Coup d’Etat au Gabon : Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon ?

0
16

Coup d’État au Gabon : De chanteur de funk à président du Gabon, qui est Ali Bongo ? Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon ? Est-ce le dernier d’une série de prises de pouvoir militaires sur le continent. Le président gabonais Ali Bongo est un homme aux multiples visages. Pour certains, il est un prince playboy gâté qui considère la direction du Gabon, pays riche en pétrole, comme son droit de naissance ; un ancien chanteur de funk qui a succédé à son père pour poursuivre le règne de sa famille pendant 50 ans.

De chanteur de funk à président du Gabon, qui est Ali Bongo ?

Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon OK
Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon OK

Pour d’autres, il est un réformateur – un homme qui, diraient-ils, a été élu démocratiquement au pouvoir par les masses.

Mais des soupçons de fraude ont toujours pesé sur les résultats qui l’ont porté au pouvoir. En 2019 déjà il a été victime d’une tentative de coup d’état.

Victime d’un accident vasculo cérébral lors d’un séjour en Arabie Soudite, Ali Bongo se trouve au Maroc pour une rééducation, lorsque des jeunes officiers saisissent les antennes de la télévision publique et affirment avoir pris le pouvoir et dissout « toutes les institutions de la République ».

Les hommes en treillis dénoncent notamment sa « gouvernance irresponsable et imprévisible qui se traduit par une dégradation continue de la cohésion sociale et qui risque de conduire le pays au chaos ». Mais très vite, les jeunes officiers seront mis en déroute et condamnés.

A lire sur le même sujet :

L’étranger du Gabon

Ali Bongo en résidence surveillée au Gabon, un de ses fils arrêté
Ali Bongo en résidence surveillée au Gabon, un de ses fils arrêté

Ali Bongo est né Alain Bernard Bongo au Congo-Brazzaville voisin en février 1959.

Mais même sa filiation était controversée. Des rumeurs, qu’il a toujours démenties, persistent depuis des années selon lesquelles il aurait été adopté dans le sud-est nigérian au moment de la guerre du Biafra.

Le jeune Alain Bernard était encore à l’école primaire lorsque son père Omar Bongo prit le contrôle du Gabon en 1967.

« Il n’est pas né au palais présidentiel, mais presque. Il avait environ huit ans lorsque son père est devenu président », a déclaré à la BBC François Gaulme, historien français et auteur sur la politique gabonaise.

« Le fait qu’il ait fréquenté les meilleures écoles de Libreville et qu’il n’ait pas appris les langues locales est un sujet qui lui sera reproché par la suite. »

À l’âge de neuf ans, Ali Bongo a été envoyé dans une école privée de Neuilly, en banlieue parisienne, puis à la Sorbonne où il a étudié le droit. Cette éducation internationale a conduit beaucoup de Gabonais à le considérer comme un étranger.

Ali Bongo est marié à Sylvia, d’origine française, photographiée ici avec leurs quatre enfants.

Ali Bongo est marié à Sylvia, d'origine française, photographiée ici avec leurs quatre enfants.
Ali Bongo est marié à Sylvia, d’origine française, photographiée ici avec leurs quatre enfants.

Alain Bernard est devenu Ali et son père Omar en 1973, après s’être convertis à l’islam – les seuls membres de leur famille à l’avoir fait.

Cette décision a été largement considérée comme un moyen d’attirer les investissements des pays musulmans.

Mais l’aîné des Bongo, qui était auparavant animiste et n’avait pas été baptisé dans la foi chrétienne, a également évoqué des raisons spirituelles pour expliquer sa conversion.

La musique funk et la franc-maçonnerie

De chanteur de funk à président du Gabon, qui est Ali Bongo
De chanteur de funk à président du Gabon, qui est Ali Bongo

Le jeune Ali Bongo n’a cependant jamais fait que de la politique. Il se passionne très tôt pour le football et la musique, hérités de sa mère, la chanteuse gabonaise Patience Dabany.

Sa réputation de play-boy pendant sa jeunesse s’est confirmée avec la sortie de son album A Brand New Man en 1977, produit par Charles Bobbit, le manager de la légende du funk James Brown.

« Let me be your darling, Your everything, ’til the end of time » (Laissez-moi être votre chéri, votre tout, jusqu’à la fin des temps), chantonne Bongo sur le titre de l’album.

On ne sait pas si son amour du funk est resté. Au cours de ses dernières années en tant que président, Ali Bongo apprécierait le jazz, la bossa nova et la musique classique.

→A lire aussi

Quatre ans après la sortie de l’album, il s’était tourné vers la politique.

Ali Bongo a servi dans le gouvernement de son père en tant que ministre de la Défense, poste qu’il a occupé pendant 10 ans.

Avant cela, son premier mandat, en tant que ministre des Affaires étrangères du Gabon en 1989, avait pris fin après trois ans en raison d’un changement constitutionnel exigeant que les ministres soient âgés de plus de 35 ans. Il avait 32 ans à l’époque.

Cependant, il semble qu’il n’ait pas été immédiatement considéré comme un successeur naturel de son père.

« Au début, le peuple gabonais ne voyait pas [Ali Bongo] comme un candidat sérieux », a expliqué M. Gaulme.

« Mais au final, il a été plus réfléchi qu’il ne le paraissait. La première fois que les gens ont vu qu’il pouvait être sérieux, c’était lorsqu’il a restructuré l’armée. »

Le footballeur argentin Lionel Messi s’est rendu au Gabon en 2015 lorsque la construction d’un nouveau stade international de football a commencé.

Le footballeur argentin Lionel Messi s'est rendu au Gabon en 2015 lorsque la construction d'un nouveau stade international de football a commencé.
Le footballeur argentin Lionel Messi s’est rendu au Gabon en 2015 lorsque la construction d’un nouveau stade international de football a commencé.

Les électeurs gabonais n’étaient apparemment toujours pas convaincus au moment de la mort de son père en 2009. Mais Ali Bongo est réapparu plus réservé, tentant de s’habiller et de faire campagne en province.

« Son père était populiste, mais il était un enfant privilégié, cela n’a pas vraiment collé », a déclaré M. Gaulme.

Finalement, Ali Bongo a été élu avec 42% des voix.

« J’ai gagné ma place, ça ne m’est pas tombé dessus », a-t-il déclaré à propos de sa victoire électorale. Mais tout au long de son mandat, la légitimité du président Bongo a été remise en cause par ses opposants.

Les revendications ont refait surface en 2016, lorsque le principal opposant à l’élection présidentielle était Jean Ping, l’ancien président de l’Union africaine et père de deux des enfants de la sœur de M. Bongo.

M. Ping a allégué des fraudes dans l’un des principaux fiefs du président, la province du Haut-Ogooué, où M. Bongo a remporté 95 % des voix avec un taux de participation de 99,9 %.

Il l’a emporté par la plus petite des marges, à peine 6 000 voix.

La société civile a soutenu les allégations de fraude, qui ont été démenties par le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir.

Les accusations mêmes accusations sont également porté par son challenger de la présidentielle de 2023, Albert Ondo Ossa. Le candidat de la principale coalition de l’opposition a dénoncé des fraudes du camp Bongo tout en revendiquant la victoire.

Cependant, la commission électorale proclame Ali Bongo victorieux avec 64.27% et M. Ondo Ossa 30.77%

Allégations de corruption

Allégations de corruption
Allégations de corruption

Ce n’est pas la seule critique du régime de M. Bongo émanant des groupes de défense des droits.

Ils accusent la famille Bongo d’avoir transformé le Gabon en un « régime kleptocratique », pillant ses ressources naturelles, ses richesses pétrolières et ses forêts tropicales, tandis que les membres de l’opposition politique gabonaise accusent depuis longtemps les membres de sa famille d’avoir détourné l’argent public et géré le pays comme leur propriété privée.

Des photos du président Bongo, fan du Real Madrid, conduisant le footballeur argentin Lionel Messi dans la capitale dans une voiture flashy ont fait la une des journaux en 2017.

Une enquête de corruption menée pendant sept ans par la police française sur la famille Bongo, qui a révélé des actifs dont 39 propriétés en France et neuf voitures de luxe, a été abandonnée en 2017.

La famille nie fermement toutes les allégations.

Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon OK
Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon OK

Il n’y avait pas suffisamment de preuves de prétendus « biens mal acquis » pour inculper un quelconque membre de la famille, a rapporté l’agence de presse française AFP.

Toutefois, selon M. Gaulme, le président Ali Bongo « a tendance à se considérer comme un héritier, à penser que le Gabon lui appartient ».

Les journalistes ont également souligné les liens étroits et personnels entre les familles de l’élite gabonaise comme la preuve de puissants réseaux de clientélisme. Le site d’information africain Jeune Afrique (en français) les a qualifiés de « fiefs » .

M. Bongo a également été critiqué pour son rôle de premier plan au sein des francs-maçons , une société dont il dirigeait la section gabonaise en tant que maître de loge.

Il est l’un des rares présidents africains francophones récents et actuels dont l’appartenance franc-maçonne a été révélée au grand jour – les autres étant Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Idriss Déby du Tchad et l’ancien président François Bozizé de la République centrafricaine, selon L’auteur français Vincent Hugeux.

L’ancien ministre de l’éducation Albert Ondo Ossa est le principal challenger d’Ali Bongo.

L'ancien ministre de l'éducation Albert Ondo Ossa est le principal challenger d'Ali Bongo.
L’ancien ministre de l’éducation Albert Ondo Ossa est le principal challenger d’Ali Bongo.

Cependant, ses partisans soulignent son rôle dans la tentative de diversification de l’économie gabonaise dépendante du pétrole, face à la diminution des réserves pétrolières.

Le secteur pétrolier du Gabon a représenté 80 % des exportations, 45 % du PIB et 60 % des recettes fiscales au cours des cinq dernières années , selon les données de la Banque mondiale.

L’analyste Paul Melly du groupe de réflexion britannique Chatham House a déclaré au Guardian qu’Ali Bongo était « très intelligent et il voyait que la difficulté avec la production de matières premières était qu’elle ne créait pas beaucoup d’emplois ».

« Son objectif a été de faire évoluer le Gabon vers une économie de haute technologie et de compétences. »

Coup d'Etat au Gabon : Qui est Ali Bongo, président déchu du Gabon ? 1
fin du règne des Bongo en 40 ans au Gabon

→A lire aussi

Parallèlement à cela, de nouveaux investissements ont été réalisés dans le secteur minier et un « effort sérieux visant à développer une approche plus écologiquement durable de l’utilisation de la forêt tropicale », a déclaré M. Melly à la BBC.

Tout cela, a-t-il ajouté, est « certainement important compte tenu des contraintes imposées par la petite population du Gabon et d’une base de coûts élevée par rapport aux normes africaines ».

Le président Bongo a également utilisé ses propres contacts pour faire pression davantage en faveur d’une économie plus forte, parcourant le monde pour trouver de nouveaux investisseurs et partenaires dans des pays comme l’Arabie saoudite et le Koweït, tout en gardant des liens étroits avec la France.

C’est lors d’une visite en Arabie Saoudite pour une conférence sur l’investissement en octobre 2018 qu’il a été admis pour la première fois à l’hôpital. Il est finalement reparti fin novembre pour le Maroc, où il est resté.

La frustration suscitée par le manque d’informations sur sa maladie serait l’un des éléments déclencheurs de la tentative de coup d’État de janvier 2019. Cela suggère certainement que certains au Gabon – un pays où un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté – aimeraient voir un changement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici