Tedros Ghebreyesus, le patron de l’OMS, au cœur de la lutte contre le coronavirus

0
41

Tedros Ghebreyesus. Quel défi que d’être à la tête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au moment où le coronavirus touche plusieurs pays et territoire à travers le monde.

La planète entière est suspendue à ses lèvres, il s’adresse quotidiennement aux journalistes en conférences de presse depuis le siège de l’OMS à Genève pour détailler un nombre toujours croissant de cas dans un nombre toujours plus grand de pays.

C’est désormais le quotidien de l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, premier responsable africain de l’OMS, qui a pris ses fonctions il y a deux ans et demi en promettant de réformer l’organisation et de s’attaquer aux maladies qui tuent des millions de personnes chaque année : le paludisme, la rougeole, la pneumonie infantile ou le VIH/SIDA.

Et pourtant, alors que l’OMS travaille sans aucun doute d’arrache-pied sur ces maladies, le temps du Dr Tedros a été dominé d’abord par Ebola en République démocratique du Congo (RDC), et maintenant par le Covid-19.

Ces deux maladies ont été déclarées urgences de santé publique de portée internationale, ou PHEIC.

Cela signifie qu’ils nécessitent une surveillance 24 heures sur 24, le déploiement de personnel médical, d’équipements et de médicaments, des discussions quotidiennes avec les pays touchés et les pays qui pourraient l’être, et bien sûr, un flux constant d’informations fiables pour un monde anxieux qui cherche désespérément des réponses immédiates.

A lire sur le coronavirus

A quel point le coronavirus est-il mortel ?

Un deuxième cas de coronavirus confirmé au Sénégal

L’Afrique peut-elle faire face au Coronavirus?

Les fausses nouvelles sur le coronavirus se répandent rapidement

Tedros Ghebreyesus – Charmant et modeste

Tedros Ghebreyesus -  En 2017, Dr Tedros est devenu le premier Africain à diriger l'OMS
Tedros Ghebreyesus – En 2017, Dr Tedros est devenu le premier Africain à diriger l’OMS

« Charmant » et « sans prétention » sont quelques-uns des mots que ceux qui le connaissent utilisent pour décrire cet homme de 55 ans.

Lors de sa première conférence de presse en tant que directeur général de l’OMS, les journalistes basés à Genève ont été quelque peu déconcertés par ses manières.

Il se promenait en souriant, s’asseyait et bavardait de manière très détendue, sa voix étant parfois si calme qu’il était difficile de l’entendre.

C’était un très grand changement par rapport à son prédécesseur plus formel dans ses rapports, Margaret Chan.

Et pourtant, derrière ce calme, il doit y avoir un homme très déterminé.

Avant de prendre la tête de l’OMS, il a gravi les échelons au sein du gouvernement éthiopien, devenant ministre de la Santé puis ministre des Affaires étrangères.

Il n’aurait pas pu aller aussi loin en se montrant aussi effacé.

Ces articles sur le coronavirus pourraient vous intéresser

Comment le Coronavirus a influencé les événements sportifs dans le monde entier

Coronavirus: deux nouveaux cas en Algérie

Pourquoi le coronavirus infecte moins les enfants que les adultes ?

Un frère est mort d’une rougeole suspecte

Le Dr Tedros Ghebreyesus est né en 1965 à Asmara, qui est devenue la capitale de l’Érythrée après son indépendance de l’Éthiopie en 1991, et a grandi dans la région du Tigré, au nord de l’Éthiopie.

Une expérience formatrice, et maintenant motivante, a été la mort d’un frère cadet, qui avait environ quatre ans à l’époque, a-t-il déclaré au magazine Time en novembre.

Plus tard, alors qu’il était étudiant, le Dr Tedros Ghebreyesus en est venu à soupçonner que c’était la rougeole qui l’avait tué.

« Je ne l’ai pas accepté ; je ne l’accepte pas même maintenant », aurait-il déclaré, ajoutant qu’il était injuste qu’un enfant meure d’une maladie évitable simplement parce qu’il est né au mauvais endroit.

« Tous les chemins devraient mener à une couverture santé universelle. Je n’aurai pas de repos tant que nous n’aurons pas atteint cet objectif », a-t-il déclaré à l’Assemblée mondiale de la santé peu avant son élection à la tête de l’OMS.

Dr Tedros est devenu membre du Front populaire de libération du Tigré (TPLF), qui a été à l’avant-garde du renversement du dictateur marxiste éthiopien Mengistu Haile Mariam en 1991.

En tant que ministre du gouvernement depuis 2005, il était considéré comme plus accessible et plus amical que certains de ses camarades du TPLF plus austères.

Il a été félicité pour avoir réformé le secteur de la santé et amélioré l’accès aux soins de santé en Éthiopie, l’État le plus peuplé d’Afrique après le Nigeria.

Mais lorsqu’il était en charge, son ministère était connu pour décourager les journalistes de faire des reportages sur les cas suspects de choléra dans le pays.

La Chine à la conquête du monde

Tedros Ghebreyesus s'est rendu en Chine fin janvier, peu avant de déclarer le nouveau coronavirus comme une urgence mondiale
Tedros Ghebreyesus s’est rendu en Chine fin janvier, peu avant de déclarer le nouveau coronavirus comme une urgence mondiale

Au cours de sa campagne très efficace et finalement réussie à la tête de l’OMS, les partisans du Dr Tedros ont rejeté les allégations selon lesquelles il aurait couvert des épidémies de choléra.

C’est pourquoi « persuasif » et « politique » sont également des mots qui reviennent régulièrement dans les discussions sur sa direction de l’OMS.

Il sait que le succès de l’OMS dans sa lutte contre les crises sanitaires mondiales dépend de la coopération des 194 États membres de l’organisation.

Lors de l’actuelle épidémie d’Ebola en RD Congo, il s’y est rendu à plusieurs reprises, non seulement pour voir la situation mais aussi pour parler au gouvernement.

Et il s’est rapidement rendu à Pékin lorsque la nouvelle de l’épidémie de coronavirus est apparue.

« Sa stratégie est d’amener la Chine à la transparence et à la coopération internationale plutôt que de critiquer le gouvernement », déclare Lawrence Gostin, professeur de droit de la santé mondiale à l’université de Georgetown.

Mais cela a-t-il vraiment fonctionné ?

Certains observateurs de l’OMS ont critiqué les éloges effrénés qui ont été faits à la Chine pour ses mesures d’endiguement.

Après son voyage à Pékin, Tedros Ghebreyesus a déclaré que la Chine avait établi « une nouvelle norme pour le contrôle des épidémies ».

Quelques jours plus tard, il a déclaré aux dirigeants mondiaux réunis à la conférence de Munich sur la sécurité que les actions de la Chine avaient « permis au monde de gagner du temps ».

De tels commentaires sont d’autant plus inquiétants que la Chine a arrêté les travailleurs de la santé qui ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme sur l’épidémie.

On reproche également au Tedros Ghebreyesus d’avoir attendu trop longtemps pour déclarer une PHEIC.

Coronavirus comment les germes se propagent sur les mains sales et non lavées
Coronavirus comment les germes se propagent sur les mains sales et non lavées

« J’ai été l’un des premiers à lui demander d’appeler un PHEIC », dit le professeur Gostin. « Cela dit, ce n’était qu’un court délai et je ne pense pas que le timing ait eu un impact sur la trajectoire de Covid-19. »

« Je crains cependant que son éloge effusif de la Chine ne ternisse à long terme la réputation de l’OMS en tant qu’autorité scientifique de confiance, prête à dire la vérité au pouvoir. »

Ainsi, bien que Dr Tedros Ghebreyesus soit un homme politique, une grande partie de cet effort politique semble être consacrée à rassurer les gouvernements autoritaires et peu transparents, afin de les amener à travailler avec l’OMS pour lutter contre les maladies qui menacent la santé mondiale.

Lorsqu’il s’agit de voir comment cet effort peut être perçu par les gouvernements des démocraties occidentales, ses compétences politiques ne sont peut-être pas aussi pointues.

Peu après son entrée en fonction, il a proposé à Robert Mugabe, alors président du Zimbabwe, de devenir ambassadeur de bonne volonté de l’OMS, déclarant qu’il avait travaillé à faire du Zimbabwe « un pays qui place la couverture sanitaire universelle et la promotion de la santé au centre de ses politiques ».

Ce n’est qu’après des jours d’indignation, non seulement de la part des gouvernements, mais aussi des groupes de défense des droits de l’homme, qui ont souligné les privations que le régime de M. Mugabe avait infligées à son peuple, que Dr Tedros a décidé de retirer sa proposition.

Un financement pitoyable pour l’OMS

Dr Tedros s'est rendu en Chine fin janvier, peu avant de déclarer le nouveau coronavirus comme une urgence mondiale1
Dr Tedros s’est rendu en Chine fin janvier, peu avant de déclarer le nouveau coronavirus comme une urgence mondiale1

Aujourd’hui, au milieu d’une épidémie mondiale d’un tout nouveau virus, son jugement est à nouveau remis en question.

Certains veulent qu’il déclare une pandémie, d’autres, y compris des hauts fonctionnaires de l’OMS, soulignent qu’il ne s’agit que d’un mot, et que faire cette déclaration ne changerait pas la stratégie de l’OMS pour contenir la maladie.

Ensuite, il y a les virologistes et les épidémiologistes, dont certains disent que les conseils de l’OMS aux États membres d’adopter des mesures de confinement « robustes et agressives » sont trop faibles, et d’autres que l’OMS réagit de manière excessive.

Nous sommes déjà passés par là.

Dr Chan a été critiquée pour sa réaction excessive face à l’épidémie de grippe porcine de 2010, qu’elle a déclarée pandémie et pour laquelle elle a conseillé aux pays de dépenser des millions en médicaments dont la plupart n’avaient finalement pas besoin.

Elle a ensuite réagi beaucoup trop lentement à la catastrophique épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, qui a fait au moins 11 000 victimes.

succès du Dr Tedros, et de l'OMS dans son ensemble
succès du Dr Tedros, et de l’OMS dans son ensemble

« Damné si vous le faites, damné si vous ne le faites pas », est une phrase que vous entendez souvent au siège de l’OMS.

Le professeur Gostin estime que Dr Tedros Ghebreyesus est devenu « le symbole du leadership » au cours de la crise du coronavirus.

Mais, prévient-il, les « faiblesses fondamentales de l’OMS sont toujours là, y compris un financement pitoyable ».

A demain

Le succès du Dr Tedros Ghebreyesus, et de l’OMS dans son ensemble, dans la lutte contre le coronavirus ne sera pas vraiment clair tant que la crise ne sera pas terminée.

Pour l’instant, il continuera à conseiller les pays de se préparer, de diagnostiquer, de tracer et de contenir le coronavirus.

Chaque jour, il donne une conférence de presse, chaque jour, ses paroles sont diffusées dans le monde entier.

Et malgré la pression exercée pour trouver des réponses, malgré les feux de l’actualité, il reste calme et amical.

La fin de chaque conférence de presse est toujours la même : il rassemble ses papiers, sourit et dit: « à demain ».

Laisser un commentaire