Au Cœur de la Campagne à Ziguinchor : Temps « ultra doux » pour les « jakartamen »

0
19

[Au Cœur de la Campagne] Ziguinchor : Temps « ultra doux » pour les « jakartamen ». Les jeunes conducteurs de motos « Jakarta », bassin électoral non négligeable et qui servent de cortèges aux candidats en compétition, mettent à profit la campagne pour les élections territoriales du 23 janvier prochain pour augmenter leur chiffre d’affaires.

Campagne à Ziguinchor

À chaque campagne électorale, sa spécificité. Dans la ville de Ziguinchor, les conducteurs de motos-taxis, communément appelés « Jakarta », sont en première ligne.

Dans les caravanes des différentes coalitions de partis politiques, ce sont les « jakartamen » qui prennent la place des motards.

On les voit sillonner les rues de la capitale régionale du sud à coups de klaxons ; ce qui donne plus d’ampleur aux manifestations politiques.

Temps « ultra doux » pour les « jakartamen »

C’était le cas, lundi dernier, lors du meeting d’ouverture de la coalition Benno Bokk Yaakaar.

Ce jour-là, ces jeunes, enthousiasmés par les gains qu’ils tirent de ces déplacements, se sont organisés pour aller chercher le candidat Benoît Joseph Sambou chez lui, à Boudody, pour le conduire à Kandialang, à l’autre bout de la ville.

Conducteurs de motos « Jakarta » de la région de Ziguinchor

Mais, ce travail n’est pas du tout gratuit, a confié Ansoumana Badji, le président de l’Association des conducteurs de motos « Jakarta » de la région de Ziguinchor.

Ce dernier fait partie de ceux qui se frottent actuellement les mains et se réjouit de cette collaboration gagnant-gagnant.

«Pendant cette période électorale, nous sommes très sollicités par les hommes politiques. Quand ils organisent leurs caravanes, ce sont nous qui servons de cortège », a souligné M. Badji.

Du point de vue gain, a-t-il poursuivi, les politiciens paient par trajet et par heure. Et pour un déplacement, on peut demander 2000, 3000, 4000, voire 5000 FCfa.

Une bonne chose, car en temps normal, certains peinent à rentrer à la maison avec une telle somme, a expliqué Ansoumana Badji.

Ainsi, avec cette campagne électorale, le premier des conducteurs de motos-taxis de la région de Ziguinchor a indiqué que leur quotidien « a véritablement changé et s’est fortement amélioré parce qu’il y a du mouvement partout et les choses bougent».

Temps de la campagne, c’est celui des promesses

Sur un autre registre, il s’est félicité du fait que les « jakartamen » soient utilisés pour servir de cortèges et non pour semer la violence dans la ville.

Ansoumana Badji a ajouté qu’à la fin des meetings, les conducteurs de « Jakarta » «se font encore de l’argent » en assurant le transport des militants et sympathisants du lieu de la manifestation vers leur domicile.

Le temps de la campagne, c’est celui des promesses pour les candidats. Mais, chez les « jakartamen », c’est le temps le plus « doux ».

À noter que la commune de Ziguinchor compte plus de 10000 conducteurs de motos « Jakarta », 12000 dans le département et 21000 dans toute la région de Ziguinchor.

Sélectionnés pour vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here