L’oignon au fil du temps

Le terme « ognon » est apparu dans la langue française en 1273. La forme définitive, « oignon », apparaîtra au XIVe siècle. Le mot vient du latin populaire uniounionis qui, en Gaule, a éliminé caepa (d’où viennent « cive », « ciboule », « civette », « ciboulette »), mot employé jusque-là pour décrire ce légume. Pourquoi unio? Tout simplement parce que l’oignon est l’une des rares alliacées dont le bulbe ne se divise pas (on parle ici de l’oignon dans le sens étroit du terme, ce qui exclut l’échalote) et est donc uni.À noter que, selon la nouvelle nomenclature botanique, les plantes du genre Alliumappartiennent désormais à la famille des alliacées, même si on les trouve encore parfois classées comme liliacées ou amaryllidacées.

Bien qu’on n’ait pas trouvé l’ancêtre sauvage de l’oignon, son premier centre de domestication pourrait être le sud-ouest asiatique. C’est d’ailleurs certainement l’un des légumes les plus anciennement cultivés.

On en fait mention dans des textes de l’Égypte antique datant de plus de 4 000 ans, ainsi que dans la Bible où l’on rapporte que, durant leur exode (1 500 ans avant notre ère), les Hébreux pleuraient son absence, de même que celle de l’ail et du poireau.

En Grèce et à Rome, on en cultivait déjà de nombreuses variétés. Les Romains lui consacraient même des jardins particuliers, les cepinae.

Oignon, le baron
L’expression « se mettre en rangs d’oignons » n’a pas grand-chose à voir avec les rangées d’oignons du jardin. Elle fait plutôt allusion au fait que le baron d’Oignon, maître de cérémonie à la cour des Valois, avait l’habitude de crier, lorsqu’il assignait leur place aux seigneurs : « Messieurs, serrez vos rangs ». Entre eux, les seigneurs se moquaient des rangs d’Oignon.

Malgré tout, même si on en cultivait déjà quelques variétés au IXe siècle, l’oignon ne sera vraiment populaire en Europe qu’au Moyen Âge.

Ce sera l’une des premières plantes européennes à être cultivées en Amérique, d’abord dans les Caraïbes, où Christophe Colomb l’y introduira.

Au XVIIe siècle, il est établi dans le nord des États-Unis de même qu’au Canada, où il est cultivé tant par les colons que par les Amérindiens.

Les Européens l’introduiront dans l’est de l’Asie au XIXe siècle bien que, dans ces régions, on préfère toujours consommer les nombreuses espèces indigènes qui lui sont apparentées.

Aujourd’hui, on le produit dans toutes les régions tempérées du globe et des essais visant à l’implanter dans les régions semi-désertiques sont en cours.

Laisser un commentaire