Jardinage biologique

Latitude idéale
Très sensible à la photopériode (répartition dans la journée entre la durée de la phase diurne et celle de la phase obscure), l’oignon a ses latitudes préférées, selon les variétés. Ainsi, inutile d’espérer cultiver le Vidalia ou le Maui au Québec : tout ce que l’on obtiendra, ce sont des bulbes minuscules, ces variétés ayant été sélectionnées pour des latitudes plus basses. Dans leur catalogue, les grainetiers indiquent en général les latitudes idéales pour une variété donnée.

Pour la plantation, il est toujours préférable de se servir de jeunes plants à repiquer plutôt que d’oignonets qui sont plus sensibles aux maladies et ne sont offerts qu’en quelques variétés. Par contraste avec les jeunes plants, le choix est beaucoup plus grand, surtout si on les sème soi-même à l’intérieur ou en serre.

Ses racines étant superficielles, l’oignon a besoin d’une irrigation régulière tout au long de la saison. Toutefois, on cessera toute irrigation deux ou trois semaines avant la récolte, afin de permettre aux feuilles et au bulbe de se dessécher, ce qui favorisera une bonne conservation.

Éviter les applications tardives d’engrais azotés (par exemple du compost appliqué en surface), au risque de retarder la maturation des bulbes et de causer une reprise de la croissance foliaire. Dans ce cas, le col des bulbes épaissit, ce qui n’est pas favorable à la conservation, et il y a formation de bulbes doubles ou multiples.

Pailler les rangs ou la plate-bande afin de garder l’humidité et empêcher l’émergence des mauvaises herbes, car avec ses feuilles étroites, l’oignon est mal protégé. Si l’on choisit de désherber à la houe, attention de ne pas abîmer les racines superficielles.

En cultivant l’oignon et la carotte dans des rangs alternés, on éloigne à la fois la mouche de l’oignon et celle de la carotte.

Avant d’entreposer les oignons pour l’hiver, les laisser sécher une bonne semaine dans un endroit bien aéré. Les garder ensuite au sec, dans des sacs en filet.

Laisser un commentaire