VIII. Technique chirurgicale

L’adénome peut être opéré à ventre ouvert ou par les voies naturelles (endoscopie).

1. La résection endoscopique

Elle consiste à introduire par l’urètre un appareillage optique muni d’un bistouri électrique qui permettra, sous contrôle de la vue, de réséquer l’adénome.

Cette technique demande un grand entraînement, elle ne s’adresse qu’aux petits adénomes… et nécessite de posséder l’appareillage.

2. L’ablation à ventre ouvert

De nombreuses techniques existent, mais, la plus utilisée consiste à ouvrir la vessie et à énucléer l’adénome au doigt car cette tumeur est facilement clivable du reste de la glande.

Quelle que soit la technique utilisée, les risques sont les mêmes : l’hémorragie postopératoire est fréquente, contrôlée par des sondes urinaires et des lavages vésicaux. C’est dire que cette chirurgie ne peut être entreprise que si on a la possibilité de transfuser la malade et de le surveiller continuellement pendant les premiers jours postopératoires, le rôle de l’infirmier en chirurgie est ici essentiel.

A part l’hémorragie, les complications sont rares fistule vésicale, incontinence en cas de lésion de sphincter strié, épidymite. A la suite de cette intervention, le malade ‘ne sera pas impuissant, mais il sera stérile car ses éjaculations se feront vers la vessie. De plus, bien souvent l’intervention est complétée par la section des canaux déférents, de peu d’incidence en pratique car cette maladie touche des gens âgés.

Chez les vieillards ne pouvant supporter l’intervention, mais dont l’état nécessite de rétablir une possibilité d’évacuation vésicale, il est justifié de poser une sonde urinaire à demeure ou une cystostomie.

Ainsi, l’adénome de la prostate est fréquent à partir de la soixantaine, il faut savoir le rechercher à l’interrogatoire et le diagnostiquer au toucher rectal. Le malade s’est souvent habitué à cette gêne très progressive, il faudra savoir déceler ceux dont l’adénome retentit sur la fonction rénale afin d’éviter l’insuffisance rénale mortelle.

Sources: Développement et Santé, n° 165, juin 2003
Tut Savoir sur l'auteur :
François Pernin Chirurgien urologue, 
Centre Hospitalier, Ajaccio, France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here