Côte d’Ivoire : l’instrumentalisation politique des obsèques de Jean Konan Banny est une abjection.

0
133

Assemblée Générale constitutive du parti unifié le 16 Juillet 2018 prochainobsèques de Jean Konan Banny le 16 Juillet 2018.

A lire aussi: Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : la différence entre gouvernance programmatique et gouvernance erratique

Dans cette coïncidence de date qui est loin d’être fortuite, il y a eu manifestement, une volonté de nuire à un adversaire politique par des coups ouvertement portés, sans aucun scrupule, en dessous de la ceinture.

C’est une abjection politique et morale.

Le décès d’un honorable serviteur de la République semble ouvertement instrumentalisé par une fraction politique pour servir ses objectifs de pouvoir.

Si j’étais un membre du haut comité du RHDP je déciderais de reporter  notre Assemblée Constitutive à une très prochaine date ultérieure pour ne pas offrir un alibi à la fraction anti-parti unifié du PDCI. C’est à la fois une question de stratégie politique et de principe républicain.

La dimension de provocation dans le choix de cette date pour les obsèques de Jean Konan Banny est patente.

Car il apparaît bel et bien que la date du 16 Juillet 2018 pour l’Assemblée constitutive du Parti unifiée avait été choisie bien avant. Il semble donc que la technique condamnable d’instrumentalisation politique de l’ethnicité, des événements et des faits dans la conquête du pouvoir a été encore une fois mobilisée par l’une des parties.

A lire aussi: Côte d’Ivoire: Libération d’un proche de Laurent Gbagbo après 30 mois de détention

Cette instrumentalisation politique impudique et cynique patente du décès d’un grand serviteur de la République pour régler des comptes fractionnels et personnels ayant trait au pouvoir, est une abjection absolueDes limites viennent d’être franchiesCe franchissement est une violence symbolique gravissime. Il est de l’ordre des profanations.

Cette abjection absolue qui viole la règle morale sacrée du respect dû aux morts, jette une lumière crue sur la nature inquiétante de la mentalité de ceux qui en ont été capables.

 Faut-il pour autant tomber dans leur piège grossier qui les discrédite eux-mêmes? Je me pose la question.

Et je pense que le peuple ivoirien, l’arbitre et le juge ultime de cet affrontement politique, sera à même de créditer de sa confiance, le camp  qui démontrera, par sa capacité à se mettre au-dessus des mesquineries, de l’impudeur, des pièges grossiers et de l’absence de scrupule, sa supériorité morale et son aptitude à diriger ce pays en raison de ces qualités !

A lire aussi: Laurent Gbagbo, Un échec du pseudo-socialiste. Voici pourquoi
Publicités

Laisser un commentaire