Russie exclue du monde sportif : Gros malaise à la FIFA

0
0

La Fédération russe de football déplore la sentence de la Fifa. C’est bel et bien à contre-coeur que la FIFA à décidé d’exclure la Russie des barrages de la prochaine Coupe du monde. L’instance du football mondial, a décidé à son tour de sévir après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Russie: Gros malaise à la FIFA

Les Russes, hôtes du dernier Mondial en 2018, sont donc disqualifiés des barrages de la prochaine édition, qu’ils devaient disputer fin mars avec un billet en jeu pour le tournoi au Qatar (21 novembre-18 décembre), et leur sélection féminine ne pourra pas jouer l’Euro en Angleterre, en juillet. Le Spartak Moscou, dernier club russe engagé en Coupe d’Europe cette saison, est lui aussi exclu.

Annonces majeures de la Fifa : les clubs et les sélections russes sont suspendus de toutes les compétitions internationales, et la Russie ne participera donc pas à la Coupe du monde de football au Qatar. #UkraineRussiaWarpic.twitter.com/C1gMPNdBEK
— Nicolas Berrod (@nicolasberrod) February 28, 2022

Les dirigeants de la FIFA ont dû se rendre à l’évidence. Les premières mesures annoncées ce week-end après l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne suffiraient pas.

L’instance internationale s’était contentée de décréter des matches en terrain neutre et à huis clos pour la Russie, également privée de son hymne, de son drapeau et même de son nom à l’instar de ce qui est fait aux Jeux Olympiques.

«Avant tout, la FIFA tient à réitérer sa condamnation de l’usage de la force par la Russie dans son invasion de l’Ukraine.

La violence n’est jamais une solution, et la FIFA exprime sa plus profonde solidarité à toutes les personnes touchées par ce qui se passe en Ukraine, avait-elle ajouté.

Surtout, la FIFA croit fermement que le mouvement sportif doit être uni dans ses décisions sur ce sujet et que le sport doit continuer à être un vecteur de paix et d’espoir. »

Lire aussi 

Ces demi-mesures n’ont pas suffi à calmer la Pologne, adversaire désigné de la Russie en barrages pour la Coupe du monde au Qatar, pas plus que la Suède ou la République tchèque, susceptibles de retrouver la Russie le match d’après.

Vent debout, les trois nations étaient prêtes à boycotter la rencontre, s’exposant à une exclusion de la FIFA.

La situation devenait intenable pour les dirigeants du football mondial et ce d’autant plus après la prise de position très forte du CIO, qui incitait toutes les fédérations à bannir la Russie tant que la guerre fait rage en Ukraine. Mise devant ses responsabilités, la FIFA a donc dû sévir à son tour et prononcer l’exclusion de la Russie.

Une forte relation avec Vladimir Poutine

La décision n’a pas été prise de gaité de cœur par les dirigeants de la fédération internationale, Gianni Infantino en tête. Le président de la FIFA entretient en effet une forte relation avec Vladimir Poutine.

Lire aussi :

« La FIFA sera toujours derrière la Russie », a-t-il ainsi confié après avoir été décoré de l’ordre de l’amitié par le président russe.

La FIFA craint également que cette décision fasse tâche d’huile alors qu’elle s’était toujours réfugiée derrière une soi-disante neutralité politique.

Elle a ainsi toujours refusé de se mêler du conflit israélo-palestinien et de nombreuses voix pointent déjà un deux poids deux mesures…

La Russie au ban du monde sportif

La Fifa et l’UEFA suivent ainsi partiellement la position du Comité international olympique (CIO), qui a recommandé lundi aux Fédérations internationales de “ne pas inviter” les athlètes et équipes russes et biélorusses dans les compétitions sportives internationales.

Privée de Mondial qatari, la Russie se retrouve isolée par le monde sportif, en attendant les décisions du comité international paralympique, qui a prévu de s’exprimer mercredi à deux jours du coup d’envoi des Jeux paralympiques d’hiver de Pékin.

Plusieurs fédérations nationales, dont celle des champions du monde français, s’étaient dites favorables à une exclusion pure et simple de la Russie du Mondial, événement sportif majeur de l’année 2022.

Toujours dans le monde du football, l’UEFA a par ailleurs rompu “avec effet immédiat” ce lundi son partenariat avec le géant russe Gazprom, l’un de ses principaux sponsors depuis 2012.

Le contrat était estimé à 40 millions d’euros par an selon des médias spécialisés, et couvrait la Ligue des champions, les compétitions internationales organisées par l’UEFA ainsi que l’Euro-2024 qui aura lieu en Allemagne.

À voir également sur Kafunel : Guerre en Ukraine: Berlin, Prague, Tokyo… Le monde entier manifeste

KAFUNEL.COM 02/03/2022 07H00 | MIS À JOUR LE 03/03/2022 À 06H51

RECOMMANDÉ POUR VOUS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here