Un prêtre belge accusé d’abus sexuels sur mineurs en Centrafrique

0
15
Un prêtre belge accusé d'abus sexuels sur mineurs en Centrafrique
Un prêtre belge accusé d'abus sexuels sur mineurs en Centrafrique

Une plainte pour abus sexuels sur mineurs a été déposée contre un prêtre belge catholique en Centrafrique, a affirmé jeudi à l’AFP le procureur de la République de Bangui, Laurent Lengande.

A lire aussi : Révélations sur le documentaire « Abbé Jacques Seck, Prêtre musulman – Imam chrétien » [Interview]

En Belgique, un juge d’instruction a également été chargé en septembre d’une enquête au sujet du père belge Luk Delft pour “faits de moeurs à l’encontre de mineurs” commis en République centrafricaine, a indiqué jeudi à l’AFP le parquet de Louvain (centre).

“Maintenant qu’une plainte a pu être déposée en République centrafricaine, il est crucial que l’enquête qui y est menée soit également transmise au juge d’instruction à Louvain”, a précisé Sarah Callewaert, porte-parole de ce parquet.

Le père Luk Delft, établi en Centrafrique depuis 2013, avait officié pendant deux ans à Kaga Bandoro, une ville située dans le Nord du pays, avant d‘être nommé en 2015 secrétaire exécutif national de l’association Caritas en Centrafrique.

A lire aussi : Un prêtre catholique se suicide à Dakar pour cacher sa relation amoureuse

Membre de la congrégation des Salésiens, le religieux avait informé sa hiérarchie des allégations à son encontre après avoir reçu la visite d’une équipe de journalistes de la chaine américaine CNN au début du mois de juin.   

Agression sexuelle

Alertée, la fondation Dignity, une structure créée par l‘église de Belgique pour lutter contre les abus sur mineurs, avait exigé le 26 juin dans un communiqué le “rappel immédiat du salésien concerné en Flandres”, et la “suspension préventive de toutes ses missions comme prêtre pour toute la durée de l’enquête”. 

En 2012, déjà, le père Luk Delft avait écopé à Gand de 18 mois de prison avec sursis pour des faits d’agression sexuelle remontant à 2001.  

Il est désormais soupçonné de violation de la peine qui avait été assortie cette condamnation, à savoir l’interdiction de faire partie de toute institution ou association qui le mettrait en lien avec des mineurs. 

“Le salésien concerné avait été condamné en 2012 pour abus sexuel de mineur. Ce jugement comprenait des conditions de probation pour 10 ans mentionnant qu’il ne pouvait être mis en contact avec des enfants et des jeunes. Or, avec l’approbation de la Commission de probation, ce dernier a reçu de sa Congrégation une mission logistique en République centrafricaine”, indiquaient les responsables de la fondation Dignity dans leur communiqué du 26 juin. 

AFP

Publicités

Laisser un commentaire