Aromathérapie : Des huiles essentielles contre la mycose des ongles ou champignons

0
20
Aromathérapie : Des huiles essentielles contre la mycose des ongles
Aromathérapie : Des huiles essentielles contre la mycose des ongles

Des champignons peuvent contaminer les orteils et plus spécifiquement les ongles des pieds. Certaines huiles essentielles permettent de lutter contre cette colonisation. Nos conseils pour les utiliser à bon escient.

L’infection des ongles des pieds par des champignons, appelée mycose unguéale ou onychomycose, est une affection courante. Elle concerne 6 à 9 % de la population et est encore plus fréquente en vieillissant (près d’une personne sur deux après 70 ans).

Les champignons sont des micro-organismes, ou microbes, très répandus dans l’environnement et dans l’organisme notamment au niveau de la peau et des muqueuses du système digestif et génital. En règle générale, ils vivent en harmonie avec les différentes flores bactériennes s’empêchant mutuellement de trop se développer.

Cependant certains facteurs exogènes (présence de champignons dans le milieu, température, humidité, prise d’antibiotiques…) ou endogènes (affaiblissement du système immunitaire, diabète…) peuvent rompre cet équilibre fragile et entraîner la multiplication des champignons avec l’apparition d’une mycose.

Ceux-ci sont très contagieux et peuvent, donc, proliférer par contact direct entre humains ou avec un animal ou avec une substance contaminée (surface, objet, bout d’ongle). L’onychomycose est causée par différents types de champignons, principalement des dermatophytes ­appartenant aux genres Tricophyton, Microsporum et Epidermophyton.

Ils se nourrissent de kératine, une protéine présente dans les phanères dont font partie les ongles. Elle touche, en général, le gros et le petit orteil qui deviennent jaune brun, douloureux, s’épaississent et changent de forme.

La mycose unguéale peut causer des dommages irréversibles aux ongles atteints. Il est donc important de les soigner dès l’apparition des premiers symptômes, un changement de l’aspect de l’ongle, de sa couleur et (ou) de sa forme. Un diagnostic médical avec prélèvement et analyse microscopique et (ou) mise en culture est parfois nécessaire pour confirmer l’infection.

Car elle peut être confondue avec le « syndrome des ongles jaunes », un psoriasis ou une onychodystrophie qui sont des troubles de la croissance de l’ongle dus à de nombreux microtraumatismes, notamment chez les sportifs.

Dans la majorité des cas, le médecin donnera un traitement antifongique par voie orale et (ou) locale qui durera entre un et trois mois, mais qui s’avère souvent inefficace.

De plus, ces traitements conventionnels, par voie orale, ne sont pas dénués d’effets secondaires et affectent l’équilibre physiologique de l’organisme. Nombreux sont ceux qui détériorent les flores intestinale, vaginale ou cutanée, en créant des déséquilibres propices à la multiplication de germes saprophytes et pathogènes.

Certaines personnes sont plus sujettes à cette infection que d’autres. Différents facteurs comme l’âge, le terrain génétique, une transpiration abondante, le port de chaussures en plastique, une mauvaise circulation des membres inférieurs ou un système immunitaire fragilisé prédisposent à la mycose. Quel que soit « le terrain » sur lequel elle s’est développée, il est important de la soigner rapidement.

Il est alors conseillé de prendre des huiles essentielles immunostimulantes par voie orale tandis que d’autres, antifongiques, mais aussi anti-­infectieuses, sont à appliquer sur l’ongle.

Règles d’hygiène pour éviter la…

Publicités

Laisser un commentaire