamentale, comment la police devrait utiliser ces moyens coercitifs, comment les appliquer. Comment la police devrait-elle servir le citoyen, comment elle devrait exercer une surveillance de proximité avec le citoyen et établir des mécanismes de dialogue. « 

Le projet de formation a été lancé sur le lieu , où s’est déroulé la confrontation la plus récente et médiatisée entre la police nationale et la société civile fin janvier, et elle s’étend à l’ensemble du territoire en partenariat avec le Centre d’études pour la bonne gouvernance UFOLO.

VOUS AIMEREZ AUSSI

LES PLUS CONSULTÉS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here